Irlande, terre celte

Carnet de voyage en Irlande

Monasterboice: croix celtique
Skellig Michael: les huttes La Chaussée des Géants: 40000 colonnes Sligo: Yeats

Qui sait pourquoi les terres celtes incitent à faire des ronds, que ce soit précédemment en Bretagne, en Galice ou même en Ecosse?

Who knows?

Peut-être un atavisme mégalithique précédant la dissémination celte, une tradition druidique autour d’un banquet ou l’aspect de leur croix…bref, il ne faut pas chercher à tourner autour du pot mais plutôt à naviguer droit vers l’Irlande, centenaire du Titanic oblige, et commencer à Rosslare pour six semaines un tour rétrograde de l’Irlande jusqu’à Dublin.

Durée : 43 jours ( du 22/04/2012 au 04/06/2012)
Zone : Irlande (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
rdut
Carnet de voyage créé par rdut
Le 21 April 2012

Vu 851 fois
1 2 3 4 >

001 Le départ, 23-04-2012

Le premier tour de roue fut un fiasco ! Que croyez vous qu’il arrivât quand vint le moment de partir ? Rien, car la batterie défaillit ! Pas le moindre petit soubresaut ! Que n’a-t-elle pu tenter de tirer une ultime salve, un petit baroud d’honneur qui aurait permis un repli stratégique vers un garage ? Non, rien !
En attendant, le ton du voyage est donné : il pleut ! Et pendant une semaine en région parisienne, il pleuvra.

Voir le récit avec photos et commentaires

002 Bayeux, 01-05-2012

Rien de plus plaisant que de commencer la journée par le récit de la petite pilée donnée par Guillaume aux anglo-saxons, bande dessinée brodée sur les 70 mètres d’une tapisserie millénaire, truculente et haute en couleurs.
Et de la finir à Utah Beach, là où l’histoire devrait parler seule, sans l’aide de ces quelques monuments impossibles dont la laideur mise en regard de l’évènement ne participe pas de sa grandeur. Le site d’Omaha Beach est autrement plus impressionnant et poignant.
Entre les deux ? Eh bien quelques sympathiques petites routes à l’entrée de la presqu’île du Cotentin qui serpentent tranquillement dans le bocage normand.

Bayeux: la tapisserie
Bayeux: débarquement normand
Bayeux: la cathédrale
Utah Beach
Voir le récit avec photos et commentaires

003 Cherbourg, 02-05-2003

Saint-Vaast-la-Hougue, prononcer Saint-Vaa, un petit port au nom improbable, où le bateau a des roues pour aller à Tatihou, mi-roulant mi-flottant, et où les huitres sont excellentes, charnues sans être laiteuses. Entre deux phares, entre les deux tours Vauban de Tatihou et de La Hougue, le bocage continue de s’étirer de droite et de gauche, de la pointe de Barfleur à celle de Levi, un vrai débat de fin de soirée!

Saint-Vaast-la-Hougue: le bateau à roues
Cherbourg: un drakkar
Saint-Vaast-la-Hougue: le port
Saint-Vaast-la-Hougue: le bateau à roues
Voir le récit avec photos et commentaires

004 Rosslare, 03-05-2012

C’est l’Irlande ! Enfin presque, le trajet en bateau dure un peu, en fait un peu plus de 20 heures, dont une bonne partie passée à dormir dans une cabine grand confort, sur une mer on ne peut plus calme ! En arrivant, il est 15h30 et il ne pleut pas !

Les premiers contacts avec les routes irlandaises sont terribles tant la tourbe est proche sous la route, encore ondulante et spongieuse, et qui donne des plis à l’asphalte, parfois en long, parfois en large, un coup de roulis suivi d’un peu de tangage, pour un mal de mer à peu près assuré !

Kilmore Quay est au bout de la journée, tranquille port de pêche tellement pluvieux que les ancres y ont la forme de parapluie et où d’irrésistibles filets de soles n’attendent plus que le chaland : hello !

Kilmore Quay: ancre
Kilmore Quay: le mémorial aux marins perdus en mer
Kilomore Quay
Kilmore Quay: église Saint-Pierre
Voir le récit avec photos et commentaires

005 Hook Head, 04-05-2012

Aujourd’hui, à 15h30, il ne pleut toujours pas, le premier record de 24 heures sans pluie est donc homologué !

Le ciel est quand même bien gris, mais avec de multiples nuances dont les paysages profitent pour varier à l’infini la palette de leurs couleurs en une aquarelle grandeur nature et sans cesse revisitée, les bleus de mer se rehaussant de turquoise dans l’échancrure d’une baie quand la lumière se fait plus intense, là où le sable clair est à peine recouvert, et les verts de terre s’intensifiant alors que la luminosité diminue, chaque nuance de chaque teinte changeant encore selon que le vent caresse la vague ou couche le blé.

C’est donc sur cette palette que se sont succédés Cullenstown, Tintern Abbey et le phare de Hook Head, 800 ans d’activité ininterrompue, ce qui en fait le plus vieux du monde encore en service ; à son pied, le petit port casseyeur de Slade y tient à l’abri ses deux bassins et son château qui y baigne ses fondations.

Enfin un pays où, quand on voit un mouton dehors, il y a une côtelette à l’étalage !

Tintern Abbey
Hook Head: le phare
Hook Head: le port de Slade
Hook Head: le phare
Voir le récit avec photos et commentaires

006 Dungarvan, 05-05-2012

Encore 24 heures sans pluie ! Les vingt cinq kilomètres de la côte de cuivre étaient presque rutilants sous ce qui fait ce matin office de soleil, un littoral encore modestement découpé et longé de grandes et belles plages ; et même s’il fait assez froid, l’ambiance peut être parfois balnéaire, pourquoi pas !

Le sud de Dungarvan est organisé en Gaeltacht, une région où n’est parlé et écrit que l’irlandais, ce qui rend incompréhensible les gens et les panneaux ! Alors installons-nous à An Rinn, juste à côté de Maoil an Choirnigh, et advienne ce que pourra, en particulier quelques kilomètres à pieds sur le banc de sable qui barre la baie de Dungarvan.

Tramore: Le Metal Man
Dungarvan
An Rinn: le port
An Rinn
Voir le récit avec photos et commentaires

007 Cobh, 06-05-2012

Journée T-shirt, vraiment incroyable, ce qui permet de rajouter 24 heures au météoton sans problème.

Cette côte sud de l’Irlande présente encore un relief peu appuyé, tout en arrondis, en baies et rias, et les plages succèdent aux plages, comme les stations balnéaires qui se suivent et se ressemblent. Pour rompre cette monotonie, de petites perles, comme Ardmore, un clocher pointu et une cathédrale en ruine !

Youghal, prononcer Yaule, une ville triste et grise, faite de grandeur et de décadence depuis que le sable a envahi son port, mais qui garde de son passé une drôle de tour où les prisonniers étaient pendus aux fenêtres alors qu’aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’être prisonnier pour s’y pendre !

Cobh est le port de Cork, la dernière escale du Titanic avant qu’il ne coule cinq jours plus tard, il y a tout juste cent ans ! C’est dire si la commémoration bat son plein, ici comme à Cherbourg d’où il arrivait et les bateaux de croisière du monde entier font toujours escale ici avec leur lot de 3 à 4000 passagers qui vont visiter le musée du Titanic, ce qui au bout au compte a dû en faire un investissement très rentable pour la White Star !

Ardmore: le clocher
Youghal: la tour de l'horloge
Cobh: le port
Cobh: la gare, le port
Voir le récit avec photos et commentaires

008 Clonakilty, 07-05-2012

Eh bien voilà, en passant du comté de Waterford à celui de Cork, le record du plus grand nombre de jours sans pluie vient de tomber à l’eau –ou l’eau vient de lui tomber dessus, et ce n’est rien de le dire- ce qui n’empêche pas un franc soleil de briller ce matin en passant par la péninsule de Old Head of Kinsale qui a vu en 1915 le Lusitania coulé par un sous-marin allemand; sale temps pour les paquebots de la White Star !

La péninsule est aujourd’hui privée et accessible aux membres d’un club de golf, mais après d’âpres négociations elle peut nous être ouverte moyennant le port d’une tenue correcte ! Eh ben non, et puis quoi encore!
Clonakilty, c’est la capitale du boudin noir, le black pudding, et ce qu’il y a dedans tient du secret de fabrication, mais sera mangé ce soir !

Kinsale: Summer Cove
Kinsale: le fort Charles
Timoleague: l'abbaye
Clonakilty: la grande rue
Voir le récit avec photos et commentaires

009 Schull, 08-05-2012

La route est toute tracée et toute droite pour atteindre la péninsule de Mizen Head, ce qui se fait de plus sud en Irlande. Le pâturage se fait plus rare, la côte se veut plus découpée, les baies et rias plus profonds et les reliefs gagnent en importance, comme le mont Gabriel, dont la montée sans carte ni chemins balisés au travers de haies de fuchsias et de rhododendrons en fleurs s’est achevée plantée à mi-mollet dans les tourbières, mais… avec une vue dégagée sur un infini irlandais, un de ces infinis qui restent clairs jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à voir.

Mais avant, il y a eu une petite part de l’héritage celtique, avec un beau rond de pierres levées et un arrêt à Union Hall pour un ravitaillement à la « Smoke House ».

Glandore: un cromleg
Unionhall
Schull: le mont Gabriel
Crookhaven: le port
Voir le récit avec photos et commentaires

010 Healy Pass, 09-05-2012

Ce qui se voit le mieux, à la pointe de Mizen Head, ce sont nos pieds, et encore faut-il ne pas trop se plaindre, parce que souvent ce n’est pas le cas ! Alors espérer ne serait-ce qu’apercevoir le Fastnet, phare mythique et dernier aperçu de l’Irlande par les immigrants du nouveau monde ou tout simplement la pointe et son pont suspendu aurait été trop demandé. Tant pis !

Ou tant mieux, parce que la péninsule de Beara, entre comtés de Cork et de Kerry, s’est autorisée un petit micro climat sur des paysages enchanteurs lors de la traversée du Healy Pass, route spectaculaire dans les Caha Mountains, bordée par endroit d’une végétation luxuriante amenée par un Gulf Stream qui touche terre ici pour son premier arrêt depuis le golfe du Mexique.

Bantry: jardin de Bantry House
Healy Pass: Glanmore Lake
Péninsule de Barea: Healy Pass
Péninsule de Barea: le col
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage en Irlande proposés par les Visoterriens.

1 2 3 4 >
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra