Voyage dans les Dolomites

Carnet de voyage au Trentin-Haut Adige

Montagnes des Dolomites

Avec 4 amis, parmi eux Slam et Bii, nous avions décidé au cours de l'année 2006 que l'été venu nous irions faire une randonnée dans ces montagnes italiennes. Un des membres de l'équipe étant italien il avait des facilités pour nous faire découvrir ce pays qu'était le sien.

Durée : 1 jours ( du 15/07/2006 au 15/07/2006)
Zone : Trentin-Haut Adige (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
P'tit bill
Carnet de voyage créé par P'tit bill
Le 21 avril 2007

Vu 815 fois
1

De Venise au Biella

Après une arrivée en train à Venise, nous avions prévu d'y rester une petite journée, pour avoir le temps de se reposer et d'avoir un premier aperçu de cette ville magnifique! D'ailleurs à peine sorti de la gare le dépaysement était garanti avec une vue direct sur le grand canal, fini la voiture habituellement utile lorsque l'on sort de la gare, ici c'est le bateau qu'il faut, bien sûr nous nous y attendions, mais entre s'y attendre et le vivre la différence est importante! Au cours de cette première journée, accompagnés du père de notre ami italien nous faisions un bref tour de la ville histoire de nous faire saliver pour notre retour ici après notre randonnée. Un petit tour en vaporetto pour rejoindre l'appartement, un petit passage par le pont de l'académie, un petit échauffement pour notre rando en montant et descendant quelques dizaines de ponts, enfin bref, une sacrée bande-annonce de cette ville!
Après un tri dans les bagages pour éviter de marcher avec des sacs trop lourds, nous partions direction la sortie de Venise pour y prendre des bus qui nous apporteraient jusqu'aux montagnes. Après plusieurs changements de bus et en même temps une découverte par la fenêtre d'une partie de l'Italie, nous parvenions sur le lieu de départ de notre randonnée. Nous avions eu le temps de nous restaurer un peu au cours d'un arrêt et nous avions prévu de toutes façons d'ensuite manger dans des refuges ou de grignoter, mais en tout cas nous ne voulions pas partir avec 5 jours de nourriture dans nos sacs pour ne pas gâcher le plaisir de la randonnée par des sacs plombés! Les premiers mètres furent très agréables avec un lac magnifique à longer où d'ailleurs certaines randonneuses n'ont pas pu résister d'aller y mettre leurs pieds. La chaleur et le beau temps étaient de la partie, tant mieux, mais du coup la première partie n'allait pas être évidente puisque c'était surtout de la montée et peu à l'ombre. Les rythmes des différents randonneurs commencent à s'installer, les plus rapides attendent ceux qui prennent plus de temps, ce qui permet de faire de petites pauses pour admirer un peu le paysage, on a donc l'occasion de voir d'où l'on vient puisque le lac de notre départ est toujours visible! Après une montée assez raide de quelques heures nous atteignions un autre type de paysage un peu plus caillouteux mais moins raide, l'occasion de plus marcher ensemble. Lorsque le sommet est en vue nous sommes rassurés car nous savons que le refuge ne devrait pas être loin derrière! En effet, on le voit du sommet, et donc les premiers arrivés commencent la descente vers le refuge du Biella. Notre ami italien Giulio règle l'affaire avec les dirigeants du refuge, nous restons passifs puisque nous ne parlons pas un mot d'italien! Nous prenons place dans le refuge en déposant nos sacs dans le dortoir ou dans l'annexe du refuge car ce jour la il était bien rempli, après avoir siroté un petit cocktail typique, le ski wasser, nous étions bien rafraichis. Ce petit cocktail nous accompagnera d'ailleurs régulièrement, composé de produit sans alcool et rafraîchissant il sera toujours très agréable à prendre! Nous dinons au refuge, d'un plat de pâtes qui nous requinquera et nous fournira l'énergie nécessaire pour le lendemain! Après quelques parties de jeu de cartes avec vue sur le magnifique panorama, un petit briefing sur le parcours du lendemain nous partons nous coucher pour être en forme.

Pont de l'academia
Les environs du refuge Biella
Le refuge Biella dans les Dolomites
Lac bien en bas du refuge du Biella dans les Dolomites
Voir le récit avec photos et commentaires

Du Biella au Fanès

Le lendemain nous quittons donc le refuge après un bon petit déjeuner, et nous attaquons une partie en plat descendant, partie très agréable car nous ne voyons aucun signe de civilisation et l'effort à fournir ne nous empêche pas d'admirer le paysage. Nous aurions déjà aimé croiser un lac sur notre route mais le petit lac que nous devions apercevoir ne sera en fin de compte qu'une petite marre de boue sur le point d'être asséchée. Donc on n'y fait pas vraiment de pause et la descente continue. On fait quelques pauses pour prendre des barres de céréales, boire et admirer le paysage, nous passons par un chemin à travers une petite forêt ce qui nous permet d'avoir moins chaud, la descente continue, le chemin s'élargi et ressemble presque à une route de terre, nous arrivons pour notre repas à un refuge où l'on peut y venir en voiture, ce qui explique donc l'aspect plus aménagé des chemins du coin. On y prend nos sandwichs et on va s'installer près du petit cours d'eau pour se rafraîchir, mais...l'eau y est si fraîche que l’on ne peut même pas y laisser nos pieds. Après le début de la grosse chaleur d'après midi passé, nous entamons une nouvelle montée, la remontée du cours d'eau, cette montée ne sera en réalité pas très longue, mais vraiment suante dans le sens premier du terme! Les pauses pour boire y ont été plus nombreuses, peut être aurions nous dû attendre un peu plus de fraîcheur avant de partir pour l'ascension. Enfin, nous continuons le périple, il ne faut pas non plus arriver trop tard au refuge. Le reste du parcours de la journée est une nouvelle fois en montée, mais elle est plus longue que raide. Toutefois nous pouvons toujours admirer un magnifique paysage s'étalant tout autour de nous! En s'approchant du refuge plusieurs petites maisons nous indiquent que nous ne sommes pas loin. Ici encore le chemin est assez large, mais c'est pour apporter les ressources au refuge. Le Fanès est un refuge très moderne, donc très différent de celui du Biella. Ici nous aurons notre chambre pour nous 5, des douches, une salle avec des menus pour manger, c'est un vrai refuge de luxe, mais qui ne nous reviendra pas trop cher car ils nous ont gentiment aménagé une chambre de 4 pour nous 5, nous ne payerons donc que pour 4! Là encore le soir nous prenons chacun des ski wassers, et nous jouons un peu aux cartes sur la terrasse du refuge, nous essayons de programmer notre journée du lendemain, mais notre stratégie de n'appeler le refuge que la veille nous montrera ses limites. Un samedi de WE ensoleillé pendant les vacances, les refuges sont pris d'assaut par tous ceux qui font une randonnée pour le WE. Nous essayons donc de trouver une résolution à notre problème car nous ne voulions tout de même pas rentrer le lendemain, et donc notre italien va réussir à nous dégoter une nuit chez l'habitant à quelques centaines de mètres plus bas que ce refuge, une maison près de laquelle nous étions passés. Très heureux de cette intégration parmi les locaux, nous prévoyons donc le lendemain de ne faire qu'une boucle dans le coin, sans sac! Ayant remarqué qu'il y avait un lac non loin on se disait même que c'était l'occasion d'en profiter!

Falaise
Voir le récit avec photos et commentaires

Boucle du Fanès à l'habitant

Le lendemain nous bouclions donc nos sacs qu'il me semble nous laissions pour le moment au Fanès, et nous partions donc avec quelques barres de céréales et quelques gourdes pour notre boucle, non sans une petite grasse matinée avant! L'arrivée à un autre refuge nous donna l'occasion de prendre à nouveau un ski wasser, de jouer quelques parties de cartes, et ensuite nous repartions vers le lac. Entre ce refuge et le lac nous ne marchions pas vraiment sur un chemin, cette sorte de pré était un vrai gruyère, il y avait de beaux trous partout, ce qui explique sûrement qu'un serpent en soit sorti pour nous filer entre les pâtes me faisant une belle frayeur et ne me rassurant guère pour la suite de ce pré...Enfin nous arrivions en vue du lac, nous y cherchons donc la plus belle « plage » pour s'y jeter, une fois installé, nous mangeons et nous nous prélassons un peu avant que les motivés ne se changent pour se jeter à l'eau. En réalité seule Slam osera s'y lancer, l'eau est fraîche et de petites et étranges bêtes noires grouillant sur la surface de tous les rochers ne sont pas pour nous rassurer. Nous passons cependant un bon petit bout de temps au bord de ce lac, avant de repartir pour le Fanès pour y prendre nos sacs et les mettre dans notre lieu de nuitée. Arrivés chez notre habitant nous constatons qu'en fait c'est une sorte d'autre refuge mais en plus petit, bien que des gens y habitent ils ont de quoi accueillir à tout moment des gens de passage. Nous, arrivés en dernier nous serons dans le « grenier »...sur un sol en carton, non isolé, et avec de la nourriture pour les poules et les chevaux à coté...ce n’est pas vraiment propre, et au prix auquel nous devions le payer on trouve que vraiment c'est abuser, la chambre tout confort avec douche du refuge du Fanès nous avait coûté moins cher! Mais c'était ça ou nous dormions dehors ou chez nous, alors bon...bon gré mal gré nous dormirons ici. Après y avoir laissé nos sacs nous repartons pour une petite excursion, le temps se fait un peu plus menaçant qu'avant, mais nous découvrons encore de jolies facettes au coin!

Le lac à proximité du refuge Fanès
Sur le chemin du lac prêt du refuge Fanes
Voir le récit avec photos et commentaires

De l'habitant au Lagazuoi

La nuit fut moins luxueuse que la précédente. Le matin nous quittons le refuge après un petit déjeuner pris sur place, où nous ferons également quelques sandwichs pour la journée. Nous commençons la marche, en repassant devant le Fanès certains d'entre nous achètent des sandwichs car aujourd'hui nous ne devrions pas croiser de refuge jusqu'au soir. La journée commence par une petite ascension que nous avions déjà en partie repéré la veille, d'autres randonneurs sont là, certains même à VTT, et c'est vrai que ça doit être un coin très agréable pour ça ici! Une fois les quelques dizaines de mètres de dénivelé passés, la marche est très plate, mais une fois encore avec aucun signe de civilisation autour, ce qui nous donne une très belle impression, certes le premier lac que nous apercevons un peu en contrebas n'est pas très joli, mais sinon le paysage autour du chemin nous semble vierge. Nous arrivons même dans une sorte de prairie sur les hauteurs, un espèce de plateau immense où notre chemin passe au milieu, il est très agréable de marcher ici, on se sent au milieu de nulle part, en revanche, nous savons où nous devons aller et ça nous fatigue rien qu'à le voir!!! Nous devons passer dans un creux entre deux sommets que nous pouvons déjà apercevoir, à une altitude bien supérieure à celle où nous nous trouvons. Nous profitons donc pour le moment d'avoir une marche plutôt reposante avant d'attaquer la côte. Alors que nous marchions plutôt sur un chemin d'herbe, l'ascension du jour sera plus rocailleuse. Le soleil de fin de matinée commence à chauffer, des écarts se creusent entre nous, mais nous parvenons tous en haut, épuisés! C'est l'occasion de faire une petite pause, de jeter un coup d'œil sur la prairie d'où nous venions et aussi...de jeter un coup d'œil sur le lieu d'arrivée de notre randonnée. Certes nous voyons ce point, certes il paraît à même hauteur, néanmoins, il nous faudra bien longer le lac que nous voyons tout en bas...bien plus bas...où nous discernons la silhouette d'un baigneur!!! La descente est très raide, certains randonneurs s'y sont déjà engagés, et nous les voyons descendre sur le chemin en collimasson. Il nous semble que pour une avancée de 10 mètres à l'horizontal il nous faudra descendre au moins 200 mètres verticaux! Une fois tous d'aplomb nous commençons la descente en prenant bien notre temps, ce n'est vraiment pas l'endroit où il faut trébucher! La descente éprouvante plus moralement que physiquement se terminera donc sans encombre, et désormais nous nous disons que le lac serait sûrement un bien bel endroit pour notre repas de midi. L'eau n'est toujours pas très chaude, mais bon pour un lac de montagne c'est raisonnable, nous sommes donc 3 à nous y jeter et à nous détendre dedans! Nous patientons un peu avant de reprendre la route, nous préférons attendre que le gros de la chaleur soit passé une nouvelle fois. Nous prenons donc ensuite le chemin qui nous conduit droit vers un autre sommet, là encore la route n'est pas très pentue, mais ce qui est éprouvant c'est de marcher dans un endroit très vaste où pas un arbre n'est visible! Nous marchons sur des pierres le plus souvent et elles ne sont pas là pour nous rafraîchir! Giulio nous dira pourtant que c'est là que l'hiver il descend une longue piste de ski! Sur les montagnes nous avoisinant nous voyons quelques via ferrata et quelques grottes en bas des falaises. Nous continuons à monter, et intrigué par une sorte de bâche blanche dans une grotte non loin du chemin je m'en approche et découvre que c'est de la neige! Etonnant d'en voir sous une telle chaleur, j'en fais donc quelques boules à lancer sur mes amis randonneurs...il faut faire vite, avant qu'elle ne fonde!
Le chemin continue, et alors que le paysage n'a guère changé, des montagnes, ou plutôt des falaises tout autour de nous, un décor de cailloux sinon, nous entendons bêler non loin...intrigués, on a l'impression d'halluciner, mais non, quelques mètres plus loin nous arrivons en surplomb d'un pré traversé par une petite rivière où sont en train de paître des moutons! Vraiment surprenant de voir un tel paysage qui surgit d'un coup devant nous, alors que tout autour semble très aride! Le refuge est visible, mais encore loin, la montée s'effectue sur une surface presque lisse, nous longeons presque le vide sur notre gauche, et au loin sur notre droite nous voyons le creux entre les deux sommets que nous avions passé avant notre déjeuner. De nombreux panneaux d'informations nous racontent l'histoire des grottes que nous longeons, en effet, pendant les guerres qu'il y a eu par ici ces grottes ont servi de refuges et de ligne de défense. Nous passons encore une fois près d'un bloc de neige, et enfin, arrivons au refuge Lagazuoi. Nous y déposons nos sacs dans le dortoir, ressortons prendre notre ski wasser habituel et jouer un peu aux cartes en terrasse après avoir admiré le réel panorama à 360° que nous offre ce refuge. En effet derrière nous nous voyons d'où nous venons, et en face, étant sur une sorte de falaise surplombant tout le reste la vue est dégagé très loin. D'ailleurs il y a même un téléphérique qui propose depuis le bas que nous voyons de venir admirer la vue d'ici, c'est un peu dommage qu'il y est cette assistance, il vaut mieux mériter de pareilles vues mais bon...ne nous plaignons pas et profitons! Le temps se couvre malheureusement et il n'est pas très agréable de rester dehors, par contre Giulio nous propose de se lever avant le soleil le lendemain afin de pouvoir le voir se lever sur les sommets environnants. Ce sera ce que nous ferons, après tout la journée du lendemain ne devrait pas être vraiment éprouvante puisque l'on ne fera que descendre en bas du téléphérique (mais sans son aide) d'où nous prendrons des bus qui nous ramèneront à Venise.

Versant de montagne
Montagnes des Dolomites
Lac sur les hauteurs
Sommets Dolomites
Voir le récit avec photos et commentaires

Du Lagazuoi à chez nous.

La nuit est courte, le réveil difficile, et la température dehors glaciale, mais nous sommes bien tous les 5 à l'extérieur en train d'attendre que le soleil se presse un peu pour se lever. Sans doute avions nous prévu de mettre plus de temps que ça à nous lever car nous devons attendre un bon bout de temps avant de voir les premiers effets de l'approche du soleil! Mais à partir de là ce qu'il se passe n'a pas de description possible, c'est magique, une luminosité hors du commun, un paysage grandiose, des pointes de montagnes ensoleillées, des images à couper le souffle qui feront que personne ne regrettera de s'être levé si tôt et d'avoir autant patienté pour voir un soleil qui aura su se faire attendre!
Après quelques recommandations prises auprès du refuge, nous allons descendre comme nous l'avait proposé Giulio à travers les fameuses grottes qui ont servi pendant les guerres. Les casques et lampes de poches sont recommandés sinon obligatoires. Les grottes sont assez grandes pour y circuler, pas besoin d'être à quatre pâtes, mais les croisements ne sont quand même pas évident. De temps en temps on ressort de la pénombre pour replonger non loin dans une autre grotte. Au moins ici on n'a pas trop chaud! Des rampes en cordes ont été aménagées, par contre pour l'éclairage c'est chacun pour soit! On a dû passer pas loin de 45 minutes dans ces grottes avant de finir la descente sur un chemin, on se presse un peu afin de ne pas louper le bus que nous voulions avoir. En fin de compte la descente dans les grottes aura été très sympa même pour ceux qui à la base n'étaient pas très rassurés de se sentir enfermer dans le noir dans ces endroits complètement inconnus (!!!). Arrivés en bas nous sautons dans le car afin de rentrer chez nous, à Venise!

Montagnes des Dolomites
Grotte près du Lagazuoi
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage au Trentin-Haut Adige proposés par les Visoterriens.

1
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra