Intersaison au Ladakh

Carnet de voyage au Ladakh

Lamayuru Gompa

Ca y est ! Le grand départ est pour demain ! Le Ladakh est mon premier voyage tout seul en dehors d'Europe, du coup le stress monte à mesure que l'heure du départ se rapproche... Demain je prends le train pour Paris, puis mon avion décolle mercredi pour Delhi. Là-bas, je devrais attendre 24h mon vol pour Leh (capitale du Ladakh, Etat de Jammu & Kashmir) dans une température à plus de 40°C (c'est ce qu'annonce CNN). Le printemps est rude dans les plaines indiennes ! Par contre, le choc sera aussi rude en atterrissant à Leh : c'est à 3500m d'altitude, et il y gèle encore la nuit. Un peu plus frais que le Haut-Doubs où j'habite...
Quand je pense que je réfléchis à ce voyage depuis un an, ça fait drôle de se dire que c'est pour demain. C'est dans une BD (la série des "Jonathan" de Cosey : à lire absolument) que j'ai découvert ce petit "Pays d'entre les cols", avant je ne connaissait même pas l'existence du Ladakh ! Mais depuis j'en ai tellement lu sur le sujet que j'ai l'impression d'y être déjà allé. Enfin, on verra bien.
Par contre, je ne vous promet pas de photos avant le mois de juin : je n'emporte que mon vieux réflex argentique (c'est lourd, mais je ne fais aucune confiance aux batteries de mon numérique, et la qualité est bien différente), les pellicules ne seront donc développées qu'à mon retour...

Durée : 40 jours ( du 25/04/2007 au 03/06/2007)
Zone : Ladakh (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
Pierrot
Carnet de voyage créé par Pierrot
Le 23 avril 2007

Vu 1510 fois
< 1 2 3 >

Randonnee a Phyang

Vendredi, "petite" randonnee pour Phyang, village situe dans une vallee juste a l'ouest de Leh. Conformement aux explications d'un copain qui l'avait deja fait, je prends un taxi qui me depose dans le dernier village au dessus de Leh, et me dirige vers le premier col que j'apercois. Vers l'ouest, donc. Bonne montee bien hardue, en pleine chaleur, jusqu'a un col a 4000m d'altitude, et... c'est pas le bon ! Ben oui, il y a une autre vallee au milieu, occupee par un camp militaire, et comme j'ai pas pris de carte topo... Je redescends, attaque la vallee juste apres, qui me mene un peu plus haut... et c'est toujours pas le bon col ! Rhaaaaaaa ! Merde, cette fois, je ne redescends pas ! Je viens de me taper pas loin de 1000m de denivelee en deux heures a pres de 4000m d'altitude ! Du coup, je decide de passer par les cretes, il y a un semblant de sentier, quelques cairns et des traces de betail. Au bout d'un moment je me retrouve a crapahuter a flanc de falaise et dans des eboulis merdiques, et il va sans dire que j'ai perdu toutes traces de mon "sentier" depuis longtemps. Et au moment ou je commence a avoir des idees de faire demi-tour, j'apercois le sentier, bien marque, 50m plus bas. Ce n'est que vers midi que j'atteins le col, et je rejoins le village vers 13h. Petite traversee du torrent a gue (ca a le merite de me rafraichir un peu les pieds) puis je m'arrete dans une pature pour le pique-nique. Une jolie petite pature avec de la belle herbe bien verte, c'est bon quand on a bouffe du caillou toute la matinee, et qu'on a du sable plein les groles ! Visite un peu rapide de la gompa (je commence a trouver que de l'interieur elles se ressemblent toutes...), puis je ressors juste a temps pour attraper le bus. Un bon entrainement avant de repartir en trek dans quelques jours !

Premier col
Ruisseau près de Phyang
Phyang Gompa
Voir le récit avec photos et commentaires

Stok, debut d'un nouveau trek

Et c'est reparti pour un nouveau trek en solo ! Le bus me depose tout en haut de l'oasis, ou je croise un canadien et une hollandaise qui partent pour la meme balade que moi, avec guide, ponyman et trois chevaux de bat. Je descends visiter le Palais Royal (celui ou s'est installee la famille royale apres la soumission au Cachemire), ca vaut le detour pour la vue sur la vallee et le petit musee d'objets et photos appartenant a la famille. Retour a mon point de depart, 2 paquets de biscuits pour le casse-croute, et c'est parti ! Je double une caravane posee au bord de la riviere, qui me rejoint lors d'une pause. C'est une expedition pour le Stok Kangri (6100m, a priori peu de difficultes techniques, a part l'altitude), mais il faut voir l'equipee : les 2 chevaux et l'ane sont arnaches comme jamais j'aurais ose, je me demande si ils ariveront au camp de base avant la nuit... Je me retrouve a nouveau seul, a remonter des gorges arrides et assez raides. Je croise un troupeau, peut-etre des barahls, sorte de bouquetins. Je comnmence a douter de la bergerie mentionnee dans le guide, quand j'apercois deux tentes (ou plutot un parachute dresse en tipi et une tente canadienne familiale) 100m au dessus... enfin ! Je suis a 4500m d'altitude, soit 200m plus haut que le camp annonce par les topoguides. Le site est un peu mineral, mais c'est chouette et les gens que je viens de rejoindre sont sympas. En fin de journee, Mickael, le quebequois, sort des balles et commence a jongler : c'est pour lui une tradition, mais il me dit qu'en Bolivie, a 5200m, il avait du mal a rattrapper ses balles...
Vers 19h, il commence a tomber un melange de neige et de gresil.

Le Palais Royal de Stok
Expédition pour le Stok Kangri
Le campement du Stok La
Autour du campement du Stok La
Voir le récit avec photos et commentaires

Passage du Stock La, base camp du Ganda La

Il a neige toute la nuit, et au reveil, le thermometre affiche -2'C. Dehors, tout est blanc. Comme il n'y a que tres peu d'eau, j'economise le the et ne peut donc faire que peu de kolak (tsampa (farine d'orge grillee) melangee a du beurre et du the, formant une grosse boule, je vous montrerai), mais je compte bien me faire un bon gouter chaud a l'etape de ce soir ! Pliage des tentes dans la neige et la boue, puis depart, avant les autres. Mais ils ne portent pas un sac de 20kg, et me rattrappent rapidement. Arrives au col, on s'apercoit que c'est pas fini : il reste une traversee et 100m de denivelee... Mickael sort quand meme ses balles pour la photo, on est a 4800m, apres tout ! Le col, photos devant les drapeaux de priere, puis la descente, tres raide. Emporte par le poids du sac, je rattrappe les guides a l'heure du lunch. Je bave en les voyant manger du pain de mie, de l'emmental et des patates, vu que je me contente de kolak, ce qui fait bien rire les guides. Heureusement, j'ai un petit bout de yack cheese pour faire passer le gout fade de la tsampa. Passage rapide dans Rumbak, joli petit village, avant de recommencer a monter, direction Yurutse. Yurutse, c'est une seule maison, mais quelle maison ! 30 minutes apres, on arrive au camp, plutot sympa. Je me fais payer the et biscuits, je crois que je vais continuer de marche avec cete equipe fort sympatique ! Toilette a l'eau froide, puis repas en regardant passer les choukors et deux lievres qui vaquent a leurs occupations. A quand le Snow Leopard ?

La neige
Chargement des poneys (Ladakh, Inde)
Dernière traversée avant le col
Le col
Voir le récit avec photos et commentaires

Passage du Ganda La, Skyu

Reveil joyeux, il y a du ciel bleu ! Je dechante apres le petit dejeuner, car une (tres) grosse averse de neige nous tombe dessus. Au bout d'un moment, il faut se rendre a l'evidence : ca peut durer... Pliage de tente utra-rapide, ca sechera plus tard !
Dans la montee, je prends tres vite un retard consequent, toujours ce gros sac sur le dos. La neige, qui s'etait calmee, reprend de plus belle. Peu avant le col, j'apercois une sorte de tetras (famille des gallinacees, comme les perdrix mais en plus gros et plus beau), a verifier. J'arrive au col, ou tout le monde m'a gentiment attendu, la vue est bouchee cote Indus, mais le soleil resiste sur la chaine du Zanskar. On croise une famille de marmottes dns la descente, puis une bergere et son troupeau de chevres. Casse-croute a Shingo, puis longue descente dans les gorges avant de deboucher dans la vallee de la Markha, a Skyu.
Bon camping avec une pompe a eau et de l'herbe. Je retourne au village, faire quelques photos, il y a une des plus vieilles gompas du Ladakh (11'siecle). Retour au camping, apero a la puree mousseline aomatisee minut soup gratinee aux oignons, puis je me tape une portion de polenta pour 2 personnes. Mon arrivee en Markha Valley meritait un bon gueuleton !

La neige en Inde
Ladakh en Inde
Descente sur la Markha
La vallée de la mort
Voir le récit avec photos et commentaires

Markha

Ce matin, on a enfin pu plier les tentes au sec, et les temperatures nocturnes ont ete plus clementes. Il est vrai qu'on n'est qu'a 3400m !
La vallee est large, la pente inexistante, ca repose... De temps en temps un pont rudimentaire pour traverser la Markha : deux poutres de peuplier sur lesquelles ont ete posees des pierres plus ou moins plates, donnant a l'ensemble un sentiment de parfaite insecurite.
Repas de midi a Chaluk.
Le sac commence a me lacerer les hanches, par l'intermediaire des coutures du calecon, et mes chaussures me lattent les pieds. La vallee s'elargit encore, avant d'arriver au village de Markha. L'ecole et les campings sont separes du reste du village par une crete sur laquelle tronent quelques ruines. Le village est tres gris, il faut dire que les travaux des champs ont a peine commence. Un groupe qui bricole devant une maison me paye du Chang, puis je pars visiter la Gompa : une des plus petites, mais la plus chere du pays : 35Rs !
Au moment ou je commence a cuisiner, le vent se leve, et Ali, le guide de mes co-trekkeurs, me propose de m'abriter sous leur parachute, ce qui me permet d'apprendre a deboucher efficacement la buse du rechaud.

Traversée de la Markha River
Vallée de la Markha
Le village de Markha
Voir le récit avec photos et commentaires

Alpage de Tachuntse

Ce matin, depart plutot pepere, l'etape etant plus courte que les precedentes (5h de marche prevues). La remontee de la Markha Valley continue. On laisse une vallee permettant de rejoindre Padum au Zanskar, puis peu de temps apres nous passons au pied d'un imposant piton rocheux au sommet duquel est bati le monastere de Tesha, juste avant le hameau de Humlung.
Une heure plus tard nous arrivons au village de Hankar. Comme Humlung, Hankar est partage en deux, mais cette fois par une citadelle en ruines perchee en haut d'un formidable promontoire. Le coin est tres vert, mais plus un arbre, on est a 4000m d'altitude. Nous apercevons pour la premiere fois le Kang Yatze, superbe montagne qui culmine a 6400m. C'est a regrets que je quitte cette vue imposante, car la vallee qui me permettait de voir le sommet file vers le Tso Moriri (tso=lac en ladakhi), et c'est un autre trek. La vallee se resserre, et se redresse aussi, avant d'arriver aux alpages de Tachuntse, deja verts malgre la neige toute proche.
Une fois la tente montee, je m'empresse de batir un muret pour proteger ma cuisine du vent. En fin d'apres-midi, le ponyman d'un autre groupe installe en contrebas vient demander l'aide de Tenzing (le ponyman de mes compagnons) pour referrer ses mules, Tenzing profite de l'occasion pour s'occuper de ses chevaux.
Pendant que je prepare mon the pour le petit dejeuner, un papy debarque de je ne sais ou en haut de la vallee, entre sous le parachute, en ressort avec un billet de 100Rs, vient me demander la taxe de camping, et continue vers le bas de la vallee... Mais d'ou il sort ? Il n'y a plus d'habitations au-dessus... Je prends le the avec les autres, et la conversation roule un moment sur le papy, car meme Ali est surpris de cette apparition soudaine... Petit cours de ladakhi avant d'aller se coucher, en regardant la lune se degager de ses nuages : Dawa (lune), Niyma (soleil), Skarma (etoile).

Croisement de vallées
Mane
Citadelle de Hankar
Chörtens et mane près de Hankar
Voir le récit avec photos et commentaires

Nimaling, belle mais froide plaine

Beaucoup de vent ce matin. Le thermometre n'affichait que 0'C dans la tente, et pourtant j'ai passe une nuit glaciale, surtout lorsqu'il a fallu se lever en pleine nuit pour aller pisser ! Le Kang Yatze fait plusieurs apparitions en chemin, avec ou sans nuages selon le vent. Le vent et froid me font apprecier le collant que j'ai eu la bonne idee de garder...
La pente se radoucit, nous approchons de Nimaling, qui finit par nous apparaitre : une grande plaine verdoyanteperchee a 4700m d'altitude, au milieu de laquelle coule la Markha.
Je m'empresse de visiter les quelques cabanes de bergers, mais elles sont ouvertes a tous les vents et pleines de fumier ou de dechets... Je serai mieux dans ma tente !Je demande a Ali si je peux cuisiner sous son parachute pour m'abriter du vent et de la neige, et je me retrouve a partager leur repas !
Litteralement, Nimaling signifie "lieu ou l'on voit toute la course du soleil". La topographie du site permet aisement de le comprendre, mais vu la meteo, on n'est pas prets de le verifier. Qu'a cela ne tienne, je monte avec Kiki (la hollandaise qui voyage avec Mickael) en direction du Kang Yatze. Le souffle court, on se rend vite compte que l'on approche des 5000m. Quand on arrive au sommet de la crete, la montgne s'est entierement degagee des nuages qui la masquaient, mais le fond est toujours gris.
Retour au camp juste avant une (enieme) averse de neige, et, bizarrement, le vent completement tourne en moins de deux heures... mais le temps est toujours aussi agite.
Ce soir, Ali a prepare de la Thukpa, soupe ladakhie tres riche, avec des pates faites maison, ca rechauffe bien. Pendant que je remplis mon thermos de the pour le petit dej', Ali me demande combien je le lui vendrai a la fin du trek... Aie, 30E, ca fait 1500Rs, et avec 2 ans d'age, il doit encore bien valoir 10-15E, ce thermos... c'est cher pour un ladakhi ! Puis il me propose une association : je trouve des clients francais, il organise tout le trek, et on encadre tous les deux... Je crois que je vais lui faire une reduc pour mon thermos... il ne me reste plus qu'a trouver des clients et un tour operator !

Géologie près de Nimaling
Nimaling
A Nimaling camp
Le Kang Yatze sort des nuages
Voir le récit avec photos et commentaires

Passage du Konmaru La (5150m), Sumdo Chang

Reveil glacial, -6'C a l'interieur de la tente. Il a bien du faire dans les -10, -15, dehors, car la Markha est couverte de glace. J'ai passe une partie de la nuit a grelotter, le reste a faire des reves bizarres, surement dus au froid, a l'altitude et au manque de sommeil de ces dernieres nuits, tres froides.
Neammoins, le Kang Yatze se detache sur un fond de ciel bleu, ce qui ne m'empeche pas de rester cache sous la tente a macher des abricots secs en attendant que le Nyima rechauffe un peu tout ca...
Vers 8h je quitte le camp, seul cette fois-ci. Dans la montee du Konmaru La, je me retourne sans arret pour prendre des photos de ma montagne preferee, profitant du ciel bleu qui commence a se voiler. Au bout d'un moment, je croise des traces qui rejoignent le sentier : trop grosses pour un chien, parfois rondes comme celles d'un felin, d'autres moments ovales comme les canins; par moments on distingue comme des trace de griffes (les felins ont des griffes retractiles qui normalement ne marquent pas). Alors, snow leopard ou pas ? Ca serait trop beau ! Tenzing, qui vient de me rattrapper avec les chevaux, me dit que ce sont des chiens sauvages (il y a deux voies), puis un peu plus loin se ravise et parle de snow leopard... A verifier...
Au col, il neige et le vent souffle fort. Photos souvenirs, du trekkeur et de l'altimetre (c'est pas tous les jours qu'on passe les 5000), puis je me lance dans la descente, tres raide. Dans les neves qui bordent le chemin, Tenzing, qui est tibetain, a laisse quelques souvenirs : FREE TIBET, THE PONYMAN IS TIBETAIN, etc. La vallee se resserre tres vite en gorges tres encaissees, avec beaucoup de neige au fond, mais celle-ci porte bien. Heureusement, car les anciens sentiers construits a flanc de falaise ont ete mis a mal par les fortes pluies de l'ete dernier.
Apres Chukirmo, la vallee s'elargit et le sentier est en grande partie dans le lit de la riviere, tres penible pour marcher. Heureusement, j'arrive assez tot a Sumdo, ou il y a un chouette camping : gros saule, une pompe a eau potable, de l'herbe... Je n'ai plus qu'a attendre le bus de demain matin !
Constatation tres impressionnante concernant le climat, aujourd'hui : ce midi, pendant ma pause casse-croute, le barometre est descendu de 15 HPa en 30 minutes, et 10 mn plus tard je me prenais une averse de neige sur la gueule. Je ne comprenais plus rien, l'altitude n'arretait pas d'augmenter, j'etais pret a appeler le SAV de Suunto ! Phenomene inverse dans la soiree : c'est la premiere fois que je vois des evolutions barometriques aussi impressionnantes et rapides !

Ciel bleu sur le Kang Yatze
Nimaling et le Kang Yatze
Au Konmaru La: 5150 mètres !
Troupeau de Barhals
Voir le récit avec photos et commentaires

Retour a Leh

Nom de dieu comme ca caille ce matin ! Et moi qui esperais, en dormant de nouveau sous la barre des 4000, passer une bonne nuit douillette... rate. Au point de me relever a 3h du matin pou enfiller un pull... Et a 5h du matin (je ne pouvais plus dormir), le thermometre affichait -2'C et tout le double toit de la tente etait couvert de givre. Et vu qu'on est en fond de valle, le soleil est pas pret de secher tout ca avant le depart du bus.
Piste tres chaotique jusqu'a la sortie de la vallee, car elle emprunte souvent le lit de la riviere, toujours a cause des pluies de l'ete dernier, qui ont emporte des grandes parties de l'ancienne piste.
Martselang, Karu, Thiksey, Shey, Choklamsar, et enfin, Leh... Je traverse toute la capitale ladakhie avec mes 15 kg sur le dos, un type trouve le moyen de me proposer une chambre d'hotel... C'est sur qu'apres 8 jours de trek et 4 jours sans me laver, je dois surement avoir la degaine d'un touriste fraichement debarque de l'avion ! D'ailleurs, j'aimerais bien voir ma gueule dans un miroir, ca doit pas etre triste... Je complete mon petit dejeuner a la Secret Backery (le Coffee Almond Cake est formidable, mais les autres sont extra aussi). La ville a encore evolue, toujours dans le sens du tourisme : j'entends causer francais de partout, ca devient perturbant...
Apres-midi shopping, je crois que je vais laisser pas mal de pognon cette semaine. Au retour, je croise un copain qui revient aussi d'eun trek, avec deux autres. Ils etaient au Tso Moriri, et se sont cailles aussi, mais je crois que ca a ete general cette semaine, meme en France d'apres les mails que j'ai recu...
Petit repas avec la famille, c'est bon la cuisine ladakhie apres une semaine de puree mousseline et de maggy noodles !

Lever de soleil sur Sumdo Chang
Tsering Dolma
Voir le récit avec photos et commentaires

Tourisme de base

Et merde, un bug de connexion vient de tout effacer, je vais recommencer dans les details, vous aurez du resume de chez resume !
Hier : matinee ONG, la Women's Alliance et LEDeG (plus de details sur le guide), shopping et peut-etre un trip au Pongong Lake en preparation... Ajoutez a ca le bonheur de dormir dans un bon lit au chaud, celui d'une douche chaude et de la decouverte que c'est encore plus appreciable quand la salle de bains est glaciale... et vous aurez un bon apercu de cette journee.
Aujourd'hui, encore plus de shopping, et confirmation pour le Pongong Lake, avec Mickael et Kiki, a nous le Changthang !

Himalayan Souvenir
Wangnoo Crafts
Women's Alliance
LEDeG
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage au Ladakh proposés par les Visoterriens.

< 1 2 3 >
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra