06. Vers les mines de Potosi

La Bolivie, l'âme des AndesUn récit/album du carnet de voyage :
La Bolivie, l'âme des Andes
05. Le marché de TarabucoRécit/album précédent :
05. Le marché de Tarabuco
07. Le Sud LipezRécit/album suivant :
07. Le Sud Lipez
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

31/10
Nous quittons Sucre de bon matin pour commencer la principale partie de notre voyage. Nous partons vers Potosi.
Après un arrêt photo d'un pont appelé "Sucre" qui enjambe le Rio Pilcomayo, nous continuerons vers Potosi (4070m).
Le " mont riche", rempli d'argent fit la richesse des conquistadors et finança l'empire espagnol.
Potosi devint la cité la plus riche des Amériques. Malheureusement, le filon s'épuisa et la ville sombra dans la pauvreté. Nous découvrons l'aspect riche des bâtiments du centre, mais malheureusement les abords de la ville sont misérables.
15h. Nous partons vers la visite de la mine. Nous passons par un magasin où il est coutume d'acheter des cadeaux pour les mineurs: de la limonade, mais aussi de l'alcool à 98°, de la dynamite et des feuilles de coca.
Nous passons ensuite au vestiaire et direction la mine pour les plus courageux. Tiens, je suis le seul homme !
Avec un peu d'inquiétude, nous nous y engageons. Au fond d'un couloir nous découvrons trois mineurs.
Les cadeaux sont offerts. Ces gens vivent dans des conditions les plus rudes que l'on puisse imaginer, sans l'assistance d'aucune technique moderne ! Nous sommes mal à l'aise.
Notre parcours n'est pas trop difficile mais 90 minutes suffiront.
Pendant notre visite, il s'est mis à pleuvoir ce qui rend la ville encore plus triste.
1/11
La journée est consacrée à la visite de la vieille ville.
- La casa de la Moneda où les Espagnols frappèrent la monnaie
- Marché
- Eglises
- Place d'armes
A partir de ce moment, nous voyagerons dans des 4X4 jusqu'au bout de notre voyage.
Cette fois, nous entrons dans l'Altiplano.
Nous ferons un arrêt à Pulacayo, une localité désertée. Les mines fermées en 1832 ont marqué le début de la déchéance de la ville.L'extraction de l'argent reprit de 1873 à 1959.
Lors de la fermeture, 20 000 mineurs perdirent leur emploi. Nous visiterons un entrepôt où quelques locomotives rouillées sont les témoins de cette richesse perdue. Un vestige d'un wagon qui fut attaqué par Buch Cassidy est oublié en fin de convoi.
Nous continuerons vers Uyuni.

christtianAuteur : Postée le 26 novembre 2011 par christtian
Vu 62 fois - 1 recommandation
La Bolivie, l'âme des AndesUn récit/album du carnet de voyage :
La Bolivie, l'âme des Andes
05. Le marché de TarabucoRécit/album précédent :
05. Le marché de Tarabuco
07. Le Sud LipezRécit/album suivant :
07. Le Sud Lipez
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
73 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations