Une journée à la mer

Le maroc avec deux enfantsUn récit/album du carnet de voyage :
Le maroc avec deux enfants
D' Erfoud à TinghirRécit/album précédent :
D' Erfoud à Tinghir
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Je peste depuis 2semaines. Vous me direz c’est normal. Bien venu à Casablanca. La ville grouille de gens, il y’a des embouteillages partout, tout le monde se mêle de tout, surtout de l’éducation de mes enfants. Normal ; Ici, l’enfant est roi ; et moi, je peste, encore et encore.
Mais, aujourd’hui j’ai eu le déclic.
7h30, mes filles se réveillent. 8h30, tout le monde est prêt et le soleil tape déjà. Que faire, Un petit tour à la mer me semble une bonne idée. Je prends mon sac, une serviette, de l’eau et nous voilà dans la rue. On attend un taxi mais pas le temps de s’impatienter. Les taxis ce n’est pas ce qui manque dans cette ville.
Un gentil monsieur du taxi s’arrête, on monte, il nous papote et nous papote. Il laisse même les filles sauter sur les sièges. Il dit, pas de problème. C’set normal. 8minutre plus tard, on est à la mer. Le prix de la course 7Dhs (0.70cts d’euro) ; à ce prix c’est un crime de daigner le taxi.
9h à peine. L’Atlantique nous voilà. Une mer déchainée, des gars qui jouent au foot, d’autres qui font les coqs, des filles qui se baignent toutes habillées…et toujours se soleil qui cogne.
Je me trouve un coin et pose mes affaires. Pas de temps à perdre direction la baignade. Les filles sont en folie, l’eau c’est leur deuxième maison. On plonge et replonge. Peur de la noyade. Pas de problème. Les sauveteurs saisonniers sont là et toutes les familles veillent aux grains. Un gamin qui s’éloigne, un inconnu va le chercher, une mère débordée par ses enfants, la voisine prend le relais.
C’est le pied. Une crèche en plein air. Les filles sortent de l’eau et veulent faire un château de sable mais moi j’ai envie de narguer les vagues. Pas de problèmes. Deux maitres nageurs se proposent de garder les petites. Je ne me le fais pas dire deux fois. Je laisse les gosses et je rejoints la bande de fou qui arpente la mer. Du coin de l’œil je surveille les gamines, on ne sait jamais !
Une vingtaine de plongeons plus tard, je regagne la terre ferme. Les filles sont toujours là, on ne me les a pas volés. Dommage !

Je regagne ma serviette. Les filles jouent au sable avec les petits d’à coté. On n’a pas ramené de jouets mais ce n’est pas grave. Ici, on partage.
J’ai envie d’un café, mais trop la flemme de bouger. Je demande à un petit jeune d’aller me l’apporte. Il s’exécute. Pour le remercier je lui file une clope et je m’en grille une tout en sirotant mon café. Je profite ;
Le vendeur de beignets approche. Les filles réclament.
2beignets s’il vous plait. 2dhs (0.20cts d’euro), à ce prix mon ventre gargouille, j’en prends 3.
11h. Le soleil bat son plein. Un monsieur me propose un parasol gratos. J’accepte. Mes gamines jouent toujours. J’appelle ma copine de Toulouse. Je lui fais écouter le bruit des vagues, elle me fait écouter le bruit des gens dans le métro. Je jubile.
Un quart d’heure plus tard je raccroche. Mes gamines ont dans les mains une demi-baguette au thon. Le monsieur à côté pensait qu’il fallait les nourrir. Je ne le remercie pas. Si je le fait il sera vexé. Ici, nourrir un gosse, c’est normal.
10minutes plus tard, il va y avoir du sport. Une rixe entre le sauveteur saisonnier et un baigneur imprudent. Le ton monte et les gens s’attroupent. Le sauveteur propose un duel contre les vagues. Le baigneur accepte et les voilà qui s’enfonçant dans l’eau côtoyant les rocher avec une mer qui gronde de plus en plus.
On ne voit plus le sauveteur. Les maitres nageurs accourent. On le sort in extremis. Une petite accolade, sans rancune et la journée reprend son cours.
Il est temps de rentrer. Déjà midi. J’habille tout le monde. Un marchand de glace déboule.
Deux cornets s’il vous plaît. 2Dhs. Merci. La petite a les mains plein de sable. Pas de problème. Un type lui lave les mains. C’est trop cool !
La matinée se termine et moi je rentre, le cœur léger.
Et là, le déclic. Je ne peste plus !
Demain, on remet ça.
PS : Pour les amateurs d’illustrations, désolée. J’ai des photos plein l’appareil et rien dans la tête. J’ai oublié mon câble USB à Toulouse. Je l’ai commandé sur internet et dans une semaine j’aurais mon câble et vous vos photos.
Vous voyez, à Casablanca, pas de problèmes.

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

  • Le calme olympique ou plutôt Atlantique
  • Quand la mer gronde
  • photo de famille
  • ah les filles, ah les filles.....
  • attetion à la noyade
nezhaAuteur : Postée le 01 juillet 2007 par nezha
Vu 110 fois
Le maroc avec deux enfantsUn récit/album du carnet de voyage :
Le maroc avec deux enfants
D' Erfoud à TinghirRécit/album précédent :
D' Erfoud à Tinghir
Commentaires
bibi
bibi le 02 juillet 2007 à 16:41

Ca a vraiment l'air bien la vie au Maroc, du moins ce que tu en dépeinds. Au début quand j'ai vu le titre et l'age des enfants je me suis dis que ce n'étais pas possible, mais maintenant je crois qu'au Maroc c'est possible vu que l'enfant y est roi et que tout le monde est prêt à les prendre sous son aile.

Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
75 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations