Maroc

Carnet de voyage au Maroc

Henné

8 mois en cumulé au Maroc... de juin 2005 à septembre 2007
En grande partie à travailler sur le chantier du nouveau port de Tanger I et II.
Mais ça m'a laissé le temps de me faire de nombreux amis et collègues marocains et de visiter ce magnifique pays !!
Mes étapes vous emmènerons de Ksar Sghir à Tanger, puis à Asilah, Lixius, Rabat, Meknès, Fès, Volubilis, Marrakech et Chefchaouen, ma préférée !!
Puis, je vous emmenerai aussi du coté de Ceuta, l'enclave espagnole et à Algéciras et Tarifa de l'autre coté du détroit pour un week end entre amis !

Durée : 1 jours ( du 31/08/2006 au 01/09/2006)
Zone : Maroc (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
Jean Marie
Carnet de voyage créé par Jean Marie
Le 11 March 2008

Vu 5005 fois
1

Tanja

Tanger...
Comment mieux commencer la visite du Maroc que par la porte de l'Afrique, le détroit de Gibraltar ?
Le détroit est un endroit magnifique et chargé d'histoire. L'Espagne est là à porté de main !! Par beau temps la vue sur le détroit depuis la vieille ville, le café Haffa par exemple, est tout simplement extraordinaire !
On imagine mieux ce que ressentent ces pauvres clandestins qui ont remonté une bonne partie de l'Afrique pour immigrer en Europe et qui la voient là, juste en face !
Sa position géographique exceptionnelle, et stratégique, a fait pendant longtemps de Tanger un lieu de convoitise où se sont succédé plusieurs civilisations et cultures.
Restée 40 ans sous le contrôle laxiste d'un conseil international, la ville fut peuplée de gens ayant des activités peu recommandable.
Cette période a fait de Tanger une ville unique en son genre : pas vraiment marocaine, ni européenne.
La vie nocturne y est animée, impossible de s'y ennuyer. Restaurants, cafés, boites de nuit, ...
A 30 km de Tanger vers l'est, on peut rejoindre la petite ville de Ksar Sghir par une route sinueuse et très fréquentée l'été, surtout par ces taxis qui doublent n'importe où !!
C'est de la plage de cette ville paisible de pécheurs, que le général Tarik Ibn Ziyad partit conquérir la péninsule ibérique, donnant au passage son nom au rocher de Gibraltar (Djebel Tarik).
A l'est du Djebel Dalia, se trouve la plus belle plage du détroit, la plage de Dalia qui, bordée de pins, offre une vue exceptionnelle sur la côte espagnole et Gibraltar !!
C'est aussi de ces plages que les zodiacs des trafiquants partent pour l'Espagne. A peine 12km sépare l'Afrique de l'Europe au point le plus étroit.
Quelques belles villas surplombent le détroit et quelques petits restaurants vous servent du poisson fraîchement pêché...
Depuis le Djebel Moussa, qui n'est autre que l'une des colonnes d'Hercule (l'autre étant le rocher de Gibraltar), on peut admirer la côte marocaine du cap spartel à l'ouest jusqu'à Ceuta et la côte méditerranéenne jusqu'au Capo Negro.
Par beau temps, on peut apercevoir la côte espagnole du Cap Trafalgar à l'ouest jusqu'à la Sierra Nevada à l'est.
Au pied du Djebel se trouve le fameux îlot Leila, Perejil en espagnol, qui créé des tensions entre les 2 pays.

Ancienne maison tangéroise
La kasbah de Tanger
Phare du Cap Spartel
Baie de Tanger
Voir le récit avec photos et commentaires

Asilah

Asilah, située à 46 km au sud de Tanger, est une ville charmante au bord de l'océan qui, avec ses petites ruelles blanches et bleues, m'a rappelé certaines villes grecques cycladéennes...

La médina entourée de remparts Portugais était ce jour là, avant l'arrivée massive des touristes de l'été, calme et reposante. Quelques échoppes vendant des babouches et des lampes, les vendeurs assis à l'ombre vous saluant gentiment...

Asilah 1
Asilah 2
Asilah 3
Asilah 4
Voir le récit avec photos et commentaires

Rabat

Rabat,
Petit saut dans la capitale marocaine.
Visite à la Kasbah des Oudaïa avec ses petites ruelles et ses portes bleues.
Depuis celle ci on a une belle vue sur l'océan et la ville de Salé de l'autre coté du fleuve.
Il faut se méfier des faux guides et des femmes qui veulent vous mettre le henné. Savoir quelques mots d'arabe peu aider !
La nécropole de Chellah, qui se situe sur l'emplacement de l'ancienne cité de Salé, conserve les vestiges d'une ville romaine.
Le site était abandonnée depuis plusieurs siècles quand les Mérinides choisirent ce site pour y édifier leur nécropole.
Les rues Souika et Fatah dans la médina sont très animées le soir et les nombreuses échoppes vendent des articles divers et variés.
Le soir nous avons eu la chance de trouver un restaurant où les serveurs se transformaient en musicien avec un oud et une derbouka : ambiance assurée !
Le moment le plus drôle a été lorsque nous avons commandé 2 bières et que le serveur m'a demandé "la femme elle est marocaine ?"...

Kasbah des Oudaïa
Porte de la Kasbah des Oudaïa
Porte dans la Kasbah des Oudaïa 1
Porte dans la Kasbah des Oudaïa 2
Voir le récit avec photos et commentaires

Meknès

Meknès est l'une des quatre villes impériales du Maroc.
Etant la ville de plusieurs de mes collègues marocains, j'y ai été invité une première fois, puis nous y sommes retournés avec ma femme.
Lors de notre passage entre hommes, j'ai pu découvrir les boites de nuits de Meknès qui n'ont rien n'à envier à celle de Tanger !
Impossible de manquer le mausolée de Moulay Ismail avec son impressionnante porte, par laquelle on accède au reste du monument.
Une suite de salles et une cour aux ablutions précèdent le sanctuaire.
Une vasque ronde surélevée de marbre trône au centre de la première salle, de laquelle partent des escaliers amenant à la première cour.
Des escaliers de cinq marches conduisent vers la deuxième, puis la troisième cour où l'on trouve une vasque ronde et un mihrab.
Il faut se déchausser pour accéder au patio occupé par une vasque de marbre et un mihrab analogue à celui de la troisième cour.
La dernière salle carrée, où l'on trouve la stèle funéraire en marbre blanc de Moulay Ismail, n'est pas accessible aux non musulmans.
Nous rejoignons ensuite le musée Dar Jamaï, situé à la limite de la place El Hdim et de la médina, en passant devant l'imposante Bab Mansour.
Celle-ci est classée parmi les quatre plus belles portes du monde et fut édifiée par un architecte chrétien qui s'était converti à l'islam.
Le musée, de type hispano-moresque construit en 1881, est très beau, notamment la Qobbat au premier étage (salon d’apparat selon la tradition makhzen) faites de zelij et de bois sculpté et agrémentée de tapis et de coussins.
Chez nos hôtes, nous avons pu déguster une pastilla (sorte de feuilleté au pigeon ou poulet), du poulet rôti avec du cumin, un tajine d'agneau aux pruneaux et des fruits (dans le même repas bien sur !!!!)

Mausolée Moulay Ismail 1
Mausolée Moulay Ismail 2
Mausolée Moulay Ismail 3
Calligraphie arabe
Voir le récit avec photos et commentaires

Fès

Fès est la troisième plus grande ville du Maroc et l'une des quatre villes impériales. La plus grande médina au monde, exemple modèle d'une ville orientale, placée sous la protection de l'UNESCO, est inchangée depuis le XIIe siècle.
Comme pour Meknès, un premier passage rapide entre hommes puis une deuxième visite avec ma femme.
Les deux fois, nous avons eu un guide pour ne pas nous perdre dans ce dédale de 9500 petites ruelles grouillantes… un collègue meknesi la première fois, puis un jeune bien aimable la deuxième.
Cette ville est impressionnante et on se croit revenu à l'époque médiévale !
Visite du quartier des tanneurs avec la vue sur les bacs autour desquels règne une odeur atroce d'ammoniaque, insupportable les jours de chaleur…
Les peaux colorées sèchent au soleil pendant que les hommes trempent le tissu dans les bacs de couleurs.
Nous passons la rue des teinturiers qui sont à l'œuvre et par la place Seffarine, jolie place ombragée où les dinandiers laissent résonner le bruit du métal qu'ils façonnent.
Nous visitons la Medersa Es-Sehrij (ecole du bassin), avec un bassin qui présente une illusion optique intéressante.
Placé d'un coté, le bassin semble avoir une profondeur variable (plus profond vers soi qu'en face), mais en se déplaçant au coin opposé on a la même impression ! En fait, le bassin à la même profondeur…
Nous arpentons la médina de long en large dans ses petites ruelles, à travers le souk où une (vraie) tête de dromadaire est pendue à un crochet de boucher.
Puis nous allons voir de plus près les artisans travailler : travail du métal, du bois, du tissus et surtout du cuir.

Vue panoramique sur la ville de Fès el Bali
Laine qui sèche près des remparts de Fès el Bali
Bab el Jdid à Fès
Ruelle de la médina de Fès el Bali 1
Voir le récit avec photos et commentaires

Volubilis

Sur la route de Chefchaouen dans le rif, nous passons par le site romain de Volubilis située sur les bords de l'Oued Khoumane, non loin de la ville sainte de Moulay Idriss.
Le site de Volubilis, dont le nom serait dû à l'abondance de la plante, la fleur de liseron, fut occupé dès le Néolithique, mais il se développe surtout à l'époque maurétanienne au IIIe siècle av. J.-C.
En 42 ap. J.-C., l'empire romain annexe le royaume de Maurétanie Tingitane (de Tanger), Volubilis devient la capitale régionale de l'administration romaine.
Un forum, quatre édifices thermaux publics et des maisons sont construits.
Un aqueduc apporte l'eau des sources du Djebel voisin jusqu'à deux fontaines publiques, les thermes et les maisons.
Deux puits et une citerne complètent ce réseau.
Les maisons se couvrent de toits à double pente en tuiles romaines.
Un temple avec ses lieux d'offrandes et de sacrifices se construit sur les pentes du tumulus.
Des maisons richement décorées de mosaïques sont dotées de thermes privés.
Il y aurait eu de nombreuses installations commerciales et artisanales le long de "decumanus maximus" (voie principale) depuis la porte de Tanger jusqu'à l'Arc de Triomphe.

Site romain de Volubilis 1
Site romain de Volubilis 2
Site romain de Volubilis 3
Site romain de Volubilis 4
Voir le récit avec photos et commentaires

Chefchaouen

Située à 50km au sud de Tétouan, hors des circuits touristiques habituels, Chaouen est la ville de la laine, de l'eau et… du kif à volonté.
Par trois fois, j'ai foulé les pavés de cette ville, ma préférée du Maroc pour son calme, son coté paisible, la beauté et l'authenticité de ses petites ruelles.
Fondée en 1471, cette petite ville de montagne, qui doit son nom aux pics qui la surplombent, est baignée dans une chaleur étouffante l'été...
La place principale, Uta el-Hammam, ombragée et pavée de galets, est dominée par les remparts rouges de la Kasbah et par la grande mosquée.
Les mois d'été, lors des grandes chaleurs, allez faire un tour dans les cellules de la Kasbah où règne une fraîcheur bienfaisante !
Depuis la tour de la Kasbah, on a une vue magnifique sur la médina dont le blanc devient éblouissant sous le soleil.
Contrairement à la place principale bordée de cafés et restaurants, la place el-Makhzen est bordée d'échoppes où l'on peut acheter de nombreux produits artisanaux.
Depuis ces deux places, de petites ruelles étroites montent dans la vieille médina.
Elles sont d'un blanc éblouissant au soleil avec les portes et le bas des murs peints de bleus allant du pastel au bleu profond.
Cette couleur ayant remplacé le vert musulman, a été introduite par la population juive dans les années 1930.
L'entrée des maisons est petite, avec souvent un genre de goulet qui fait penser à l'entrée d'une grotte.
Beaucoup de vieilles demeures ont été rénovées et transformées en petits hôtels sympathiques.
Plus on monte, moins la médina est soignée, moins "préparée" pour les touristes et elle devient plus vivante.
On croise les résidants devant leurs maisons, les enfants jouant dans les rues, les jeunes adossés aux murs...
D'en haut, on a une vue plongeante sur la ville et les alentours.
Que l'on soit en haut ou en bas, il y a toujours quelqu'un pour vous proposer d'acheter du kif ou de venir voir comment on prépare la plante !!
Hé oui, ici et comme dans une bonne partie du Rif, la culture du kif est tolérée par le Roi, mais la vente et le transport en sont interdits...
On croise néanmoins pas mal de camionnettes le soir sur la route entre Tanger et Ceuta !!
Le soir, rien de mieux que de s'asseoir à une terrasse sur le toit d'un café et d'admirer la Kasbah illuminée en buvant un thé à la menthe, accompagné d'une chicha.


A une vingtaine de kilomètres de Chaouen, en prenant la route vers Oued Lhaou, on peut accéder au "Pont de Dieu".
Cette arche de pierre naturelle qui surplombe la rivière de ses 100m est visible après 30mn de marche au bord et dans le lit de la rivière.
Au bout du chemin, des rifains ont installé un barbecue dans une ruine.
Après l'effort, le réconfort : nous avons dégusté des sardines grillées, du tajine aux œufs et à la tomate, accompagnés de l'éternel thé à la menthe !!

Vue sur Chefchaouen 1
Vue sur Chefchaouen 2
Kasbah de Chefchaouen 1
Kasbah et mosquée de Chefchaouen
Voir le récit avec photos et commentaires

Marrakech

Marrakech, LA ville touristique du Maroc…
Je n'avais pas vraiment envie de visiter cette ville, parce que je n'aime pas les lieux trop touristiques, trop à la mode.
J'imaginais Marrakech défigurée par le tourisme de masse.
Avec mes amis marocains, nous avons pris le train couchette à Tanger le vendredi soir qui nous amène en 12h à Marrakech.
.
Arrivés samedi à 9h, nous prenons le taxi direction la vieille ville pour essayer de trouver un hôtel proche de la place Jema el-Fna.
Il y a plein de petits hôtels et pensions dans les petites ruelles et nous finissons par trouver une chambre pour 3 à un bon prix.
.
Nous dégustons de la beisara dans une ruelle. C'est une soupe de pois chiche avec de l'huile d'olive… j'adore !
.
On part ensuite dans les petites ruelles en direction de la place Ben Youssef autour de laquelle se trouve la mosquée et la médersa Ali Ben Youssef, ainsi que la Koubba Ba'adiyn et le musée de Marrakech.
La médersa est belle avec ses stucs, zelliges et bois sculptés.
Le musée occupe un riad du 19ième siècle superbe, avec des zelliges impressionnants.
L'immense salle centrale avec sa fontaine et ses piliers est immense.
De là, on a accès à d'autres salles magnifiques et au hammam d'origine.
La Koubba au sud de la place date du 12ième siècle et devait servir aux ablutions de la mosquée.
.
Nous continuons ensuite la visite dans les souks en remontant les rues Souq el-Attanine et Souq el-Smarrine.
Nous admirons les nombreuses échoppes, les herboristeries, …
Je prends même le temps de négocier des babouches en arabe… jusqu'au moment où je ne comprends plus rien !!
.
Nous nous dirigeons vers la Koutoubia, où nous avons rendez-vous avec une amie marocaine.
Le soir venu, la place Jema el-Fna grouille de petits étals de nourriture qui vous vendent escargot, mouton, …
Après une dégustation, direction la nouvelle ville cette fois pour les restaurants et les cafés branchés jusqu'au bout de la nuit !
.
Le lendemain, petit déjeuner sur une terrasse qui domine la fameuse place Jema el Fna.
On y aperçoit les liseuses de bonne aventure, les vendeurs d'eau, les musiciens Gnaoua et bien sur les charmeurs de serpents.
On rit des touristes qui se font avoir en donnant 100Dh par personne pour une photo avec le serpent autour du cou !
Nous ne résistons pas à la photo avec le serpent nous aussi, mais après avoir négocier 30Dh pour les 3 !!
.
Passage obligé par les jardins de la Ménara pour s'aérer un peu, mais malheureusement, pas de vue sur les montagnes de l'Atlas.
Petite visite des Tombeaux Saadiens, puis le Palais el-Badi en ruine, squatté par les cigognes !
.
Retour dans les souks, puis sur la place Jema el-Fna pour déguster des escargots et s'imprégner de l'effervescence de la place.
.
Enfin, direction la gare d'où notre train pour Tanger part à 19h…

Place Jema el-Fna à Marrakech 1
Place Jema el-Fna à Marrakech 2
Place Jema el-Fna à Marrakech 3
Beisara à Marrakech
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage au Maroc proposés par les Visoterriens.

1
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra