Le lien du confort et autres découvertes

To East Hitch-HikingUn récit/album du carnet de voyage :
To East Hitch-Hiking
Du soleil dans une flaqueRécit/album précédent :
Du soleil dans une flaque
Récit/album suivant :
Je veux ma liberté
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Je n'y arrive pas.
Peut-être pas encore. Je suis tellement lié à la vie que je tente de rompre. La violence physique de cette rupture est presque insuportable. Cette nuit, j'ais rêvé de ma petite soeur, Camille. Elle me faisait rire. Elle n'arrêtait pas de se tordre en racontant des blagues. Puis, j'ais sentis mon ventre se noué aussi, mais pas de plaisir. Des contractions musculaires bien réelles m'ont tirées d'un sommeil trop léger. Mon corps souffre. Je n'ai pas réussis à me reposer. Ma tête n'est qu'un fumoir où les angoisses parlent trop fort. Je suis encore divisé. Dois-je continuer à voyager seul. C'est dur, vraiment. J'ais besoin à la fois de rester où je suis et de poursuivre ma route. Suis-je réelement capable de quitter le confort ?
C'est une question tellement stupide du point de vue de ma philosophie que je panique en me la posant. Je me sens faible. Je sais que si mon état d'esprit ne reprend pas le dessus ces prochains jours, mes peurs et mon désir de faire demi-tour vont m'emporter. Je me sens mal. Je ne sais plus quoi penser de tout ça.
Je vais tenter de méditer au risque de perdre les pédales.
Je pense à la chance que j'ais de rencontrer Bern, un monde nouveau à mes yeux. Et pourtant, la révolution artistique et pacifique dont nous rêvons parfois est déjà née.

Bern, l'humaine.

Plus petite que Besançon et on s'y sent comme dans une capitale culturelle importante. il y a la vie, il y a l'humain, l'essence de sa folie créative, l'esprit ouvert et accueillant. Je suis passé dans ce "squat" organisé où l'autorité policière serait inutile, inéfficace. D'ailleurs, depuis les années 80, plus aucune magnifestation violente entre les alternatifs et les forces de l'ordre n'aurait frappée la ville.
Tout le monde sourit à la vie ici ? Oui, c'est ça. Parlons, Buvons, dansons, marrons-nous. Nous discutons de la nécessité, au final, d'avoir un lieu hors social pour à la fois centrer et maîtriser nos pulsions de révolte. Ici, la liberté est parfois illégale mais son acceptation au sein de cette place légendaire en Suisse, permet aux quelques dérives de la jeunesse de ne pas devenir l'excès violent des grandes villes.

Ce matin, Frank prépare un bon petit déjeuner. La radio que nous écoutons passe d'une émission musicale italienne à un reportage en français sur la politique suisse. Frank m'explique que la volonté de cette chaîne est de donner à tous une expression de leurs identitées.
Que dire d'autre sinon que toutes les villes devraient ressembler à celle-ci. Un accord entre tous, évolutif biensûre.
Les élections fédérales, la semaine prochaine, risquent de tout changer.

Pour moi, le changement se fait attendre.

Je tremble, j'ais froid puis j'ais chaud et des spasmes me tirails l'estomac. Je voudrais me calmer, me rendre compte de toute la chance que j'ais. Mais les symboles de cette chance sont au fond de moi et concrètement je me sens seul.

DawPyAuteur : Postée le 15 October 2011 par DawPy
Vu 20 fois
To East Hitch-HikingUn récit/album du carnet de voyage :
To East Hitch-Hiking
Du soleil dans une flaqueRécit/album précédent :
Du soleil dans une flaque
Récit/album suivant :
Je veux ma liberté
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
16 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations