ÉTABLISSEMENT PROVISOIRE À TUNIS

Un récit/album du carnet de voyage :
TUNISIE I : PREMIER séjour en 1965-67
Récit/album précédent :
UN LONG SÉJOUR INOPINÉ À TUNIS
Récit/album suivant :
UNE COMMUNAUTÉ CLOÎTRÉE
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

SEMAINE du 08 au 15 septembre 1965

NOTRE NOUVELLE PATRIE

Après une correspondance épuisante d'un jour à Paris, tous s'envolent vers TUNIS, capitale de Tunisie, qu'on nous disait intéressante et vivante. C'était déjà rassurant pour les nouveaux citoyens que nous allions devenir.
Après deux heures et demie de vol, nous voilà survolant une ville toute blanche sur les bords d'une immense baie, elle-même donnant sur le bleu méditerranéen. Premier coup d'oeil superbe, je dois dire!
Une colline avec de larges et nombreux édifices qu'il me sera bientôt donné de connaître, les ministères de l'éducation, de l'habitation et des affaires étrangères. Puis, plus loin vers le sud, mais à une vingtaine de kilomètres, une montagne, près de laquelle j'allais habiter, le BOUHKORNINE, près du village d'EZ ZAHRA, quelques années plus tard, lors de ma seconde affectation en 1970-72.

NOTRE ARRIVÉE DANS LA CAPITALE et IMPRESSIONS PREMIÈRES

Notre débarquement sur le sol tunisien se fit calmement et assez rapidement, compte tenu de la fatigue cumulée, des bagages multiples à contrôler et du nombre d'enfants à surveiller. D'ailleurs, des officiers canadiens venus expressément de l'Ambassade de BERNE en Suisse (il n'y avait pas encore d'ambassade canadienne à l'époque à Tunis!) étaient là pour nous recevoir. Accueil rassurant tout à fait bienvenu, je me rappelle, pour le groupe soudain immergé dans un décors aussi étrange (costumes, langue, musique tonitruante de l'aérogare etc).
Clopin-clopant, un car fatigué nous conduisit vers la capitale de Tunis, située à 37km de là.

Je nous revois encore tous et toutes rivés sur les fenêtres salies du bus qui filait rondement sur l'autoroute à 2 voies (sic!). Nos yeux gobaient pour ainsi dire les paysages qui défilaient à l'extérieur: ici les maisons blanchies à la chaux, là les ateliers et commerces délabrés, à tout moment un âne lourdement chargé soit d'un barillet, soit d'un fagot, ou encore un troupeau nonchalant suivi de son berger. Mais, ce qui nous surprenait surtout, c'était cette nature nouveau format que nous avaient seuls jusqu'alors présentée quelques pages dessinées de notre enfance ou encore le cinéma d'action.

Puis, ô consternation, nous ne pûmes empêcher l'embarras et l'inconfort nous envahir en voyant des silhouettes blanches et légères déambuler sur les routes, et, bientôt, dans les rues achalandées de la ville tonitruante dont nous approchions. Ces silhouettes blanches, parfois noires aussi, flottaient presque au-dessus du sol; on voyait tout au plus des pieds de chair sautiller sur le bitume, parfois des mains nues s'agiter à mi-hauteur, puis un bout de nez et des yeux de marbre noir surgir d'une fente à travers le voile...

Étrange spectacle de fantômes se faufilant les uns au milieu des autres, vite devenu une obsession pour nous au cours des jours d'intégration qui allaient suivre...durant des semaines et des mois plutôt!

ÉTABLISSEMENT PROVISOIRE À L'HÔTEL TRANSATLANTIQUE!!!

La circulation se faisait de plus en plus dense et lente, les autos plus nombreuses et particulièrement vieilles. Les files de tacots menues et épuisées par les années s'emmêlaient dans les groupuscules innombrables de piétons indisciplinés qui tentaient de se faufiler pour traverser une rue, un boulevard, une place etc. Si peu de feux de circulation à travers cela, ce qui provoquait évidemment embouteillages, ralentissements et confusions.Nous ne pouvions croire que nous allions en sortir et y arriver, sans avoir écrasé quelques corps humains ou bêtes de somme!

Avec des boules dans l'estomac, nous sommes finalement arrivés en plein centre-ville où l'Hôtel Transatlantique se trouvait, au carrefour des Avenues de Paris et du Boulevard de Habib Bourguiba (qui allait devenir pour ainsi dire le terrain de jeu et des rencontres sociales pour les membres du régiment canadien nouvellement établi).

CONFORT MODESTE DE L'HÉBERGEMENT

Disons-le tout de suite, notre hôtel Transatlantique, nous a surpris et remués avec son apparence typique (colonnades en arabesques, arcades aux fenêtres), son immense salon avec boiseries aux coloris exhubérants; mais, nous allions vite constaté en plus que son confort était modeste avec ses 3*** de 1964, douteuses quant à moi! Les chambres, ou plutôt alcôves, pouvaient accueillir à peine 2 personnes avec peu de bagages. On entendait les enfants pleurnicher à tous moments du jour et de la nuit, et souventes fois les couples discuter intensément de leurs problèmes d'intégration et d'établissement. Un vrai confessionnal, je vous dis, que cet hôtel aussi bruyant que les boulevards d'à côté!

Nous comprîmes vite qu'il serait urgent de nous établir dans notre chez-nous rapidement pour nous éviter les ennuis d'une telle exiguité et promiscuité avec la foule dont nous faisions partie...

LOISIRS INTÉRIMAIRES

Le quotidien des premiers jours et des 2 premières semaines furent, bien sûr, consacrées à la connaissance du milieu, à l'adaptation socio-culturelle, tout cela à travers des visites ou excursions qu'il nous était donné de réaliser particulièrement lors de weekends prolongés. Me viennent encore à l'esprit des visites mémorables que nous avons trop rapidement faites, mais que nous nous promettions de reprendre dans les mois suivants:
1.VISITES de TUNIS

* Le Cente-Ville et l'Avenue Habib BOURGUIBA *La MEDINA la ville emmurée avec ses ruelles et boutiques;

La MOSQUÉE de Tunis et son impressionnant minaret
Le Musée du BARDO et ses collections de vestiges romains ou carthaginois

1.BANLIEUES de TUNIS

TivonAuteur : Postée le 25 novembre 2009 par Tivon
Vu 94 fois
Un récit/album du carnet de voyage :
TUNISIE I : PREMIER séjour en 1965-67
Récit/album précédent :
UN LONG SÉJOUR INOPINÉ À TUNIS
Récit/album suivant :
UNE COMMUNAUTÉ CLOÎTRÉE
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
19 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations