sd;fkasdipsa

Trip AsieUn récit/album du carnet de voyage :
Trip Asie
Récit/album précédent :
Suite et Fin
Récit/album suivant :
sd;fkasdipsa
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Depuis Vientiane, pas énormément de chose a vous racontez. On en prend toujours plein les mirettes ne vous y trompez pas, mais la découverte ce fais beaucoup a moto.
Nous roulons beaucoup ( Vientiane –Paksan – Thakhek – Savannakhet ), mangeons au bord du Mekong de délicieuse viande au barbecue accompagner de sticky Rice, en assistant parfois a de splendide coucher de Soleil sur la Thaïlande .

Je vais donc meubler ce récit, en m’essayant a un exercice un peu trop compliquer pour moi. Je vais tenter de vous présenter une de nos rencontre.

A peine les bagages poser a Savannakhet, nous rencontrons, une personne bien singulières.
Il es d’origine Vietnamienne, mais es nez au Laos ici même a Savannakhet. Il vit maintenant en Bretagne.
Apres nous avoir appris que ce 2 décembre est un jour férie au Laos ( jour de la « prise du pouvoir des communiste » )
Je m’empresse de lui dire de ce joindre a nous pour aller voir un match de foot, que j’avais repérer plus tôt en cherchant notre hôtel.
Nous y allons donc. Le stade est historique puisque construit par la France a l’époque. Mais il es a l’abandon ou presque, puisque seul la « pelouse » semble être tondu ou presque. ( et oui ca fais 2 « ou presque » )
Apres une séance de tir au but remporter par les rouges, un discourt au micro a la gloire du gouvernement coco, et une remise de coupe.
Nous entamons les discussions avec ce Breton, Laotien, Viet.
Et la commence les chose sérieuse, il nous raconte l’histoire du Laos, et même la situation du Laos actuel.
Impossible pour moi de vous retransmettre tous nos échanges qui se sont étendu en longueur et que nous avons décider de prolonger autour de Beerlao et d’un Repas au bord du Mekong.
A default de retransmettre nos échange, je vais vous raconter sont histoire.

Ces parent natif de hue au Vietnam vont fuir la guerre et se refugier au Laos, dans le village de Savannakhet. C’est la qu’il nais, il garde de ses origine le Vietnamien qu’il a appris de la bouche de ses parents.
Il va a l’écoles Catholique des sœur, apprend a parler le Français et vie une enfance comme tous les Laotien, sans eau ni électricité, mais pour l’époque rien d’anormale.
Les communiste prenne le pouvoir avec tous ce que cela implique ( camp de rééducation, mini génocide quoi )
Et a 17ans il aime le football les cheveux long et les pattes d’éléphant. ( le jean patte d’eph quoi ), ce qui lui vaut d’être arrêter dans la rue pointer par des kalachnikov, on lui rase la tète, on lui coupe aussi les patte d’eph. Ont le vire a coup de pied au cul et on lui dit « le capitalisme c’est fini ».
Si encore cela s’arrêtait la, ce serait beau. Mais voilà un jour ou il joue au foot, (dans le même stade ou nous assistons a un match bien des année plus tard )
Les militaires font irruption dans le stade, il es dénoncer ( de quoi on ne sais pas ) ayant déjà vue partir bien des copain, sachant bien qu’on ne fais pas long feu dans les geôle des rouges. Il prend la fuite, saute par dessus l’enceinte du stade, et s’en même réfléchir plonge dans le Mekong pour tenter de rejoindre la Thaïlande a la nage.
Encore une fois ce même Mekong autour du quel nous buvons avec lui, ou il nous explique encore que des années plutôt les cadavres des fuyard fusiller a vue par l’armer flottait a la surfaces, descendais depuis les villes amonts.
C’est donc ainsi qu’il quitte sa familles et sont pays, sans guère l’espoir d’y retourner un jour. Mais l’histoire de s’arrête pas la, arriver en Thaïlande, il es arrêter tabasser et interroger, « pourquoi quitte tu le pays ? » ( Espion ou pas espion quoi )
Il es enfin placer pendant 2 ans dans un camps de refugier ou des maladies tue a tour de bras et ou la gale et autre maladie sont partout.
Apres 2 ans de calvaire et des demandes d’asile politiques envoyer a tout les pays possible, la France accepte ca demande. Il es donc envoyer en France ou il es accueillis pas la croix rouge, qui va le rétablir physiquement après ces 2 ans d’horreur.
La première nuit l’infirmière va le retrouver sous le lit, en effet infester par la gale et autre, impossible pour lui de salir les drap blanc et le beau lit. « Je suis sale » lui diras t-il.

Apres le reste de l’histoire est plus rose :
- que sais tu faire ?
- un peu de mécanique
- ou veut tu aller ?
- je sais pas.
- La Bretagne ca te va ?
- Oui bien sur.

Quelque année plus tard très bien adapter a la Bretagne, il écrit un livre, « Du Mekong a la Seine »
Et quand le Laos commence ca réouverture au monde, il peut avec l’aide de la France qui lui procure un faux statut d’ambassadeur Français, avoir des nouvelles de sa famille et la revoir ( la sortis de son livre pouvant le mettre en danger ) .

Voilà, une rencontre très intéressante et enrichissante pour cette histoire, mais aussi car nous avons beaucoup échanger sur le mode de vie Laotien et sur le contexte et climat actuel.

Pas facile pour moi d’essayer de retransmettre cette histoire, de part mon inaptitude a écrire correctement, et aussi parce que cette histoire a nécessiter beaucoup de Beerlao pour être conter dans son intégralité.

Mais j’avais envi de la partagez avec vous.

Des bisous a toute ma Famille.
Et particulièrement a mes Frangins, Frangine, beau Frangins, et Nièce que j’ai jamais ou presque.
Faut pas m’en vouloir je pense beaucoup a vous mais c’est quand même difficile de voyager tout en étant très connecter !!!!

Auteur : Postée le 03 décembre 2014 par Sacha131313
Vu 4 fois
Trip AsieUn récit/album du carnet de voyage :
Trip Asie
Récit/album précédent :
Suite et Fin
Récit/album suivant :
sd;fkasdipsa
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
26 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations