on the world again

Auto-portrait

un voyage ne consiste pas simplement à voir de nouveaux paysages
mais à avoir surtout un nouveau regard...

un voyage se passe de motifs.
il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-meme.
on croit qu'on va faire un voyage mais bientot c'est le voyage qui vous fait...

la destination n'est en fait qu'un prétexte
l'essentiel est sur la route...

Durée : 365 jours ( du 13/06/2014 au 13/06/2015)
Zone : Tour du monde (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
benjo13
Carnet de voyage créé par benjo13
Le 01 June 2014

Vu 551 fois
1 2 >
Lancer le diaporama
  • Auto-portrait
  • ...

London : Longitude 0°

Quoi de mieux pour démarrer une boucle de 360° que d'être sur le méridien de Greenwich même, in London!!!
Ville qui semble ne jamais dormir ou de jour comme de nuit la vie y est animée et agitée..
Ville aux multiples facettes ou se côtoient facilement le plus excentrique comme le plus classique et cela dans tous les domaines...
Que se soit au niveau architectural,culinaire,vestimentaire,musical,..tout est ici un grand brassage de genres,de cultures et d'ambiances tous autant différents et contraires que possible mais qui paradoxalement se marient plutôt bien....
Bref une très bonne mise en jambes de quelques jours après avoir quitté non sans mal tout de même Marseille pour une petite halte lilloise fort sympatique(merci encore lolo) d'où j'ai enchainé pas moins de 3 trains,un ferry, et le métro pour enfin arriver après plus de 10 heures de voyage au cœur de cette étonnante capitale ou tout semble possible...
Je comprend mieux aussi l'utilité de l'eurostar sous la manche pour les busy men de la city...
Mais ça c'est bien pour les gens pressés..
Et ça ce n'est pas mon cas...
L'aventure commence et je veux en savourer chaque seconde!!

On the boat
Red London
Trafalgare square
Piccadilly circus
Voir le récit avec photos et commentaires

Moscou : Longitude 30°E

De pays en pays,d'une capitale à l'autre après London me voilà donc à Moscou...
Et comme toute capitale qui se respecte la encore se ressent cet extraordinaire dynamisme et cette effervescence permanente pour donner au reste du monde l'image de sa puissance et de sa grandeur, la aussi dans un mélange des genres ou les contrastes sont saisissants...
Et pourtant ici en moins d'un siècle, au cours du xx°, 2 immenses empires et pas des moindres vont s'effondrer !!!
Celui des tsars d'abord avant celui de l'URSS...
Mais malgré leur anéantissement ces empires sont présents encore aujourd'hui partout dans la ville....
Alors que les tsars ont laissés des palais et cathédrales rafinés et ornés d'énormes bulbes dorés et colorés sortis tout droit des contes des milles et une nuit l'empire soviétique à lui laissé des immenses ensembles ou l'esthétique n'était pas franchement sa priorité...
Et si toutes les statues de cette ère totalitaire ont bien été déboulonnées pour être regroupées dans un parc, dans les comportements et les mentalités y'a encore aussi des traces de ce passé si particulier...
J'en ai fait les frais..!!
A peine débarqué à l'aéroport la douanière m'arrache littéralement mon protège passeport sans aucun ménagement..
La malheureuse elle ne se rend pas bien compte que pendant un an ma vie tient uniquement dans mon sac à dos et à ce précieux sésame porte d'entrée et de sortie de tous les pays à traverser..
Un " oh putain" m'échappe donc bien évidemment spontanément...
Sans le comprendre elle en a bien interprété le ton et sans comprendre non plus sa réponse j'ai bien senti qu'il ne s'agissait certainement pas d'excuses...bien au contraire!!!
Après obtention du tampon sur mon visa elle me claque le passeport et ses lambeaux de plastique sur le comptoir et me fais signe de circuler, sans un mot mais avec un regard qui en dit bien plus encore...
Bienvenüe en Russie..!!
Les russes n'ont pas pour habitude de perdre du temps en politesse et courtoisies..
Ils sont peu affables,discrets,voir distants et entrer en communication avec eux n'est pas chose aisée aux premiers abords...
Même avec les "bonjours,merci,svp"usuels prononcés en langue locale et qui dans d'autres pays facilitent un peu l'approche, ici la glace est dure à rompre et elle résiste..!!
Mais je réussirais tant bien que mal à en dérider quelques uns quand même qui peuvent s'avérer plutôt sympas une fois le contact établi..
Autre expérience assez singulière aussi à Moscou, c'est celle de prendre le métro...
Ici tout est en langue cyrillique sans aucune traduction des stations et directions et à l'image de celui de Londres c'est un véritable dédale de couloirs et connections à tel point que le jour de mon arrivée tout droit debarquė de l'aéroport j'ai bien cru que j'allais y passer la nuit sans même pouvoir en sortir..
Car inutile de chercher le petit bonhomme vert ou "exit",ici ils n'existent tout simplement pas...!!
Alors il faut tenter de déchiffrer ces hiéroglyphes..
Faut dire aussi que ce metro est somptueux, certaines stations sont de véritables petits palais souterrains et toutes datent de sa construction dans les années 30...
C'est un véritable bon dans le passé et avec un peu de pratique, c'est comme tout, on fini quand même par s'y habituer.
Traverser les rues est aussi ici une sacrée expérience ..
Certaines sont d'ailleurs plutôt des autoroutes urbaines ou le décompte avant de pouvoir s'engager va jusqu'à 120 secondes...
Et une fois que c'est à toi c'est quasiment le départ d'un 100 mètres..!!
Tu as 20 secondes au pas de course pour arriver de l'autre côté de la chaussée et à peine le pied posé sur le trottoir d'en face les voitures démarrent sur tes talons..
Sinon y'a carrément des passages souterrains quand ça devient trop sport même pour Karl Lewis...et avec même des galeries commerçantes pour passer l'hiver au chaud sous terre sans avoir à mettre le nez dehors..
Et puis bien sur en plein cœur de Moscou y'a la fameuse place rouge avec sa somptueuse cathédrale.C'est la aussi que le g.u.m ancien magasin d'état voit converger toute la nouvelle bourgeoisie moskovite entrée de plein pied dans la société de consommation...
Le faste de cette énorme galerie marchande rutilante ne détonne plus avec les pauvres étals d'antant puisque sont concentrées maintenant ici toutes les plus grandes marques mondiales de luxe...
Mitoyen à la place rouge c'est aussi son Kremlin bien sur unique en son genre,qui domine la Moskova qui serpente à ses pieds..
A la fois ville-état,ville-musée avec sa place des cathédrales et ses bâtiments administratifs ou sont encore concentrės tous les pouvoirs politiques et religieux...
Les moscovites sont aussi avides de culture et de fêtes..
D'innombrables théâtres et salles de spectacles voient le soir venu se former des queues devant leurs entrées ou tout le monde s'est mis sur son 31...
Autant dire qu'avec ma dégaine de routard,mes baskets décathlon et mon jean's quechua je fais pas vraiment le poids..
La vie nocturne est ici plutôt intense et prononcée et y'en a quand même pour tous les goûts et les envies..
Sinon de nombreux parcs offrent d' immenses espaces de loisirs et de détente,avec poufs géants et grands airs de musique classique ou les gésers des fontaines jouent les chefs d'orchestre... Trop la classe..!!
Bref une ville insolite et agréable á découvrir mais demain c'est une autre histoire qui m'attend..
J'ai rendez-vous avec le transsibérien pour un premier tronçon de 24 heures..
Lentement mais sûrement je poursuis mon chemin...

La place rouge
Cathédrale St. Basile le bienheureux
La même de plus près...
Le gum sur la place rouge
Voir le récit avec photos et commentaires

Irkoutsk : Longitude 104°E

Une fois sorti de l'anonymat de la grande et belle Moscou se retrouver dans le contexte totalement opposé de la promiscuité d'un compartiment de train à partager pendant 24h avec 3 autres personnes change inévitablement les rapports humains.
C'est ainsi qu'en embarquant en gare de Moscou pour un premier tronçon de plus de 1800 km sur le transsibérien jusqu'à la ville d'Ekaterinbourg,je découvre les russes sous de meilleurs traits et arrive enfin à briser la glace entre eux et moi.
Même si la communication verbale n'est toujours pas évidente on se comprend par d'autres moyens,on échange,on partage et la langue n'est plus une barrière infranchissable...
Pour preuve je sympathise même avec un militaire russe !!!
Il s'agit là,je crois,d'un double exploit pour moi !!

Le confort du train est aussi une autre bonne surprise.
Les couchettes sont très confortables,l'aménagement bien pensé et l'ambiance générale à bord très agréable malgré la confirmation de la réputation des russes qui boivent beaucoup!!
Dans le compartiment mitoyen au mien, 2 militaires (y'a en pas mal dans les trains russes en effet) ont par exemple descendu pas moins de 2 bouteilles de cognac et plusieurs bières en quelques heures seulement..
Et au milieu de ces gars pourtant à peine bourés et toujours aimables,marion un petit bout de femme française de 25 ans qui entreprend seule un tour du monde quasi identique au mien..
Nos routes devraient alors se croiser plusieurs fois pendant l'année,à commencer par notre première escale à Ekaterinbourg que l'on découvre ensemble.

C'est l'occasion ici aussi d'être reçu chez l'habitant,honna une vieille babouchka pleine de sourires,de paroles,de chansons et de bons petits plats.. Ou la encore sans parler la même langue on communique et on se comprend.. Enfin pas toujours..mais qu'importe!!

Et je reprend le train pour mon second trajet de 3 nuits et 2 jours sur les rails pour rejoindre Irkoutsk et le lac baïkal a plus de 5200 km de Moscou...
Je suis cette fois-ci en compagnie d'un charmant couple de russes venu passé des vacances au bord du lac.
A mi-chemin,lors d'une escale en pleine nuit,un russe nous rejoint dans le compartiment,et à peine ses affaires posées,il monte dans sa couchette et n'en redescendra plus de 24 heures... Sans boire,ni manger,ni même pisser.
Quand je vous dit qu'ils sont spéciaux ces russes!!!

Autre particularité des transports en Russie,après le métro,les gares, ou tout est affiché non seulement en cyrillique mais aussi à l'heure de Moscou..
En fait ça paraît incongru mais ç´est plutôt pratique,enfin si on connaît bien les fuseaux horaires!!car rien qu'entre Moscou et Irkoutsk on en passe déjà 5 !!
Rares sont les touristes dans les trains qui sont par contre très utilisés par les russes et une couchette ne reste pas vide longtemps..
A peine libérée à une halte qu'elle est occupée dans la foulé ou a la gare d'après..
Faut dire aussi que les trains voyageurs semblent moins nombreux que ceux qui transportent des minéraux,bois,matériaux en tout genre ou conteneurs que je croise beaucoup plus.
le transport sur rail ça fonctionne apparemment ici bien mieux que chez nous..!!!

Et pour que tout ce va et viens de voyageurs se passe au mieux les "provodnistas"sont là !!
Ce sont de charmantes hôtesses qui sont responsables chacune d'un wagon et de la vie à son bord..
Elle contrôle déjà scrupuleusement les billets et identités de chaque voyageur embarquant pour que 2 personnes justement ne se disputent pas la même couchette... Et il est impossible de monter si on n'est pas un passager...
Elle surveille ça de près à chaque arrêt!!
Elle dispose d'un petit compartiment privé à l'entrée du wagon,et veille tout au long du trajet au confort de ses voyageurs..
Elle entretient les lieux et ce n'est pas rien!!
Imaginez- vous la trentaine de personnes que nous sommes, sous sa responsabilité ,à vivre en totale autarcie pendant plusieurs jours et plusieurs nuits dans l'espace réduit d'un wagon..
Le samovar,grosse bombonne d'eau chaude à disposition,très prisée pour faire du thé,du café ou des nouilles chinoises,est aussi de son ressort d'être toujours approvisionné.. Et il l'est!!
Bref la provodnista est indispensable au bon déroulement d'un tel périple ferroviaire.

Un périple qui m'a donc laissé cette fois-ci sur le quai de Irkoutsk que je ne découvre pas tout de suite pour aller directement en une petite heure de bus à Listvyanka,adorable petit village sur les berges du lac baïkal.
Ici c'est l'ambiance mer et montagne à la fois!!
Avec ses 22% de réserve mondiale en eau douce il s'agit bien la du plus grand et plus profond lac au monde... Rien que ça!!
Alors autant vous dire que face a lui vous avez plutôt l'impression d'être en bord de mer...
Il faut fixer très loin l'horizon pour y apercevoir les monts khamar daban qui le délimitent en partie.
On y pêche du succulent omoul que l'on sèche et que l'on vend un peu partout dans le village.
Beaucoup de résidents en font d'ailleurs commerce devant chez eux ou on le trouve à tous les stades du boucanage.
On dort ici dans des "isbas",posées dans des forêts de conifères.
ces authentiques chalets en bois avec de superbes lambrequins aux toitures et aux fenêtres m'ont d'ailleurs immédiatement transportés dans le cirque de cilaos à la Réunion..
Et s'il y a bien une coutume russe que je me dois de respecter ici,entre les montagnes et le lac,c'est bien celle du "banya" !!
Mon isba étant dotée de ce sauna traditionnel,impossible de résister à la tentation...
Et tradition pour tradition on va même se tremper dans les eaux glaciales du lac baïkal juste de l'autre côté de la route entre 2 sessions de chaleurs intenses... Trop bon!!
Et tout ça en compagnie de marion que j'ai encore retrouvé sur ma route..
Et pour respecter les us et coutumes à la règles on se "fouette"même à coup de branches de bouleaux..quelle expérience!!

Après ces quelques jours de farniente me voilà revenu sur la petite ville d'Irkoutsk,elle sans grand intérêt à mon goût mais c'est le passage obligé pour reprendre le rail...
Alors après avoir traversé l'Oural,les forêts et la taïga à bord du transsibérien ce sont les steppes herbeuses qui m'attendent demain depuis les fenêtres du transmongolien...

Provodnistas devant leur wagon
Ekaterinburg
Ekaterinburg toujours
Honna et moi
Voir le récit avec photos et commentaires

Oulan Bator : Longitude 106°E

En ayant envisagé le transsibérien comme un simple trait d'union entre l'Europe et l'Asie,je vis là,la première frustration de mon périple...
C'est vrai que prendre ce train de légende est déjà un voyage dans le voyage..
Mais moi qui croyais que les haltes sur ce long parcours me permettraient surtout de couper un peu la langueur et la monotonie du trajet,je réalise que non seulement rien n'y est languissant ni monotone,mais qu'en plus ces arrêts me font découvrir des lieux insoupçonnés et d'une beautė telle que je regrette déjà de ne pas pouvoir m'y attarder plus longtemps encore..
Car tous mes tronçons en train sont déjà réservés depuis Moscou,au vue de la complexité et de l'incertitude de pouvoir les obtenir au fur et à mesure.
D'autant plus qu'en cette période ou se cumulent ici aussi les congés,le début de l'été et la grande fête du Naadam à Oulan-Bator,les trains sont pris d'assaut.
Je n'ai donc pas d'autres choix que celui de suivre le rythme de mes billets en ayant la certitude de vouloir revenir marcher sur le lac baïkal gelė en plein hiver et découvrir plus en profondeur la Mongolie qui m'a littéralement subjugué pour le peu que j'en ai vu....
Car oui, ce que je pressentais avant même mon départ se révèle déjà comme une évidence...
Entreprendre un tour du monde en un an,c'est de la folie!!!
Je l'affirme et le confirme c'est bien trop court...n'en déplaise à certains!!
Je suis bien conscient cependant de cette exceptionnelle opportunité de voyage et j'en apprécie déjà pleinement chaque instant, je vous rassure...

Je quitte Irkoutsk qui réserve finalement quelques belles surprises architecturales et qui est surtout l'occasion pour moi de pouvoir assister à de magnifiques chants religieux dans quelques églises et cathédrales à m'en donner la chair de poule..
Faut dire qu'en Russie,à part peut être à Moscou,trop touristique et trop fréquentée par les étrangers je crois,les femmes doivent impérativement se couvrir les cheveux quand elles entrent dans des lieux de culte,et tous y pratiquent leur religion avec une ferveur et une intensité peu commune de nos jours...
Alors qu'en la chorale s'y met c'est le bouquet!!

Et me voilà de nouveau bercé par le doux tangage du train à regarder défiler ces paysages qui n'en finissent plus de s'étirer sur des kilomètres de terres vierges de toute présence humaine..
Je partage cette fois-ci mon compartiment avec un couple d'hollandais et une ukrainienne avec lesquels je passe un voyage très plaisant ou l'on rit beaucoup jusqu'au passage de la frontière russo-mongole...
Car si l'entrée en Russie est difficile et peu aimable,en sortir l'est plus encore !!
Arrivé au poste frontière le train stoppe.
Il faut alors ranger complètement le compartiment,pas même une bouteille d'eau ne doit rester sur la petite table d'appoint.
Les sacs et valises doivent être eux tenus à disposition des autorités.
Les toilettes sont fermés,plus aucun va et viens dans le couloir n'est autorisé et chacun se doit de rester scrupuleusement assis à sa place attitrée.
Et là une longue et interminable attente commence,ponctuée par un balais de policiers et de douaniers tous aussi charmants les uns que les autres...
Et quand ils se décident enfin à contrôler nos passeports ils ne font pas semblant !!
Il faut se lever,pieds joints,mains croisées dans le dos et ne pas sourire.
Le douanier épluche alors ton passeport,te le colle sous le menton et alterne maintes fois son regard entre le tien et ta photo avant de t'autoriser à te rassoir.
Ils repartent,reviennent avec les chiens,repartent encore...
Ce petit jeu va durer plus de 3 heures avant que le train ne s'ébranle enfin mais pour ne parcourir que 500 mètres!!
Les wagons ne passant pas la frontière sont alors détachés si bien que quand on a enfin la permission de descendre du train on constate qu'il ne reste en fait plus que 2 wagons à quai et sans locomotive!!
Après encore une bonne heure d'attente,mais cette fois-ci hors du train,on est prié de remonter à bord pour la restitution des passeports.
Et enfin,dans une grande secousse,un train mongole vient de s'accrocher à nos 2 wagons pour nous sortir de ce carcan qui aura duré plus de 5 heures!!
Tout le monde exulte de joie et applaudit !!
Les mongols sachant certainement ce que les russes nous ont fait subir,leur contrôle pour pénétrer dans leur pays ne sera qu'une simple formalité réglée en moins d'une heure.

Coincée entre 2 géants,avec la Russie et la Chine comme voisins,la Mongolie tente de se défaire de cet oppressant régime communiste auquel elle a été soumise bien malgré elle..
Des moches empruntes architecturales notamment de cette époque sont d'ailleurs toujours bien visibles à Oulan-Bator.
Cette ville pourtant ceinturée de montagnes est plutôt sale,bruyante et embouteillée.
Ici se côtoient d'immenses et hideux ensembles d'habitations à la soviet avec de flambants buildings ou des temples bouddhistes..
Mais la richesse et la beauté de ce pays est bien en dehors d'Oulan-Bator.
C'est en allant vers l'Est à 3 heures de la capitale que je découvre un de ces trésors...
Celui d'un monde ou les notions de temps et d'espace n'ont plus de limites..
Celui d'un mode de vie des derniers nomades qui vivent encore au rythme de la nature et de leurs troupeaux dans de vertes steppes infinies...
D'ailleurs difficile d'imaginer que ces paisibles mongols sont les descendants du grand Gensis khan et de ses hordes de cavaliers lancés à la conquête du monde.
D'une vie exclusivement nomade ils ne pratiquent en fait plus qu'aujourd'hui pour la plupart qu'une transhumance en hiver pour revenir aux beaux jours dans ces splendides vallées verdoyantes s'installer avec leur ger (traduisez yourtes) et tous leurs troupeaux et y'en a....
Vaches,brebis,yaks,chevaux...tous en libertė dans ces immenses paradis terrestres.
Mais vivre dans un tel environnement n'est pas non plus de tout repos.
Chaque journée est dictée par son lot de contraintes.
Ainsi 2 fois par jour il faut traire les bêtes,quand pour la jument ça peut aller jusqu'à 5 fois..
Déplacer les troupeaux dans les steppes les plus herbeuses.
Aller chercher l'eau dans les puits ou les rivières voisines.
S'approvisionner en bois pour cuisiner et se chauffer.
Entretenir les yourtes.
Tondre les bêtes et les marquer..
Et surtout et avant tout,en ce moment,préparer les meilleurs chevaux pour la grande fête annuelle du Naadam en juillet avec 3 disciplines phares dans ces olympiades mongoles,
Le tir à l'arc,la lutte et la course de chevaux..
Alors autant vous dire que dans la quiétude cet étonnant silence des steppes,seuls résonnent les sabots des chevaux lancés au galop par des gamins qui,tels des centaures,semblent ne faire plus qu'un avec leur monture qu'ils entraînent comme de vrais sportifs de haut niveau.
La séance commence par des tours de chauffe au pas qui vont s'accélérer ou ralentir au rythme des chants des enfants pour finir par de véritables hurlements quand ils se lancent dans de grands sprints en cravachant tant et plus leurs montures qui semblent,elles,prendre moins de plaisir qu'eux a cette course effrénée..
Et quand les gosses ont fini de "jouer" les adultes prennent le relais pour un entraînement sans cavalier mais à l'assaut des collines les plus abruptes que doivent gravir ces étalons,la encore sous les cris de motivation de leur maître qui ne cesseront qu'une fois le sommet désigné atteint.
Et après encore un petit quart d'heure de marche au pas les bêtes peuvent enfin souffler un peu jusqu'à la séance du lendemain.

C'est donc avec un plaisir indescriptible que j'ai pu partager pendant quelques jours le quotidien de ces nomades et vivre dans un tel environnement procure une sensation de bien être et de plénitude rarement égalée...
Alors si j'apprécie la ville pour ce qu'elle a à voir et à prendre je lui préfère bien plus la nature pour ce qu'elle a à vivre et à donner.
D'où ma légère frustration de devoir déjà reprendre la route,moi aussi nomade pour un temps.
Ma prochaine destination via le transmongolien étant Pékin...

Maison à Irkoutsk
Gouttière
Maison à Irkoutsk
Provodnista mongoles au départ d'Irkoutsk
Voir le récit avec photos et commentaires

Pékin : Longitude 116°E

Passer des immenses steppes mongoles de ce pays,qui est l'un des moins densément peuplé au monde,à la Chine et à Beijing,qui est elle,l'une des villes les plus densément peuplée avec plus de 20 millions d'habitants,est un énorme contraste que j'ai beaucoup de mal à supporter...
Autant j'ai regretté de ne pas plus m'attarder en Mongolie autant je suis presque content de fuir cette ville de dingues...
Au vue de la complexité pour obtenir un visa chinois,je pensais déjà que le passage de la frontière allait être encore toute une histoire..
Étonnamment non!! mais il faut bien que les chinois se distinguent quand même un peu du reste du monde..
Alors s'il m'a fallu plus de 3 heures pour entrer en Chine,ce n'est pas par excès de zèle des douaniers mais c'est qu'ici la largeur des rails est spécifique au pays!!
Il faut donc désolidariser chaque wagon,les rehausser avec des vérins hydroliques pour en extraire les essieux et les remplacer par d'autres adaptés aux normes chinoises...
Longue et fastidieuse opération que l'on suit depuis l'intérieur du train!!

A peine débarqué à la gare de Beijing je suis littéralement noyé dans une véritable marée humaine qui se déverse des innombrables trains arrivants de tout le pays..
Ce sont des milliers de chinois qui se bousculent et te piétinent sans ménagement aucun..
De toutes les foules dans lesquelles j'ai pu me trouver lors de concerts,festivals ou manifestations en tout genre,jamais je n'ai ressenti une telle oppression physique au milieu d'autant de personnes compactées au mètre carré..
Rajouté à cela une chaleur et une pollution record rendant l'atmosphère irrespirable et je suffoque complètement!!
Alors je prends sur moi pour aller quand même voir la place Tian'anmen,la cité interdite,le palais d'été et quelques vieux quartiers typiques de hutong et je file d'ici...
Pensant trouver un peu moins d'agitation vers le sud en faisant une halte à x´iam pour aller voir la fameuse armée enterrée de terre cuite,je suis encore pris dans ce tourbillon de la population,elle aussi en congés,qui en profite donc pour voyager..
Mais pensez-vous que les chinois soient un peu plus détendus en vacances?!
Pas le moins du monde!!
Le temps c'est de l'argent,et visiblement ils ne veulent perdre ni l'un ni l'autre et courent frénétiquement après les 2!!
C'est encore une gigantesque fourmilière humaine qui grouille de toute part et dans tous les sens..
C'est un véritable enfer qui me rend agoraphobe!!
Pour compléter le tableau il faut savoir que les chinois sont sales,très sales..
Ils crachent de gros mollards partout;dans la rue,les magasins,les restos,le train..
D'ailleurs après plus de 7800 km parcourus sur les rails depuis Moscou,les trains chinois sont bien aussi les plus sales et leurs toilettes rapidement inutilisables tellement ils les pourrissent vite et bien!!!
Est ce par paresse ou par pudeur? Une autre spécificité chinoise,celle de dormir tout habillé et c'est à peine s'ils quittent leurs chaussures..
Individuellement ils sont pourtant plutôt aimables et désolés de ne rien comprendre à ce que tu leurs demande sans pouvoir t'aider.
Mais dés qu'il y a du monde ça devient vite l'esprit de compétition et c'est chacun pour soi...
Le problème étant,qu'ici du monde,y en a partout!!

Après une énième nuit dans le train je fais escale à Shanghai.
Peut-être que je commence un peu à m'habituer à cette ambiance et à cette atmosphère pesantes mais je trouve Shanghai moins oppressante avec pourtant plus de 23 millions d'habitants.!!
Il y a ici une impressionnante skyline sur les berges de la rivière Huangpu qui traverse la ville du Nord au Sud.
C'est le quartier du Bund ou se presse évident tout le monde..
Le métro est ici tentaculaire...avec carrément des banques,restos,coiffeurs..dans les galeries.
Élément positif il est très moderne et très bien organisé pour s'y repérer sans trop de mal..
Heureusement car certaines stations-correspondances de plusieurs lignes ont jusqu'à 20 sorties différentes!!!
Et ils poussent même le vice à mettre des écrans vidéo défilants dans l'obscurité des tunnels,mais que personne ne regarde,à part moi je crois,chacun ayant les yeux et l'attention rivés sur son portable.

En partant pour la frontière sino-vietnamienne c'est encore le partage d'un compartiment de train qui me réconcilie un peu avec eux..
Je suis en compagnie de 3 jeunes étudiants à Shanghai rentrant dans leur famille pour leurs grandes vacances annuelles de 10 jours!!
J'ai un peu de gène et beaucoup de mal à leur faire comprendre que je suis moi sur la route pour un an...
Car tout jeunes étudiants qu'ils sont,ils ne parlent pas un mot d'anglais..
A quoi bon puisque la langue de l'avenir est le chinois je crois comprendre!!
Ils sont tout fou et le fait de voyager avec un étranger décuple visiblement leur excitation.
Rajouté à cela un alcool de riz dégueulasse mais efficace que je dois partager avec eux et la fête est à son comble..

Nanning est ma dernière ville chinoise parcourue.
La encore en lieu et place d'une petite ville frontière que j'imagine,je me retrouve encore dans une mégapole,sans charme aucun, de plus de 2 millions d'habitants toujours aussi pressés,stressés et stressants..
Et pour vraiment ne rien regretter à quitter ce pays,c'est sous des trombes d'eaux que je passe la frontière en transitant à pieds et d'un petit bus électrique à un autre pour enfin atteindre le Vietnam complètement trempé mais heureux d'y être enfin arrivé...
Je n'avais à priori pas trop l'intention de m'attarder en Chine.
Je confirme cette impression à posteriori même s'il ne s'agit que de mon humble opinion très hâtive et subjective.

Changement des boggies à la frontière sino-mongole
En route vers Beijing
Gare de Beijing
Vieil homme et son tuk-tuk
Voir le récit avec photos et commentaires

Hanoi : Longitude 105°E

Hanoi est ma première halte vietnamienne.
Je prends alors conscience que je suis maintenant en Asie pour quelques mois et qu'il va bien falloir prendre un peu sur moi pour appréhender et accepter le mode de vie si particulier de ces pays,du moins dans les capitales et les villes principales..
Car loin de trouver ici le calme et la tranquillité un temps soit peu recherchées,je débarque dans une ville grouillante,oh combien bruyante et elle aussi baignée d'une moite chaleur.
Mais ce tumulte et ce bordel ambiant fini par s'apprivoiser,devenant presque plaisant ou tout du moins amusant et plus folklorique qu'en Chine.
Ici la circulation est d'une anarchie la plus totale et la plus absolue.
Oubliez les feux tricolores,les passages piétons et tout le reste qui n'existe pas!!
Alors pour tenter de traverser une rue,pour ne pas poiroter 2 heures comme tout bon touriste avant d'oser se lancer,ma technique des premières fois est celle de coller un hanoien et de ne pas le lâcher d'une semelle tant que je ne suis pas sur le trottoir d'en face..
Trottoirs,quand ils existent,qui sont souvent impraticables aux piétons,car envahis par les étals des commerçants,les petites tables et tabourets des bouis-bouis vendant leurs délicieuses soupes ou encore carrément les innombrables motos qui en font office de parking..
Dans ce brouhaha permanent le Klaxon est roi et chacun en use et en abuse à tel point qu'il ne sert plus à rien si ce n'est qu'à conforter son utilisateur dans cet enchevêtrement inextricable de voitures,motos,cyclo-pousses,vélos,porteurs ambulants et toi pauvre piéton qui essai de se frayer un chemin au milieu de tout ça sans jamais trop savoir une fois engagė sur la chaussée,ni quand ni comment tu arriveras de l'autre côté.
Dans le vieux quartier,nommé celui des 36 rues,chacune regroupe un secteur d'activité bien particulier passant ainsi de la rue des ferrailleurs,à celles des bambous,en passant par celle des teinturiers,un peu comme un immense marché ou se succèdent les ambiances et les odeurs les plus agréables à celles les plus nauséabondes.

Je décide de prendre un peu le large et d'aller visiter la splendide et unique baie d'halong.
Bien mal m'en a pris,j'ai vécu la ma première grosse galère du voyage..
D'abord,il fallait s'en douter,à paysages uniques et mondialement réputés,une horde de touristes est la..
J'ai beau en être un aussi,je les fuis quand même au maximum..!!
Et c'est la cohu bohu générale pour embarquer tout ce monde sur les nombreuses jonques à quai.
Après il est vrai,une magnifique journée à sillonner entre ces majestueux rochers façonnés par la nature,et une petite virée en kayak,le temps de prendre une douche,un petit malin s'introduit dans ma cabine par la fenêtre et repart avec ma petite pochette secrète contenant carte bancaire,argent et i phone!!!
Par chance mon passeport était lui déjà entre les mains du capitaine.
Les jonques étant accolées au mouillage pour la nuit,impossible de savoir dans laquelle s'est échappé ce petit pirate malgré mes maintes suppléances à l'équipage !!
Je vous passe les détails qui s'en suivent avec débarquement des flics le lendemain(pas plus étonnés que ça,je ne suis visiblement ni le premier ni le dernier berné de la sorte),déclarations,mise en opposition,allô western Union via ma gold et un petit coup au moral qui m'a un peu gâché et écourté cette petite croisière devenue un cauchemard!!
Mais tout est à peu près reglé maintenant.
Un homme averti en vaut 2..
Je repars donc plus méfiant et plus prudent encore que je pouvais l'être jusqu'à présent..
Direction sapa et les montagnes du Nord.

J'arrive dans cette petite bourgade à plus de 1600 mètres d'altitude,heureux d'y trouver un peu de fraîcheur et de nature..
En ce samedi c'est à sapa le jour du marché des amoureux.
Il est dénommé ainsi du fait que la région soit peuplée de minorités ethniques vivants isolées dans les montagnes,et qui se retrouvent non seulement ici pour vendre leurs productions et artisanats mais aussi pour y trouver l'âme sœur...
Je repart donc en direction des villages non pas avec une amoureuse mais avec une flopée de femmes et leurs gamins qui t'escortent et qui tentent à chaque pause de te vendre leurs artisanats de manière un peu trop insistante d'ailleurs..
D'autant plus que si tu as la faiblesse d'acheter une fois, elle te tombent toutes dessus et tu as beaucoup de mal à t'en défaire..
Quant aux gamins ils te supplient de leurs petites voix,d'incessants refrains "buy for me please" ou t'abordent dans les villages par de joyeux et tonitruants " hello pen" en mimant d'écrire sur leurs petites mains..
Les temps changent !!!
Mais malgré tout ce petit manège la région couverte de rizières qui s'étirent en restanques est splendide.
La baignade dans des vasques aux pieds des cascades des plus rafraîchissantes.
Les habits traditionnels des ces ethnies sont spécifiques et magnifiques.
L'accueil et l'ambiance dans les villages très agréables.
Bref une bonne bouffée d'oxygène avant de redescendre vers Hanoi et plus au sud encore...

Homme à la palanche...
Marché d'Hanoi
Sur le marché
Sur le marché
Voir le récit avec photos et commentaires

Hô Chi Minh : Longitude 106° E

Après avoir parcouru en train la Russie,la Mongolie et la Chine, c'est maintenant en bus que je traverse le Vietnam.
Autant le confort des wagons-lits du transsibérien était tout à fait acceptable,autant celui des " sleeping-bus" Viêts l'est beaucoup moins...
Les sièges ont beau s'incliner quasiment à l'horizontale,ils n'en restent pas moins étroits et un peu courts pour moi..
Les à coups du chauffeur bercent bien moins mes nuits que le doux tangage du train et pour compléter le tableau la climatisation comme la musique(de piètre qualité qui plus est) sont toujours bien trop fortes à mon goût!!!
Il n'en reste pas moins vrai que c'est un moyen pratique et économique pour parcourir le pays et que la encore,l'ambiance à bord et les rencontres que l'on y fait,compensent un peu tous ces inconforts...
Me voilà donc arrivé à Hué après cette première expérience de "sleeping-bus" Viêt.
Ancienne capitale impériale fondée par les chinois, Hué possède donc une immense citadelle au sein de laquelle se trouve la cité impériale qui renferme en son centre la cité interdite.
Un peu comme le principe des poupées russes en fait mais sur un modèle chinois!!
La région comporte aussi de nombreux tombeaux de tous ces princes et empereurs un peu mégalos qui se sont succédés et qui se sont fait édifiés de véritables palais funéraires respectants des règles strictes de géomancies,espérant reposer ainsi en paix pour l'éternité...
La région possède aussi un autre atout de taille avec la lagune Tam Giang.
C'est l'une des plus grande de toute l'Asie dans laquelle viennent se déverser 3 rivières créant ainsi une eau saumâtre propice au développement d'une pêche riche et variée que le peuple des sampaniers encore appelé le peuple flottant ou peuple filet a bien su exploitée...
Un peuple absolument fascinant qui ne vit donc ni sur terre,ni sur mer mais qui est en suspension entre 2 mondes,perché sur ces frêles baraquements en bambou qui sont complètement anéantis au moindre typhon et qu'ils doivent inlassablement reconstruire tous les ans..
Une rencontre passionnante et émouvante..
Après Hué c'est à Hoi An que je fais escale pour une petite semaine de farniente dans cette adorable petite ville de la côte vietnamienne qui sera je pense mon coup de cœur de ce pays..
D'abord rien que son nom qui signifie "se réunir dans le calme et la sérénité" est déjà tout un présage...
Et elle le porte remarquablement bien ce nom !!!
Du fait d'avoir eu l'excellente idée d'interdire tout véhicule à moteur dans toutes les petites rues de la vielle ville pendant la journée,il y règne en effet un calme et une quiétude des plus appréciables qui contraste vraiment avec cet habituel vacarme incessant des villes Viêts..
Hoi An était à sa grande époque un carrefour maritime important et représentait une ville étape sur la route de la Chine et beaucoup de navires y jetaient l'encre.
Au début du xx° siècle c'était même le port international le plus important de ce pays.
Il reste de ce fastueux passé un charmant mélange d'architectures japonaises,chinoises,Viêts et françaises qui rajoute encore plus de plaisir à découvrir cette ville et se perdre dans ces petites ruelles si tranquilles.
Autre atout de Hoi An,à 4 km de la ville au Nord ,de magnifiques plages...
Les rejoindre à vélo est l'occasion en plus de belles ballades aux alentours et de détours à travers rizières,potagers,palmeraie et petits villages de pêcheurs.
Au sud, le superbe archipel des îles Cu Lao Cham m'offre encore d'autres possibilités pour pédaler dans un environnement insolite passant d'un îlot à l'autre par de surprenants ponts éphémères à la rencontre de villageois et de leurs artisanats multiples et variés..
Il n'en fallait pas d'avantage pour me convaincre de me poser ici pour quelques jours de farniente bien mérités!!
Après quoi je quitte un temps la côte pour reprendre un peu de fraîcheur et d'altitude dans les montagnes de la région de Da Lat.
Haut lieu de villégiature des colons français qui s'y réfugiaient pour échapper à l'accablante chaleur des moussons.
C'est ici la région de la culture maraîchère et horticole qui approvisionne le pays grâce à son climat propice " d'éternel printemps ".
L'occasion pour moi de petites randos autour de ces plantations,lacs et cascades des plus agréables.
Avant de redescende dans la moiteur et l'effervescence d'Ho Chi Minh.
Avec ces 9 millions d'habitants,Saïgon est bien plus peuplée encore qu'Hanoï et la circulation y est tout aussi démentielle avec cette même horde inextricable de cyclo-pousses,motos,vélos,bagnoles et piétons qui s'entremêlent et se démêlent,je ne sais toujours pas par quel miracle,mais sans jamais s'entrechoquer!!
Cette ville est en ébullition permanente,des tours y poussent un peu de partout.
La nuit même si la température baisse,la fièvre ne semble pas pour autant vouloir tomber,bien au contraire...et c'est sons et lumières à outrance!!
Ville hétéroclite ou se côtoient belles avenues chics de ces grands hôtels de l'ère coloniale,grandes enseignes de luxe et restos gastros avec ces minuscules ruelles à peine visibles aux échoppes de fortunes et gargotes à l'hygiène douteuse.
Après avoir vu l'amusant spectacle des " watter pupets show" à Hanoï ,j'assiste ici dans l'enceinte du bel opéra(d'architecture coloniale française)à un spectacle de cirque contemporain des plus impressionnants mettant en scène une allégorie de la richesse et de la diversité culturelle Viêt.
Le "Ao show" est un incroyable mélange d'acrobatie,de contortionisme,de jonglange et de performances physiques avec un orchestre en live,tous utilisant objets et instruments traditionnels pour une chorégraphie en musique absolument époustouflante.
Un très grand moment pour clôturer en beauté mon séjour sur Saïgon.
Direction le delta du Mékong.
Cet immense fleuve de plus de 4500 km prend sa source dans l'Himalaya,traverse la Chine,la Birmanie,le Laos,la Thaïlande,le Cambodge pour afin atteindre le Viêt-Nam et façonner toute cette région du delta par ces alluvions.
Ce tentaculaire réseau de canaux et cours d'eaux crée un système écologique complexe et une grande diversité biologique dont les 16 millions d'habitants tirent leurs subsistances.
La végétation y est d'une grande luxuriance.
Vergers,potagers,rizières,pêche constituent ici le grenier alimentaire du pays.
Après un passage sur My Tho et Ben Tre en navigant de criques en criques pour voir tous ça de plus près,depuis Can Tho je me rend à l'aube au grand marché flottant de Cai Rang pour assister à cette incroyable rencontre sur l'eau de tous les commerçants de la région ou vendeurs et acheteurs s'accostent d'une embarcation à l'autre.
Dernière nuit vietnamienne dans le delta du Mékong à Chau Doc,ville Carrefour pluri ethniques et l'opportunité de rencontrer les habitants d'un petit village "Champa" de confession musulmane avec femmes voilées et mosquée sur le Mékong..plutôt insolite !!
Et c'est parti pour une petite journée de navigation à remonter le Mékong en longeant ses berges parfois habitées et souvent vierges en direction du Cambodge.
Passage de l'improbable poste frontière fluvial assez rapidement pour arriver sur Phnom Penh par la rivière Tonle Sap qui borde la ville.

L'une des portes d'entrée de la citadelle de Hué
Jardin de la citadelle de Hué
De la citadelle à la cité impériale
Dans la cité impériale
Voir le récit avec photos et commentaires

Phnom Penh : Longitude 104°E

C'est toujours assez surprenant de passer une frontière.
Comment une simple ligne de démarcation puisse à ce point changer les choses si subitement....
Et c'est d'autant plus frappant quand cette séparation est virtuelle et non matérialisée comme l'est la frontière fluviale vietnamo-cambodgienne sur le Mékong !!
D'un instant à l'autre tout est si différent.
Le langage,la monnaie,le faciès des gens,leurs vêtements,leur bouffe,leurs maisons,leurs expressions et leurs comportements deviennent tout autres.
Alors en passant du Vietnam au Cambodge,c'est une fois de plus tout un environnement qui bascule soudainement sous mes yeux..
Et plusieurs paramètres convergent pour me donner une impression plus que positive de ce changement en arrivant au Cambodge à peine sa frontière franchie...
D'abord si y'en a bien un qui soit content que la rentrée soit passée,c'est moi..!!
Fini les hordes de touristes qui s'agglutinent les uns sur les autres comme je l'ai trop souvent vécu au Vietnam.
Ce pays étant en plus une longue bande étroite du Nord au Sud,dans un sens ou dans l'autre on est finalement tous dans la même direction et il est difficile de s'éviter...
Le Cambodge a déjà l'avantage d'être lui plutôt rond ce qui permet de rayonner un peu dans toutes les directions et il est aussi un peu moins touristique.
En y arrivant en plus à la basse saison j'ai donc laissé derrière moi bon nombre de "farangs" en vacances en Asie rentrés au pays et le chemin s'éclaircit un peu sous mes pas pour mon plus grand bonheur...
Rajouté à ça,les khmers sont eux oh combien souriants,spontanés,accueillants,discrets et sans avoir systématiquement une attitude mercantile.
Leurs approche est simple,généreuse et conviviale..
Ça change!!!
Bref tout juste débarqué à Phnom Penh je me sens bien ici et les cambodgiens me le rendent plutôt bien!!

Pour ne pas être non plus un grand amateur des capitales dans lesquelles on est souvent un peu noyé et paumé ,Phnom Penh est elle à taille humaine et son rythme n'est pas si effréné pour que l'on puisse y suivre sa cadence...
Les berges de la rivière Tonlé Sap bordant la ville,offrent ici à tous un lieu paisible de promenades,rencontres,sports en tout genre avec une préférence pour le "tot sey",sorte de volant de babington à ressort qu'il faut se faire passer sans jamais qu'il tombe à terre en pouvant utiliser toutes les parties du corps à l'exception des mains.
Ça paraît pas comme ça mais c'est pas évident et les pros sont vraiment impressionnants par leurs adresses et leurs prouesses..
Ce sport semble populaire un peu partout en Asie au même titre que ces séances de gym collectives,elles plutôt ambiance bon enfant..
Il est donc plaisant de marcher le long de ces berges ou tout simplement de se poser sur un banc pour en apprécier cette vie phnompénhoise en live,en couleurs et en 3D...
Et ça,c'est un peu ma spécialité!!!
Observer les autochtones dans leurs quotidiens pour mieux les appréhender,mieux les comprendre et mieux les apprécier...
Autre marque locale très sympathique..Du moins à mes yeux..
Le fait d'être des adeptes inconditionnels du hamac qu'ils tendent un peu partout et un peu n'importe ou...mais toujours à bon escient bien sur !!
Et c'est un partance pour kep sur la côtes sud-ouest du pays que j'en ferais moi aussi un usage approfondie..

Faut dire aussi qu'ici l'ambiance,le cadre et le climat s'y pretent plutôt bien ...
Alors après avoir quand même fait une rando dans le parc naturel de kep offrant d'agréables passages en forêt et de beaux points de vue sur la baie et ses îles...
Une journée à velo pour longer la côte, au début sur une large piste en latérite m'amenant à traverser des salines au milieu d'un paysage verdoyant de rizières fendu uniquement par d'élancés palmiers.
sillonner sur ces digues et passer aux abords de ces quelques habitations de cultivateurs et de pêcheurs pour finalement atteindre sans même m'en rendre compte,une belle plage,la dernière du pays,a son bout c'est le Vietnam!!
Paisible endroit avec des petites paillotes dotées de hamacs ..off course!! Pour s'y prélasser,boire et y manger du bon poisson grillé..
Tellement bien que le temps d'apprécier tout ça il me reste moins d'une heure de soleil pour faire les 25 kms qui me séparent de kep city..
Au moins je vais rentrer à la fraîche!!
J'enfourche mon vélo,une vieille bicyclette avec son panier à l'avant mais sans phare ni lumière à l'arrière...
Je profite donc encore un petit moment à zigzaguer sur ces chemins de terre jusqu'aux belles lumières du soleil couchant avant de devoir reprendre la route nationale principale,non pas qu'elle soit éclairée mais elle est au moins plus directe et moins défoncée ...et en pleine nuit c'est quand même mieux...pour un retour quelque peu hasardeux à la seule lumière de ma frontale...
Après quoi c'est donc le temps de farnienter quelques jours sur l'île voisine de "rabbit Island"...
Longues plages bordées de cocotiers et de quelques bungalows les pieds dans l'eau..
Y'a plus qu'à se laisser tout simplement bercer par la quiétude des lieux..

Retour sur kep et direction la petite ville voisine de kampot,internationalement connue,du moins pour les amateurs de cuisine,pour son poivre exquis et unique!!
C'est ici encore l'occasion d'une belle virée dans la campagne environnante mais cette fois-ci en tuk-tuk.
Petite parenthèse franco-française de quelques jours agréables,accompagné de charmantes françaises rencontrées sur rabbit,dans une auberge accueillante sur la rivière kampot.Et tenue par des français!!
Il y en a même entre kep et kampot toute une petite communauté venue s'installer ici pour monter des guesthouses,le tourisme commençant à s'y développer et se faire gagner par LA station balnéaire cambodgienne toute proche,sihanoukville,déjà elle bien trop fournie..
Je pars ensuite plus au Nord sur chi path,petit village isolé à deux heures de pirogue depuis Andoung Tuek sur la rivière Tatai.
Belle remontée de la rivière parsemée ça et la de maisons de pêcheurs avant d'arriver sur ce minuscule bourg avec une seule longue et droite piste rouge latérite,telle une saignée au milieu de ce vert de la forêt.
Je passe une nuit chez l'habitant,avec un autre couple rencontré sur "rabbit", dans cette communauté ou une association à été créée pour essayer d'enrailler le braconnage abusif et la déforestation intempestive...
Le principe est de ne pas vivre de la nature mais avec la nature..
L'effort est alors porté sur l'éco-école-tourisme pour former des guides et leurs permettre en même temps de mieux connaître leur environnement pour mieux le respecter et le partager...
On est finalement un petit groupe de 7 à partir accompagnés de 4 khmers pour passer 3 jours en forêt et en autonomie avec nuits sous carbet en hamac ....trop bien..!!
Seul petit bémol,la pluie et les sangsues pendant quasiment 3 jours..!!
Mais c'est comme ça qu'il faut vivre aussi la forêt ... Intensément,entièrement...
Bref retour sur Phnom Penh et le petit groupe fini de se séparer complètement ici,chacun reprenant sa route....

La mienne me mène vers le Nord,à Battambang.
C'est la seconde ville du pays... Mais rien n'y paraît..!!
Le contraste avec Phnom Penh en est d'ailleurs assez saisissant...
Il ne s'agit encore que d'une petite bourgade tranquille qui s'étire le long de la rivière Tonlé Sap..
Ses bâtiments coloniaux qu'elle a en héritage lui donne un certain charme désuet..
Mais sa force tient dans sa proximité avec le lac Tonlé Sap,gigantesque réserve d'eau,la plus importante de toute l'Asie du sud-est.
Avec un tel potentiel je suis ici dans le grenier à riz du pays,et le Cambodge dans sa globalité étant lui-même celui de toute l'Asie...
Oui oui.. Ils en exportent même aux chinois...
Et ce sont les seconds exportateurs mondiaux au coude à coude derrière la Thaïlande pourtant bien plus grande..!!
Faut dire que comparativement au nombre d'habitants ,ici la production est telle qu'ils peuvent en exporter plus de 70% en ayant avant nourrit tout le pays...et ils en consomment pourtant pas mal...
C'est l'occasion de faire ici une belle journée à vélo vers mes premiers temples khmers...une appréciable mise en bouche de ce qui m'attend à Siem Reap.
Très intéressante rencontre avec un franco-khmers qui ne tarit pas d'anecdotes et de franc-parler sur son pays...
Un homme avec une histoire dans l'histoire de son pays...
Il y est né en plein début du régime totalitaire des khmers rouges instauré par ce fou de Pol pot.
Ses parents ont donc tenté de fuir comme beaucoup d'autres pour échapper à cette barbarie et à ces camps de la mort ou les pires sévices et tortures y été pratiqués par des khmers eux- même,enrôlés,trompés et soumis à la folie de cet homme et de sa clique...
Par chance sa famille à donc réussi à rejoindre la Thaïlande et trouver une terre d'asile en France..
Trop traumatisés,ses parents n'ont jamais voulu revenir au Cambodge,lui marié maintenant à une française,a décidé de venir s'installer ici y'a 7 ans sur sa terre natale de Battambang pour vivre un autre Cambodge et y faire son devoir de mémoire...
Il est heureux d'être ici mais reste lucide sur la situation de son pays,corrompu à tous les niveaux,les dirigeants actuels n'étant autres que les anciens bourreaux de Pol pot..
Alors que la population martyrisée et traumatisée par toutes ces années d'horreurs et de supplices suivies de l'occupation vietnamienne ne demande plus qu'à vivre enfin en paix après avoir connu pendant plus de 30 ans,camps de concentration,travaux forcés,bagnes et soumissions...
Des projets y'en a déjà tout un paquet...et pas que dans les cartons...
Golfs,resorts de luxe,marina,casinos.... Commencent déjà à sortir de terre ça et la..
Mais les cambodgiens n'en ramasseront hélas visiblement que les miettes,s'agissant essentiellement d'argent sale à blanchir,quand c'est pas déjà entre les mains d'investisseurs japonais,coréens ou chinois qui ont vite saisi le potentiel de ce pays renaissant...
Un avenir pas aussi simple et serein que le souhaiterait la majorité des cambodgiens qui semblent décidément avoir bien du mal à être enfin maitres de leur destin...

Direction à présent Siem Reap que je rejoint depuis Battambang après une belle et grande journée de navigation commencée au petit matin sur la rivière Tonlé Sap pour atteindre son immense lac en fin d'après-midi.
Et en cette saison,la cru et le débit du proche Mékong qui rejoint le Tonlé Sap à Phnom Penh,sont tels qu'ils imposent au courant de la rivière Tonlé Sap de changer de sens...celle-ci alimentant alors le lac au point de le rendre 6 fois plus grand que sa taille habituelle..
A la fin de la saison des pluies,la rivière reprend son sens initial et vide le lac vers le Mékong.
les terres et forêts inondées sont alors asséchées et de nouveau exploitables grâce à tous les sédiments déposés par les eaux.
Un parcours toujours autant fascinant à observer le mode de vie au quotidien sur ces rives.
Ici toutes les maisons ne sont pas juchées sur d'immenses pilotis en bambou plantés sur la terre ferme.
Beaucoup d'habitations sont en fait arrivées avec leurs propriétaires depuis le Vietnam.
Elles sont donc flottantes,reposent sur une structure en bambou munie de flotteurs et elles sont ancrées sur un gros pied central en béton.
Elles peuvent ainsi suivre les niveaux des crus sans être inondées et sont en plus exonérées de taxes puisque mobiles.
Et elles se déplacent d'ailleurs pendant la saison des pluies vers des zones plus poissonneuses..
La navigation se fait pour nous parfois difficile,voir impossible tant la végétation est dense par endroits et bloque l'hélice du bateau.
Mais on y arrive.
Sur les berges du lac,les chauffeurs de tuk-tuk à l'affût du potentiel client,commencent déjà à nous interpeller sans que l'on ai même encore acosté..
Bienvenue dans l'ultra touristique,mais inévitable,Siem Reap city,porte d'entrée des splendides et émouvants temples d'Angkor et d'autres encore dans les environs...

La découverte d'un tel univers minéral,remarquable vestige d'une civilisation disparue,est un véritable envoûtement...
D'abord il faut savoir que ces temples sont un chef d'œuvre architectural extrêmement bien pensé et qu'ils ont été bâtis avec tout un ingénieux et colossal système d'irrigation qui maîtrisait les eaux des rivières pour les stocker dans des immenses barays(réservoirs en pierre) et ainsi les utiliser pour irriguer les rizières à volonté.
Aujourd'hui ce réseau n'est presque plus visible mais il reste ces majestueux temples au milieu d'une nature qui petit à petit reprend ses droits et livre une lutte sans merci à ces royaumes de pierres que les puissantes racines des fromagers font mouvoir...
Ces pierres bougent mais elles parlent aussi...à qui sait les écouter..
Elles sont bien vivantes et les sculptures qui y sont faites sont d'une telle finesse et d'une telle précision que je les voyais presque s'animer devant moi.
Ces géants visages de pierre ont une si forte expression dans leurs regards qu'il semblerait que se soit eux qui t'observent...
Absolument magique !!!
J'aurais pu passer des heures assis,à contempler ces temples et écouter ce qu'ils racontent...
C'est d'ailleurs un peu ce que j'ai fait en essayant d'éviter au maximum les groupes qui parcourent ces sites,de toute façon au pas de course,sans même apprécier ni respecter le silence qu'impose ces lieux.
Tant pis pour eux..tant mieux pour moi!!j'arrive ainsi à profiter de l'extraordinaire atmosphère de ces sanctuaires quasiment pour moi tout seul ...
Et relier ces lieux à vélo offre encore de belles scènes de vie rurale en allant voir les temples plus éloignés et encore moins visités..
Une formidable façon de clôturer mon séjour au Cambodge,mon visa expirant déjà...
Prochaine destination la Thaïlande et Bangkok pour vivre mes derniers jours de trentenaire...
Je vous raconterez tout ça au prochain numéro...
Je suis un peu en décalage et les photos arriveront en plusieurs fois je crois...
Capricieuses connections et aléas du voyage oblige....

LA tour de Phnom Penh
Tuk-tuk en pause
Marché central de Phnom Penh
Coupole du marché central
Voir le récit avec photos et commentaires

Bangkok : Longitude 100°E

D'un pays à l'autre,d'une ambiance à l'autre me voilà encore à faire un grand écart en passant du Cambodge à la Thaïlande..
De la sérénité et la quiétude des temples d'Angkor je suis plongé dans l'effervescence et le tumulte de Bangkok...
Moi qui ne suis pas trop fan des mégapoles,ici je suis servi!!
Et hasard du calendrier et de ma route,c'est bien la que je fêterais mon anniversaire...
Mais pour avoir de l'ambiance c'est en fait plutôt pas mal...
Et j'en ai bien besoin pour assumer ces 40 piges qui me tombent dessus sans trop comprendre comment j'en suis déjà arrivé la...!!
Ce n'est pas tant le fait de les avoir qui me perturbe le plus mais plutôt le fait de ne pas les avoir vu passer...
Je clôture avec un brin de nostalgie une belle décennie commencée en beauté sur l'île de la Réunion et se terminant ici en Thaïlande.
Alors tout ce que je puisse espérer c'est bien que celle de la quarantaine soit aussi belle et enivrante...
Et c'est plutôt bien parti avec cette folle nuit dans la fièvre de Bangkok,qui sera d'ailleurs une nuit blanche achevée au petit matin,avec ironie du sort,une bande de russes qui m'ont eux aussi achevé à coups de vodka et de chicha,étant autant amateurs de l'un comme de l'autre et ne voyageant jamais sans...
2 jours pour m'en remettre... Je crois que j'ai bien intégré que j'ai 40 balais!!!
Ayant déjà visité cette ville il y a quelques années,je ne m'attarde pas trop ici et vous épargne les photos et commentaires des nombreux temples qu'elle possède...
Je prend le temps de ballader quand même un peu en long tails sur la rivière chao phraya qui serpente au cœur de la ville et le long de ces innombrables klongs,dédales de petits canaux des quartiers populaires donnant ainsi à Bangkok le surnom de Venise asiatique ...
Une autre petite virée à vélo et en train à la périphérie de la ville et c'est fini!!
Direction maintenant les îles,le soleil,la mer et le sable chaud...

Destination de rêve,décor de carte postale,me voilà sur la côte ouest du golfe de Siam sur la splendide île de Koh Tao..
Un véritable petit joyaux qu'il est plus qu'agréable d'arpenter à pied,en canoë ou encore avec masque et tuba pour en apprécier la richesse de ces nombreux coraux et poissons tropicaux...
Les plages étant plus belles les unes que les autres..
De belles soirées passées dans de sympathiques petites paillotes les pieds dans l'eau en savourant de délicieux mojitos et des vrais..!! Pour moins de 2,5 euros...
Et en se nourrissant de bons poissons grillés...
Contemplation,méditation et oisiveté m'occupent aussi pour un temps certain...
Au point qu'il devient très difficile de quitter un tel petit paradis...

Si ce n'est pour en découvrir un autre...
Toute proche de Koh Tao,en moins de 2 heures de bateau je passe donc sur sa voisine Koh Phangan.
Même décor,même programme si ce n'est que cette île est bien plus grande que la précédente et qu'elle est très réputée pour y accueillir ses fameuses full moon party...
Le concept ayant tellement pris,il a été décliné aux dark moon party et jungle party,prétexte à faire des soirées le plus souvent possible...
N'étant pas sur place pour la pleine lune ou la nouvelle lune,je participe donc à une jungle party..
Étonnant lieux en pleine forêt donc,au cœur de l'ile avec de beaux éclairages,de bons Dj,des jongleurs,des joueurs de bolas en feux,de l'alcool servi en buckets(petits seaux)...
Bref,tous les ingrédients sont réunis pour passer une bonne soirée,excepté un et pas des moindres... La foule!!!
Moi qui d'ordinaire fuis plutôt les hordes de touristes,j'avoue que là il en manquait tout de même un peu pour créer une véritable ambiance festive... Dommage..!!
En journée c'est encore farniente dans le hamac,snorkelling et massage Thaï sur la plage,histoire de me remettre un peu dans le bain..
Quand je vous dis que je suis au paradis...
Je me décide malgré tout à le quitter en snobant au passage Koh Samui,la troisième île de cet archipel de rêve,mais elle déjà transformée en enfer par sa surexploitation et surfréquentation touristique...
Tout comme un peu plus au sud dans la mer d'Andaman ou je zappe Koh Phi Phi et Koh Lanta devenues bien trop populaires depuis leurs médiatisation...

Ma prochaine escale est donc à Phang Nga,splendide lieux sur la cote d'Andaman ou avec ces nombreux pitons calcaires émergeant de l'eau on la compare à la baie d'halong Viêt...
Petit lot de consolation pour moi...
En effet naviguer entre ces immenses pitons,s'approcher de ces falaises,pénètrer dans de petites grottes en kayak est un vrai régal..
C'est ici l'occasion aussi de visiter un village sur pilotis d'une communauté de pêcheurs musulmans.
Ces "gitans de la mer" le sont de moins en moins et se sédentarisent peu à peu comme ça dans ce surprenant et atypique village.

De là,dernière halte thaïlandaise sur la minuscule île de Koh Lipé réputée pour être encore épargnée par le tourisme de masse du fait de son éloignement de la côte..
Mais quelle ne fut pas ma désillusion...!!!
Déjà à peine embarqué je me retrouve sur un bateau avec pas moins de 50 chinois et moi et moi et moi....
Quand j'étais en Chine, je ne pouvais que prendre sur moi,mais là ça en est trop..!!!!
Ils sont partout,envahissent tout,voyagent en meute et s'approprient les lieux de façon indécente...
Tous arnachés à leurs gilets de sauvetage,ils hurlent à la moindre vague qui secoue un peu trop le bateau et vomissent leurs tripes...
La pluie s'invite à la partie et on arrive complètement lessivé dans tous les sens du terme...!!
Une traversée de plus de 3 heures vécue comme un véritable enfer..
Je ne sais pas comment j'ai résisté...
Débarqué sur l'île la désillusion continue...
Cet havre de paix tant vanté n'en ai plus un...
La haute saison touristique débutant en Novembre en Thaïlande toute l'île est un véritable chantier ou l'on répare,agrandi et construit un nombre impressionnant de logement à l'esthétique plus que discutable....
Une énorme barge est même acostée directement sur la plage pour y débarquer camions et bulldozers...en ayant au passage complètement dévasté tous les coraux de la zone..
Un véritable désastre!!!
Alors certes,l'île est jolie avec ses longues plages d'un sable blanc éclatant mais elle est complètement défigurée et déjà envahie par les chinois qui barbotent bruyamment dans le lagon...
Et pour couronner le tout le temps n'est pas franchement bon...
Je parviens malgré tout à dénicher,non sans mal,la dernière guesthouse à peu près authentique et tenue par des locaux,avec de simples et discrets bungalows en bois les pieds dans l'eau,un peu à l'écart de tout ce pitoyable vacarme...
Une fin de séjour Thaï en demi-teinte avant de rejoindre la Malaisie toute proche...

Bangkok vue depuis ma chambre d'hôtel
Sur la rivière chao phraya
Idem
Temple wat arum tjs sur la rivière chao phraya
Voir le récit avec photos et commentaires

Kuala Lumpur : Longitude 101°E

En franchissant la frontière Thaïlando-malaisienne d'un simple petit pas,je réalise en fait là encore un pas de géant...
Je laisse derrière moi l'ambiance quelque peu glauque de ces villes frontalières ou tout se vend,tout s'achète et tout se troque dans un incessant va et viens des marchandises et des personnes avec cette effervescence dans les transactions tel un immense marché pour soudainement me retrouver dans le silence d'une exubérante nature à perte vue de part et d'autre de la route...
Bienvenue en Malaisie,au pays des plus anciennes forêts tropicales du monde !!!

Au carrefour de l'Asie ce pays,outre ces forêts millénaires,est aussi baigné d'influences culturelles à la fois malaisiennes,indiennes,chinoises,arabes et occidentales.
Terre d'immigration depuis des siècles la Malaisie est une véritable nation kaléidoscope qui permet de visiter plusieurs continents en un seul pays....

Ma première destination à Georgetown sur l'île de penang en est une parfaite illustration.
De part sa position géographique stratégique à l'entrée du détroit de Malacca cette terre accueillie bon nombre de colons sur la route des épices qui établirent ici leurs comptoirs.
Classée au patrimoine mondiale de l'UNESCO cette ville restaure aujourd'hui toutes ces empruntes du passé et les remet en valeur pour le plus grand bonheur de tous...
Déambuler dans la vieille ville à la découverte de ce fabuleux patrimoine est un véritable enchantement.
On passe ainsi des shophouses du quartier chinois,anciennes maisons-boutiques toutes en longueurs(les propriétaires étant taxés à l'origine sur le nombre d'ouvertures et la largeur en façade sur la rue,ils construisaient donc des maisons étroites mais très profondes avec la boutique sur la rue et l'habitation au-dessus.) aux rues colorées et animées du quartier indien qui résonne au son du bollywood ou à celui du muesin qui appelle à la prière depuis le minaret de la mosquée voisine du quartier musulman...
La ville a aussi développée tout un street art des plus épatant qui renforce d'autant plus ce plaisir à se perdre dans le dédale de ces ruelles à la recherche de ces œuvres tout en passant d'un continent à l'autre...

Je prend ensuite un peu d'altitude et de fraîcheur en me rendant dans les camerons hightlands, haut lieux de villégiature de tous ces colons qui fuyaient justement l'étouffante chaleur tropicale de la côte..
De part son climat idéal c'est donc ici que les écossais ont eu les premiers l'idée d'y faire des des plantations de thés et de fraises..
Aujourd'hui encore toutes les collines de la région sont envahies de ces plantations.
C'est là également pour moi l'opportunité de côtoyer de plus près cette authentique forêt avec pour prétexte,s'il en fallait un,celui de trouver des rafflésies,les plus grandes fleurs au monde qui peuvent mesurer jusqu'a 1 mètre de diamètre et peser jusqu'à 7 kilos...
Mais l'autre particularité de ses fleurs si singulières est de ne rester en fleuraison qu'une semaine à peine...et une fois fanée elles ne ressemblent guère plus qu'à un gros choux-fleur moisi..
Autant dire que les débusquer à l'apogée de leurs beautés dans l'immensité de cette forêt est une tâche plus qu'ardue voire impossible sans la précieuse aide de ces hommes des bois qui vivent de la traque de cette fleur...
C'est donc dans leurs pas que je m'enfonce 3 heures durant à travers cette puissante jungle pour y découvrir blottie à l'ombre d'un arbre immense,cette énorme fleur d'un rouge éclatant qui contraste d'autant plus avec les habituelles couleurs camouflages de la forêt..
Magique instant que celui de pouvoir apprécier cet éphémère trésor dans un tel endroit....
En grimpant un peu plus sur les hauteurs de la région,là ou la forêt est souvent immergée dans les nuages,l'atmosphère y est encore différente et donne l'impression d'être plongé dans un conte fantastique...
Quantité de mousses et de lichens dégoulinent des branches des arbres,qui noyés dans cette brume quasi permanente,apparaissent plutôt en ombres chinoises sous des formes fantomatiques...

Après cette agréable mise en bouche je prend la direction du parc national Taman Negara pour m'immerger pleinement au cœur même de cette fantastique forêt...
Pour l'atteindre c'est 4 heures de pirogue à remonter la rivière Tembeling.
De couleur café et avec ces rives bordées d'une luxuriante végétation,la navigation sur cette rivière n'est pas sans me procurer de lointaines réminiscences amazoniennes des criques et des fleuves guyanais si plaisemment arpentés y'a plus de 15 ans déjà...mais dont j'en garde un souvenir indélébile...
Me voilà donc au sein même de ce parc..
Dans cet environnement ou l'atmosphère est chargée à Max d'humidité la forêt s'impose dans toute sa force et son envergure du haut de ses 130 millions d'années.!!!!
Ces arbres sont majestueux,leurs tentaculaires racines envahissent le sol quand leurs canopés semblent vouloir percer les nuages...
Ils sont bien le trait d'union indispensable à notre vie sur terre et dégagent une force inouïe..
Je pars une première journée sur les circuits balisés du parc avec notamment un amusant parcours de ponts suspendus à hauteur de la canopé...
Tout ça est très plaisant mais j'en veux plus...
Je veux m'immiscer vraiment dans la forêt,y dormir pour en apprécier sa symphonie nocturne et essayer pourquoi pas d'y voir sa faune riche et variée...
Seulement voilà, il n'y a bien que moi sur tout le parc à avoir de telles envies...
Les gens viennent jusqu'ici juste pour faire de timides randos à la journée et encore...c'est dingue!!!
Etant dans un parc national il m'est impossible et interdit de m'aventurer seul hors des sentiers balisés...
Et à moins de 4 personnes les guides ne partent pas..!!
Je suis dans une impasse jusqu'à ce que je rencontre enfin un canadien ayant les mêmes envies que moi..
Mais on est toujours que 2...
Qu'à cela ne tienne,il a lui-même rencontré un indien en arrivant au parc qui est prêt à l'enmenner en forêt plusieurs jours,y construire un carbet pour les nuits,un poste d'observation pour voir les animaux...bref le plan parfait que ce sympathique canadien est prêt à me faire partager...cool.!!!
Nous voilà donc parti,en dehors du parc et avec un guide non officiel en pleine jungle...
Vous ne devinez pas un peu la suite..?
Nous,tellement contents à ce moment là ...on ne doute de rien..!!
On démarre donc notre aventure depuis un petit village d'Orang Asli( habitants originels de la Malaisie péninsulaire)escortés par 2 gosses le plus grand d'à peine 20 ans quand l'autre n'en a pas plus de 12..!!
Notre guide devant lui nous rejoindre un peu plus tard avec le reste du matos et des vivres..
Bien évidemment personne ne parle un mot d'anglais au village mais tout le monde semble approuver notre expédition...
On trace notre layon à la machette,on franchi des rivières,on construit notre carbet de fortune et là,première surprise,le plus grand des 2 gamins nous fait comprendre que lui retourne au village nous laissant seuls avec son frangin de 12 ans,le guide n'étant lui toujours pas là...
Bon ok, ce n'est pas ma première nuit en forêt,ça devrait aller...
Par contre il semblerait que pour ce minot,tout Orang Asli qu'il soit, c'est pour lui une grande première...
À chaque bruit suspect pendant la nuit,et je peux vous garantir qu'il y en a beaucoup dans cette forêt,le gosse allume sa torche et scrute les environs...
Le lendemain après avoir attendu en vain notre guide,il faut se rendre à l'évidence qu'il ne viendra probablement jamais..
Sans assez de nourriture et d'eau pour passer encore une nuit ici,on décide de lever le campement et de rentrer au village,le gamin nous assurant qu'il connaît bien le chemin...
C'était présumer de ses compétences et des nôtres.!!!
On s'est donc bien évidemment perdu..!!!
On ne devra notre salut qu'au seul fait de se résoudre à suivre le cour de la rivière,crapahutant et patogeant plusieurs heures avant enfin de retrouver le village,exténués mais soulagés...
Là,tout le monde est très étonné de notre retour si précipité et personne ne comprend notre déconvenue pensant que le guide nous avait rejoint...
On le cherchera partout avec les hommes du village...
Il a bel et bien disparu dans la nature... Mais lui sans se perdre,ça c'est sur..!!!
Enpochant simplement au passage le peu d'argent qu'on lui avait confié pour acheter les vivres....
C'était visiblement suffisamment important pour lui au point de mettre notre sécurité et celle d'un gamin en danger...no comment.!!!

Transition radicale après cette mésaventure en allant directement à Kuala Lumpur.
Mégapole asiatique,cosmopolite et multiculturelle à l'image du pays,se côtoient ici,malaises voilées,chinoises en mini-jupes et indiennes en sari...
Curieux brassage que celui-ci aux pieds des tours pétronas,plus hautes tours jumelles au monde et symbole de la réussite économique du groupe pétrolier éponyme...
Comme d'hab,je ne m'attarde pas trop dans cette capitale et je préfère filer sur la côte vers la charmante petite ville de Melaka...

Tout comme Georgetown plus au Nord,de part son intéressante position géographique sur le détroit de Malacca,sont passés par ici,chinois,indiens,portugais,arabes,hollandais ou encore anglais et tous y ont bien évidemment laissés des traces....
Et tout comme Georgetown encore,après être tombée dans l'oubli pendant des décennies,elle renaît aujourd'hui de ses ruines restaurées et son récent classement au patrimoine mondiale de l'UNESCO est maintenant l'assurance d'un tourisme constant...
Bon nombre de trishaws kitchissimes au possible sollicitent d'ailleurs le passant pour le promener dans ces belles ruelles ou se côtoient maisons traditionnelles chinoises,mosquées,temples hindous...
Après quoi je traverse ce détroit de Malacca pour me retrouver,après 2 petites heures de navigation et un passage de poste frontière maritime,à Dumai en terre indonésienne sur l'île de Sumatra...

Street art Georgetown
Idem..
Idem..
Idem..
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de tour du monde proposés par les Visoterriens.

1 2 >
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra