Visite de Hanoï

Vietnam et Cambodge du 6 au 26 avril 2006Un récit/album du carnet de voyage :
Vietnam et Cambodge du 6 au 26 avril 2006
Récit/album précédent :
Vietnam et Cambodge du 6 au 26 avril 2006
Découverte du VietnamRécit/album suivant :
Découverte du Vietnam
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Nous sommes partis de Marseille le 6 avril à 7heures pour Paris. Nous passons par Bangkok pour arriver à 11h30 à Hanoi le 7 avril, soit 6h30 heure de Paris. Pratiquement 24 heures de voyage, donc…
Marc, le guide francophone que nous aurons durant tout notre voyage nous attend à l’aéroport, avec Monsieur Tai, notre chauffeur. Ils nous emmènent à l’hôtel Hoa Binh où nous séjournerons chaque fois que nous serons à Hanoi.
Nous crapahutons à travers la ville jusqu’à 17h30 ! En réalité, nous ne nous sentons pas vraiment dépaysés, non pas parce que nous y étions passés il y a une dizaine d’années mais parce qu’Hanoi ressemble vraiment à Canton d’il y a 15 ans… Mêmes odeurs, même bruit, même circulation un peu folle… les vélos ont juste cédé la place à des petites motos… Il faut nous réhabituer pour traverser sans appréhension mais, comme nous l’avait conseillé Marc, il suffit de traverser doucement. Et c’est vrai, ça passe. Du bruit, un peu d’anarchie, mais pas de heurt… Pas de casque, non plus !
Hanoi doit son nom à sa situation géographique, comme nous l’expliquera Marc. « Noi » signifie en deçà et « ha » rivière ou fleuve. Hanoi est en effet située sur la rive méridionale du « fleuve rouge » et porte ce nom depuis 1831.
Capitale administrative et diplomatique, elle abrite maintenant de nombreuses industries (constructions mécaniques, caoutchouc, tabac) situées à l’extérieur de la ville. Il semble que les nouvelles constructions rencontrées sur le trajet de l’aéroport soient d’ailleurs plutôt pour les ouvriers des entreprises en question.
La ville elle-même a gardé son charme désuet, avec ses maisons coloniales, ses petits quartiers, sa végétation tropicale, ses lacs… Nous n’avons pas détesté le contraste entre la vie trépidante et le calme des lacs… Le vieux quartier, aussi, a son charme, même s’il commence à changer ! Côte à côte, nous trouvons des vieilles boutiques, des petits marchands assis sur le trottoir et des vitrines presque de luxe ! Etonnant ! Mais l’Asie elle-même n’est-elle pas étonnante ?!
Tout en flânant, nous arrivons vers le « temple de la littérature ». Il se trouve en face du musée des beaux arts, que nous avons l’intention de visiter aussi ! Il nous en coûtera 5000 dongs par personne plus 3000 dongs pour une plaquette descriptive en français (il me semble qu’un euro équivaut à 20000 dongs !).
Fondé en 1070, ce temple est placé sous la protection de Confucius. Considéré comme la première université nationale, où on enseignait la pensée et la morale confucéennes à partir des « grands livres classiques », il devient « temple de la littérature »au début du 19ème siècle, quand Hanoi perdit son titre de capitale.
L’ensemble se divise en 5 vastes cours intérieures. L’entrée est au sud et il faut savoir que la porte et l’allée centrale étaient réservées au roi et les portes latérales aux mandarins. Les deux portes latérales qui encadrent la porte centrale dans les deux premières cours portent des noms littéraires comme la « porte de l’Accomplissement de la Vertu », « la porte de la réalisation du Talent »…
La troisième cour renferme 82 stèles autour du « puits de l’éclat céleste » ; les stèles dressées sur des tortues en pierre, symbole de longévité, portent les noms des lauréats des concours mandarinaux, qui permettaient de recruter les hauts fonctionnaires.
Après le « portique des bons résultats, on accède à la quatrième cour, fermée par un pavillon à étages aux ouvertures en forme de lune dédié au génie de la littérature.
Dans la cinquième cour, se dresse le temple principal reposant sur 40 piliers de bois laqué rouge. Au milieu, une tablette votive de Confucius, et sur les côtés des statues des disciples de Confucius. (On se croirait vraiment en Chine !)
Le musée des beaux-arts, en face, est situé dans un superbe bâtiment colonial. Au rez-de-chaussée, le musée présente une collection archéologique, l’époque primitive, l’art du Champa et un statuaire bouddhique intéressant des 16ème et 17ème siècles.
Puis nous faisons un tour à la cathédrale Saint-Joseph. De style néo-gothique, elle a été édifiée par les français en 1886 à la place de la grande pagode Bao Thien. Elle est actuellement fréquentée très régulièrement si l’on en juge par les fidèles qui y étaient rassemblés, en prière. Actuellement, elle a une allure grise plutôt triste mais il semble bon de s’asseoir sur les bancs à sa gauche. On y a une impression de sérénité.
Après un tour dans le vieux quartier et au lac Hoan Kiem, ou « lac de l’Epée restituée », où tout en calme et sérénité, nous finissons la journée dans un décevant, d’autant plus qu’à la place de crevettes à la citronnelle, nous avons eu droit à des escargots de rivière… A la citronnelle, certes mais ce n’était pas vraiment ce que nous avions demandé ! Non, ce n’est pas parce que la serveuse n’avait pas compris notre accent mais simplement parce qu’il n’y avait plus de crevettes… A oublier, donc…Il était temps, de toute façon, d’aller nous coucher si nous voulions partir à l’heure le lendemain matin…

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

junguilinAuteur : Postée le 08 February 2007 par junguilin
Vu 879 fois
Vietnam et Cambodge du 6 au 26 avril 2006Un récit/album du carnet de voyage :
Vietnam et Cambodge du 6 au 26 avril 2006
Récit/album précédent :
Vietnam et Cambodge du 6 au 26 avril 2006
Découverte du VietnamRécit/album suivant :
Découverte du Vietnam
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
36 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations