Nuit à la Québecoise

Un été indien au QuébecUn récit/album du carnet de voyage :
Un été indien au Québec
Rencontre avec les baleinesRécit/album précédent :
Rencontre avec les baleines
Dans la forêt boréaleRécit/album suivant :
Dans la forêt boréale
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Nous arrivons à Hebertville où nous nous renseignons sur l’adresse de notre famille d’accueil, car nous avons décidé de passer une nuit vraiment chez l’habitant. Avant d’aller chez elle, nous pique-niquons dans un lieu superbe, au-dessus du lac mais… dans la voiture car le vent est vraiment très violent ! Même un chien de prairie trouve que ce n’est pas un temps à mettre le nez dehors et rentre dans son trou ! Le lac est cependant superbe !Le village historique de Val Jalbert, à Chambord. Il retrace l’histoire d’un village du début du 20ème siècle où un certain Monsieur Jalbert décida d’implanter une « pulperie », autrement dit une usine de fabrication de pâte à papier. Le site s’y prêtait bien avec une belle chute d’eau, la chute Ouiatchouan. L’usine est implantée juste au pied de la chute et une petite ligne de chemin de fer transportait ensuite directement la pâte à papier. Le site est beau, la lumière est belle et le vent est tombé : que demander de plus ! La visite est donc agréable et intéressante ! Nous montons allègrement les 105 marches qui vont de l’école au village. L’école était tenue par des religieuses, elle est actuellement un petit musée où est retracée l’histoire de la pulperie et de son fondateur qui a, semble-t-il, laissé un bon souvenir. « Un pauvre colon, qui n’avait rien pour vivre, n’avait qu’à se présenter chez M. Jalbert, qui lui donnait un emploi. Feu M. Jalbert, fort habile dans les affaires, avait compris les enseignements catholiques sur les rapports d’ouvriers et de patrons. Ses employés n’étaient point des machines, dont le bonheur lui était indifférent, mais c’étaient de véritables enfants, dont il surveillait les établissements, aidant de son argent et de ses conseils. » Voilà ce qui est dit à son sujet ! Le village en lui-même est agréable et nous pouvons visiter quelques maisons.
Nous admirons beaucoup la machine à laver Elle permettait déjà d’essorer.Il ne nous reste plus ensuite que 705 marches pour monter en haut du belvédère et admirer la chute. Après une petite marche sur le sentier du canyon, nous retrouvons notre hôtesse à Métabetchouan-Lac à la Croix (si j’ai bien compris, le premier nom est le nom indien). Nous pensions trouver une famille mais notre hôtesse est, en fait, une veuve qui al tourisme pour l’aider à vivre mais qui fait ça vraiment gentiment ! Elle a passé son après-midi à mitonner une soupe à la gourgane, la gourgane étant, comme chacun ne le sait peut-être pas, des sortes de fèves plus petites que les nôtres. Pour faire la soupe, il vous faut donc de la gourgane, de l’orge « spécial soupe » (pas terrible..), le tout mijoté dans du bouillon de porc. Elle nous offre ensuite un plat de fête, des petits pâtés à la viande, accompagnés d’un filet de dinde et de légumes du jardin. Puis, salade avec des betteraves du jardinet du fromage et, comme dessert, une délicieuse tarte tiède au bleuet, le bleuet étant un petit fruit qui ressemble à la myrtille. Nous discutons un bon moment avec elle puis avec les français qui se trouvent aussi chez elle.

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

junguilinAuteur : Postée le 09 February 2007 par junguilin
Vu 479 fois
Un été indien au QuébecUn récit/album du carnet de voyage :
Un été indien au Québec
Rencontre avec les baleinesRécit/album précédent :
Rencontre avec les baleines
Dans la forêt boréaleRécit/album suivant :
Dans la forêt boréale
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
15 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations