Tchad

Carnet de voyage au Tchad

Maison Musgum - Kousseri

1 semaine à faire des mesures GPS au Tchad... à peine le temps de découvrir le pays, mais déjà assez pour être dépaysé !!!

Durée : 8 jours ( du 15/03/2007 au 23/03/2007)
Zone : Tchad (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
Jean Marie
Carnet de voyage créé par Jean Marie
Le 26 March 2007

Vu 1324 fois
1

Kousseri

Petit passage au Cameroun pour mesurer 2 points GPS de l'autre coté de la rivière Logome.
10 000 CFA a un capitaine de la douane pour nous aider à passer sans visa ni déclaration de matériel... et nous voilà de l'autre coté.
Les aller retour se font tous les jours, autant de tchadiens vont à Kousseri que de Camerounais à N'Djamena.
Nous dégustons un poulet frit dans un petit boui-boui avec vue sur la rivière et le Tchad.
Après mon travail, je prends le temps d'aller une dizaine de kilomètres au sud de Kousseri pour visiter le point de confluence 12°N 15°E (croisement entre les méridiens et les parallèles).
Dès que l'on sort de Kousseri, on se retrouve sur une piste en latérite qui nous fait traverser des villages de maisons en briques de terre cuite avec les toits en paille.
Arrivé au point, j'aperçois au loin des femmes aux habits colorés sur un sentier entre 2 villages.
En repartant, je vois une maison sophistiquée sur le bord de la route. Mon chauffeur me dit que c'est une maison d'une personnalité importante du village.
Il est temps de repasser la frontière avant qu'elle ferme pour la nuit...

Kousseri - Cameroun
Maison Musgum - Kousseri
A Kousseri
Awale dans le sable de Kousseri - Cameroun
Voir le récit avec photos et commentaires

Ati

Mon travail doit m'amener vers Ati à 450km de N'Djamena. La route qui y mène est goudronnée sur les 200 premiers kilomètres, puis c'est une piste en sable plus ou moins bonne qui continu sur les derniers 250km.
Le paysage est d'une platitude étonnante, il n'y a pas grand chose qui pousse à part quelques arbres de ci de là et quelques buissons épineux.
Nous passons à coté de petits village fait de maisons en briques de terre cuite ou de paille...
Des attroupements se forment autour de puits forés à proximité des villages.
Nous croisons des pick up bondés de tchadiens cachés sous leurs cheichs blancs pour se protéger de la poussière et de la chaleur.
Il fait 40°C à l'ombre, mais celle ci manque cruellement !!
Nous coupons dans la brousse pour atteindre le point de confluence 13°N 17°E. Des tentes nomades et des dromadaires se trouvent proches.
Nous arrivons à Ati vers 19h après 7h de route.

Pick up taxi chargé sur le trajet vers Ati
Village sur le trajet vers Ati
Pick up chargé sur le trajet vers Ati
Village au Tchad
Voir le récit avec photos et commentaires

Ati

A Ati, nous logeons dans une petite auberge ouverte il y a peu par le gérant d'un bar. Nous sommes quasiment les premiers clients. L'auberge est ce qu'il y a de plus roots, de plus routard possible ! Les chambres sont sommaires mais correct, l'eau est stockée dans des jarres et le courant électrique étant inexistant à Ati, nous avons récupéré un groupe électrogène. Pour les sanitaires, la douche se trouve au même endroit que les toilettes (un trou dans le sol) et elle est infestée de cafards... bref, il n'y a que ça, on fait avec !
Nous nous promenons dans les alentours d'Ati pour mesurer nos points GPS qui sont éparpillés dans la brousse. Il y a toujours 1 ou 2 petits villages aux alentours et les gens s'approchent timidement pour nous demander la raison de notre présence...
Les gens d'ici vivent en majorité de l'élevage et de l'agriculture. A cette époque, avec 40°C à l'ombre, rien ou presque ne pousse. De grands troupeaux de boeufs déambulent et quelques dromadaires, les pieds entravés, sont laissés en liberté.
Nous croisons même le chemin de caravanes de dromadaires chargées de sacs de sucres.
Les gens sont aimables et amusés de voir un blanc (nassara) avec un appareil étrange... certains veulent nous inviter boire le thé dans le village, mais malheureusement le planning étant serré, je n'en aurai pas l'occasion.
Les points situés dans Ati nous amène une foule de personnes gravitant autour de nous. Un bonne trentaine d'enfants âgés de 5 à 15 ans ne cesse de me coller au train pour me regarder et essayer de me poser des questions. J'ai l'impression d'être un extra terrestre ! Les adultes eux sont inquiets pour leurs habitations et craignent un projet qui demanderait leur destruction.

Dromadaire vers Ati
Caravane de dromadaires à Ati
Rue d'Ati
Maison en paille
Voir le récit avec photos et commentaires

Ndjamena

Après 2 jours à Ati, dans la brousse, nous reprenons la route pour N'Djamena. 7h de route sur ces pistes en sable et les derniers 200 kilomètres en bitume. Le projet de route entre N'goura et Ati devrait débuter et permettrait de redonner un peu de vie à cette bourgade.
J'aperçois en chemin les mêmes petits villages qu'à l'aller avec ses petites maisons et les enfants qui me font signe de la main.
Je manque une photo excellente au passage près d'un puit. Au premier plan, un tchadien avec son cheich blanc sur la tête monte fièrement un dromadaire qui remonte le bac d'eau du fond du puit via un corde attaché à sa selle. Au deuxième plan, le puits et un arbre à sa gauche qui apporte un peu d'ombre. En arrière plan, un vingtaine de jeunes dromadaires, alignés cote à cote comme pour une course, attendent l'arrivée de l'eau à la surface pour pouvoir se désaltérer.
La photo aurait été magnifique mais la route m'hypnotisant j'ai aperçu la scène trop tard pour dégainer mon appareil. Elle ne sera donc gravée que dans ma mémoire...
Le dernier jour à N'Djamena me laisse un peu de temps pour sillonner la ville. Au bord de la rivière Chari, les tchadiens fabriquent des briques de terre cuite qu'ils laissent sêcher au soleil avant de les faire cuire. La technique de cuisson est simple : vous empilez les briques en laissant un espace dessous, puis vous recouvrez votre tas de boue qui en séchant formera une coque, enfin, vous mettez le feu en dessous (grâce au ouverture laissée en bas des briques) et le tour et joué !
Le marché artisanal de N'Djamena est bien fourni, avec de nombreux masques, chaises en bois, awelés, bijoux, peintures...
Je suis obligé de limiter mes achats, il faut tout de même que je puisse rentrer dans l'avion !!

Fabrication de briques à Ndjamena
Le Marché artisanal de Ndjamena
Ndjamena
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage au Tchad proposés par les Visoterriens.

1
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra