Phnom Penh : Longitude 104°E

on the world againUn récit/album du carnet de voyage :
on the world again
Hô Chi Minh : Longitude 106° ERécit/album précédent :
Hô Chi Minh : Longitude 106° E
Bangkok : Longitude 100°ERécit/album suivant :
Bangkok : Longitude 100°E
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

C'est toujours assez surprenant de passer une frontière.
Comment une simple ligne de démarcation puisse à ce point changer les choses si subitement....
Et c'est d'autant plus frappant quand cette séparation est virtuelle et non matérialisée comme l'est la frontière fluviale vietnamo-cambodgienne sur le Mékong !!
D'un instant à l'autre tout est si différent.
Le langage,la monnaie,le faciès des gens,leurs vêtements,leur bouffe,leurs maisons,leurs expressions et leurs comportements deviennent tout autres.
Alors en passant du Vietnam au Cambodge,c'est une fois de plus tout un environnement qui bascule soudainement sous mes yeux..
Et plusieurs paramètres convergent pour me donner une impression plus que positive de ce changement en arrivant au Cambodge à peine sa frontière franchie...
D'abord si y'en a bien un qui soit content que la rentrée soit passée,c'est moi..!!
Fini les hordes de touristes qui s'agglutinent les uns sur les autres comme je l'ai trop souvent vécu au Vietnam.
Ce pays étant en plus une longue bande étroite du Nord au Sud,dans un sens ou dans l'autre on est finalement tous dans la même direction et il est difficile de s'éviter...
Le Cambodge a déjà l'avantage d'être lui plutôt rond ce qui permet de rayonner un peu dans toutes les directions et il est aussi un peu moins touristique.
En y arrivant en plus à la basse saison j'ai donc laissé derrière moi bon nombre de "farangs" en vacances en Asie rentrés au pays et le chemin s'éclaircit un peu sous mes pas pour mon plus grand bonheur...
Rajouté à ça,les khmers sont eux oh combien souriants,spontanés,accueillants,discrets et sans avoir systématiquement une attitude mercantile.
Leurs approche est simple,généreuse et conviviale..
Ça change!!!
Bref tout juste débarqué à Phnom Penh je me sens bien ici et les cambodgiens me le rendent plutôt bien!!

Pour ne pas être non plus un grand amateur des capitales dans lesquelles on est souvent un peu noyé et paumé ,Phnom Penh est elle à taille humaine et son rythme n'est pas si effréné pour que l'on puisse y suivre sa cadence...
Les berges de la rivière Tonlé Sap bordant la ville,offrent ici à tous un lieu paisible de promenades,rencontres,sports en tout genre avec une préférence pour le "tot sey",sorte de volant de babington à ressort qu'il faut se faire passer sans jamais qu'il tombe à terre en pouvant utiliser toutes les parties du corps à l'exception des mains.
Ça paraît pas comme ça mais c'est pas évident et les pros sont vraiment impressionnants par leurs adresses et leurs prouesses..
Ce sport semble populaire un peu partout en Asie au même titre que ces séances de gym collectives,elles plutôt ambiance bon enfant..
Il est donc plaisant de marcher le long de ces berges ou tout simplement de se poser sur un banc pour en apprécier cette vie phnompénhoise en live,en couleurs et en 3D...
Et ça,c'est un peu ma spécialité!!!
Observer les autochtones dans leurs quotidiens pour mieux les appréhender,mieux les comprendre et mieux les apprécier...
Autre marque locale très sympathique..Du moins à mes yeux..
Le fait d'être des adeptes inconditionnels du hamac qu'ils tendent un peu partout et un peu n'importe ou...mais toujours à bon escient bien sur !!
Et c'est un partance pour kep sur la côtes sud-ouest du pays que j'en ferais moi aussi un usage approfondie..

Faut dire aussi qu'ici l'ambiance,le cadre et le climat s'y pretent plutôt bien ...
Alors après avoir quand même fait une rando dans le parc naturel de kep offrant d'agréables passages en forêt et de beaux points de vue sur la baie et ses îles...
Une journée à velo pour longer la côte, au début sur une large piste en latérite m'amenant à traverser des salines au milieu d'un paysage verdoyant de rizières fendu uniquement par d'élancés palmiers.
sillonner sur ces digues et passer aux abords de ces quelques habitations de cultivateurs et de pêcheurs pour finalement atteindre sans même m'en rendre compte,une belle plage,la dernière du pays,a son bout c'est le Vietnam!!
Paisible endroit avec des petites paillotes dotées de hamacs ..off course!! Pour s'y prélasser,boire et y manger du bon poisson grillé..
Tellement bien que le temps d'apprécier tout ça il me reste moins d'une heure de soleil pour faire les 25 kms qui me séparent de kep city..
Au moins je vais rentrer à la fraîche!!
J'enfourche mon vélo,une vieille bicyclette avec son panier à l'avant mais sans phare ni lumière à l'arrière...
Je profite donc encore un petit moment à zigzaguer sur ces chemins de terre jusqu'aux belles lumières du soleil couchant avant de devoir reprendre la route nationale principale,non pas qu'elle soit éclairée mais elle est au moins plus directe et moins défoncée ...et en pleine nuit c'est quand même mieux...pour un retour quelque peu hasardeux à la seule lumière de ma frontale...
Après quoi c'est donc le temps de farnienter quelques jours sur l'île voisine de "rabbit Island"...
Longues plages bordées de cocotiers et de quelques bungalows les pieds dans l'eau..
Y'a plus qu'à se laisser tout simplement bercer par la quiétude des lieux..

Retour sur kep et direction la petite ville voisine de kampot,internationalement connue,du moins pour les amateurs de cuisine,pour son poivre exquis et unique!!
C'est ici encore l'occasion d'une belle virée dans la campagne environnante mais cette fois-ci en tuk-tuk.
Petite parenthèse franco-française de quelques jours agréables,accompagné de charmantes françaises rencontrées sur rabbit,dans une auberge accueillante sur la rivière kampot.Et tenue par des français!!
Il y en a même entre kep et kampot toute une petite communauté venue s'installer ici pour monter des guesthouses,le tourisme commençant à s'y développer et se faire gagner par LA station balnéaire cambodgienne toute proche,sihanoukville,déjà elle bien trop fournie..
Je pars ensuite plus au Nord sur chi path,petit village isolé à deux heures de pirogue depuis Andoung Tuek sur la rivière Tatai.
Belle remontée de la rivière parsemée ça et la de maisons de pêcheurs avant d'arriver sur ce minuscule bourg avec une seule longue et droite piste rouge latérite,telle une saignée au milieu de ce vert de la forêt.
Je passe une nuit chez l'habitant,avec un autre couple rencontré sur "rabbit", dans cette communauté ou une association à été créée pour essayer d'enrailler le braconnage abusif et la déforestation intempestive...
Le principe est de ne pas vivre de la nature mais avec la nature..
L'effort est alors porté sur l'éco-école-tourisme pour former des guides et leurs permettre en même temps de mieux connaître leur environnement pour mieux le respecter et le partager...
On est finalement un petit groupe de 7 à partir accompagnés de 4 khmers pour passer 3 jours en forêt et en autonomie avec nuits sous carbet en hamac ....trop bien..!!
Seul petit bémol,la pluie et les sangsues pendant quasiment 3 jours..!!
Mais c'est comme ça qu'il faut vivre aussi la forêt ... Intensément,entièrement...
Bref retour sur Phnom Penh et le petit groupe fini de se séparer complètement ici,chacun reprenant sa route....

La mienne me mène vers le Nord,à Battambang.
C'est la seconde ville du pays... Mais rien n'y paraît..!!
Le contraste avec Phnom Penh en est d'ailleurs assez saisissant...
Il ne s'agit encore que d'une petite bourgade tranquille qui s'étire le long de la rivière Tonlé Sap..
Ses bâtiments coloniaux qu'elle a en héritage lui donne un certain charme désuet..
Mais sa force tient dans sa proximité avec le lac Tonlé Sap,gigantesque réserve d'eau,la plus importante de toute l'Asie du sud-est.
Avec un tel potentiel je suis ici dans le grenier à riz du pays,et le Cambodge dans sa globalité étant lui-même celui de toute l'Asie...
Oui oui.. Ils en exportent même aux chinois...
Et ce sont les seconds exportateurs mondiaux au coude à coude derrière la Thaïlande pourtant bien plus grande..!!
Faut dire que comparativement au nombre d'habitants ,ici la production est telle qu'ils peuvent en exporter plus de 70% en ayant avant nourrit tout le pays...et ils en consomment pourtant pas mal...
C'est l'occasion de faire ici une belle journée à vélo vers mes premiers temples khmers...une appréciable mise en bouche de ce qui m'attend à Siem Reap.
Très intéressante rencontre avec un franco-khmers qui ne tarit pas d'anecdotes et de franc-parler sur son pays...
Un homme avec une histoire dans l'histoire de son pays...
Il y est né en plein début du régime totalitaire des khmers rouges instauré par ce fou de Pol pot.
Ses parents ont donc tenté de fuir comme beaucoup d'autres pour échapper à cette barbarie et à ces camps de la mort ou les pires sévices et tortures y été pratiqués par des khmers eux- même,enrôlés,trompés et soumis à la folie de cet homme et de sa clique...
Par chance sa famille à donc réussi à rejoindre la Thaïlande et trouver une terre d'asile en France..
Trop traumatisés,ses parents n'ont jamais voulu revenir au Cambodge,lui marié maintenant à une française,a décidé de venir s'installer ici y'a 7 ans sur sa terre natale de Battambang pour vivre un autre Cambodge et y faire son devoir de mémoire...
Il est heureux d'être ici mais reste lucide sur la situation de son pays,corrompu à tous les niveaux,les dirigeants actuels n'étant autres que les anciens bourreaux de Pol pot..
Alors que la population martyrisée et traumatisée par toutes ces années d'horreurs et de supplices suivies de l'occupation vietnamienne ne demande plus qu'à vivre enfin en paix après avoir connu pendant plus de 30 ans,camps de concentration,travaux forcés,bagnes et soumissions...
Des projets y'en a déjà tout un paquet...et pas que dans les cartons...
Golfs,resorts de luxe,marina,casinos.... Commencent déjà à sortir de terre ça et la..
Mais les cambodgiens n'en ramasseront hélas visiblement que les miettes,s'agissant essentiellement d'argent sale à blanchir,quand c'est pas déjà entre les mains d'investisseurs japonais,coréens ou chinois qui ont vite saisi le potentiel de ce pays renaissant...
Un avenir pas aussi simple et serein que le souhaiterait la majorité des cambodgiens qui semblent décidément avoir bien du mal à être enfin maitres de leur destin...

Direction à présent Siem Reap que je rejoint depuis Battambang après une belle et grande journée de navigation commencée au petit matin sur la rivière Tonlé Sap pour atteindre son immense lac en fin d'après-midi.
Et en cette saison,la cru et le débit du proche Mékong qui rejoint le Tonlé Sap à Phnom Penh,sont tels qu'ils imposent au courant de la rivière Tonlé Sap de changer de sens...celle-ci alimentant alors le lac au point de le rendre 6 fois plus grand que sa taille habituelle..
A la fin de la saison des pluies,la rivière reprend son sens initial et vide le lac vers le Mékong.
les terres et forêts inondées sont alors asséchées et de nouveau exploitables grâce à tous les sédiments déposés par les eaux.
Un parcours toujours autant fascinant à observer le mode de vie au quotidien sur ces rives.
Ici toutes les maisons ne sont pas juchées sur d'immenses pilotis en bambou plantés sur la terre ferme.
Beaucoup d'habitations sont en fait arrivées avec leurs propriétaires depuis le Vietnam.
Elles sont donc flottantes,reposent sur une structure en bambou munie de flotteurs et elles sont ancrées sur un gros pied central en béton.
Elles peuvent ainsi suivre les niveaux des crus sans être inondées et sont en plus exonérées de taxes puisque mobiles.
Et elles se déplacent d'ailleurs pendant la saison des pluies vers des zones plus poissonneuses..
La navigation se fait pour nous parfois difficile,voir impossible tant la végétation est dense par endroits et bloque l'hélice du bateau.
Mais on y arrive.
Sur les berges du lac,les chauffeurs de tuk-tuk à l'affût du potentiel client,commencent déjà à nous interpeller sans que l'on ai même encore acosté..
Bienvenue dans l'ultra touristique,mais inévitable,Siem Reap city,porte d'entrée des splendides et émouvants temples d'Angkor et d'autres encore dans les environs...

La découverte d'un tel univers minéral,remarquable vestige d'une civilisation disparue,est un véritable envoûtement...
D'abord il faut savoir que ces temples sont un chef d'œuvre architectural extrêmement bien pensé et qu'ils ont été bâtis avec tout un ingénieux et colossal système d'irrigation qui maîtrisait les eaux des rivières pour les stocker dans des immenses barays(réservoirs en pierre) et ainsi les utiliser pour irriguer les rizières à volonté.
Aujourd'hui ce réseau n'est presque plus visible mais il reste ces majestueux temples au milieu d'une nature qui petit à petit reprend ses droits et livre une lutte sans merci à ces royaumes de pierres que les puissantes racines des fromagers font mouvoir...
Ces pierres bougent mais elles parlent aussi...à qui sait les écouter..
Elles sont bien vivantes et les sculptures qui y sont faites sont d'une telle finesse et d'une telle précision que je les voyais presque s'animer devant moi.
Ces géants visages de pierre ont une si forte expression dans leurs regards qu'il semblerait que se soit eux qui t'observent...
Absolument magique !!!
J'aurais pu passer des heures assis,à contempler ces temples et écouter ce qu'ils racontent...
C'est d'ailleurs un peu ce que j'ai fait en essayant d'éviter au maximum les groupes qui parcourent ces sites,de toute façon au pas de course,sans même apprécier ni respecter le silence qu'impose ces lieux.
Tant pis pour eux..tant mieux pour moi!!j'arrive ainsi à profiter de l'extraordinaire atmosphère de ces sanctuaires quasiment pour moi tout seul ...
Et relier ces lieux à vélo offre encore de belles scènes de vie rurale en allant voir les temples plus éloignés et encore moins visités..
Une formidable façon de clôturer mon séjour au Cambodge,mon visa expirant déjà...
Prochaine destination la Thaïlande et Bangkok pour vivre mes derniers jours de trentenaire...
Je vous raconterez tout ça au prochain numéro...
Je suis un peu en décalage et les photos arriveront en plusieurs fois je crois...
Capricieuses connections et aléas du voyage oblige....

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

Pour ne pas surcharger votre navigateur, nous n'affichons que les 200 premières photos de ce récit/album photo qui en compte 306. Utilisez le diaporama ci-dessus pour les voir toutes.

benjo13Auteur : Postée le 28 September 2014 par benjo13
Vu 137 fois
on the world againUn récit/album du carnet de voyage :
on the world again
Hô Chi Minh : Longitude 106° ERécit/album précédent :
Hô Chi Minh : Longitude 106° E
Bangkok : Longitude 100°ERécit/album suivant :
Bangkok : Longitude 100°E
Commentaires
Rémi V. le 29 September 2014 à 17:15

On a droit vraiment à tout , à l'histoire , la géographie, la géopolitique mais surtout au ressenti-vécu de Benjo et ça c'est quasiment inimitable , je défie quiconque d'en mieux parler en se fondant dans le paysage et l'athmosphère tel un caméléon se nourrissant de ce qu'il y trouve tout en se débarassant de tous les préjugés et autres fariboles occidentales ; on s'y nourrit , on s'y abreuve et ça n'est jamais gavant ! un must vous dis-je ! merci à toi et bonne continuation pour Bkk et la Thaïlande ou tu seras bien sur très bien reçu , personne ne peut en douter, surtout pas moi ! Enjoy your trip around the world

Rémi V. le 30 September 2014 à 07:38

Et puis on en veut Angkor, Angkor et Angkor !!!! J'ai pas pu résister, désolé !

Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
23 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations