Dingboche

Sur la route de SagarmathaUn récit/album du carnet de voyage :
Sur la route de Sagarmatha
Acclimatation à KhumjungRécit/album précédent :
Acclimatation à Khumjung
Everest, nous voilà !Récit/album suivant :
Everest, nous voilà !
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

1er novembre
Nous connaissons désormais le début du chemin, puis ça commence à descendre sous Khumjung. On passe un pont en bois qui balance beaucoup avant de remonter tout ce qu'on a descendu. Longue remontée, les yacks, non contents de soulever d'énormes nuages de poussière sont toujours difficiles à doubler, et dans les passages étroits on a toujours la crainte de se faire pousser dans le ravin ou encorner.
Tengboche est malheureusement à l'altitude donnée par la carte (chose rare), il y a un beau monastère, un des plus connus de la région. Torture mentale en commandant mon repas, en voyant un grand étalage de pâtisseries pleines de crème et chocolat, mais à 300Rps ! Nous ne passerons pas la nuit à Tengboche, car tout y est plus cher. En effet, la présence du monastère et la vue sur l'Ama Dablam font grimper les prix. De plus un festival a lieu ce jour-là car c'est la pleine lune, aucune possibilité pour 8 personnes sans réservation donc.
En fin de compte nous n'irons pas très loin, on s'arrête à Deboche où nous trouvons une loge pas trop chère. Douche glaciale à la source, ce sera ma dernière avant un moment ! Soirée cartes, entre un jeu népalais appris à Namche (le Dumla).
2 novembre
Réveil bien frisquet, la buée a gelé sur la fenêtre. On est un peu inquiets du temps, il y a des cirrus, puis des lenticulaires durs le Lhotse. Je rejoins le gros du groupe devant une loge isolé après Pangboche. On finit par commander à manger, mais Seb et Max ne sont toujours pas en vue. Ils arriveront à la fin de notre repas, Seb bien malade.
Je marche tranquillement avec eux l'après-midi, pour ne pas les laisser seuls. Les autres foncent pour être sûrs d'avoir de la place à Dingboche. Yves et Foué reviennent chercher le sac de Seb, je les suis un moment avant de m'arrêter pour une grosse session photo. Je retourne faire des photos au-dessus du village après avoir posé mon sac au lodge, la lumière est magnifique. Coucher de soleil glacial, mais magnifique au pied de l'Ama Dablam.
A la fin du repas on apprend d'un guide francophone que nous allons avoir du mal )à nous loger à Lobuche et Gorak Shep, et pire encore à Tragnag et Dzongla. La suite du trek promet d'être tendue ! En attendant, on va se faire une randonnée à Chukhung demain, toujours pour nous acclimater. Nous sommes à 4400m et nous comptons monter à 5000m demain.
3 novembre
La température a encore baissé, j'ai gardé mon T-shirt et mes chaussettes toute la nuit cette fois, malgré le duvet -15°C. Bonne marche jusqu'à Chukhung, les torrents ont du mal à dégeler. La vallée est magnifique au pied de l'Ama Dablam, la face sud du Lhotse, l'Imja Tse (Island Peak, c'est un 6000m "facile").

On se sépare à Chukhung, Foué, Olivier et Méju voulant monter au sommet du Chukhung Ri (5500m). Plus loin, le souffle devient court en grimpant sur la moraine, elle nous parait sans fin ! En arrivant au sommet de celle-ci, on réalise en sortant la carte que nous nous sommes gourés : le lac que nous voulions voir (l'Imja Tso) est de l'autre côté du glacier. Et quel glacier ! Immense, long, à plat mais chaotique au possible, et recouvert de gravats à tel point qu'on peut se demander s'il y a bien de la glace dessous.

Ne voyant à priori pas de crevasse, on décide de le traverser. Incroyable, de la végétation pousse sur ce glacier à 5000m d'altitude ! La traversée nous prend un bon bout de temps tellement il y a de creux et de bosses ! Enfin de l'autre côté, on décide de rentrer : le lac est loin, on en a marre et on a faim. Juste à côté on tombe sur une vraie plage de sable fin abritée du vent ! Il n'en faut pas plus à Yves pour nous proposer de se prendre en photo en caleçon sur fond d'Ama Dablam. Idée stupide mais marrante !

On retrouve les 3 féroces à table à Chukhung, ils ont bien fait leur sommet. Longue descente sur Dingboche, mais comme ça descend on arrive à respirer. Au loge on retrouve Mohan, le guide francophone de la veille, qui s'avère être le contact au Népal de Seb ! Du coup, il nous donne plus d'informations pratiques, très sympa.

Nos trois "summiters" ayant été un peu crevé par le Chukhung Ri, ils décident de prendre le sentier normal demain, et non pas le Kongma La (un col à 5530m) comme ils avaient prévu. Avantage pour le groupe : ça fait trois bourrins qui arriveront tôt pour réserver les loges avant tout le monde.

PierrotAuteur : Postée le 16 December 2009 par Pierrot
Vu 440 fois
Sur la route de SagarmathaUn récit/album du carnet de voyage :
Sur la route de Sagarmatha
Acclimatation à KhumjungRécit/album précédent :
Acclimatation à Khumjung
Everest, nous voilà !Récit/album suivant :
Everest, nous voilà !
Commentaires
christtian
christtian le 14 February 2010 à 15:51

On voit que vous aimez la montagne. Encore bravo pour cet album. Je m'amuse bien à vous lire.

Pierrot
Pierrot le 14 February 2010 à 16:20

Merci pour ces commentaires agréables Christtian !
Et la montagne, je l'aime au point d'avoir choisi d'en vivre !

montagnes le 07 March 2010 à 21:08

Nathalie,
Magnifique album , bravo et merci, j ai passe un super moment a vous lire et admirer vos magnifiques photos.

Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
32 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations