Golf de Guinée

Carnet de voyage en Afrique Equatoriale

Plage de Cap Lopez à Port Gentil 4

Une mission comme je les aime... relever des aéroports en Afrique.
Bien que je connaisse bien les pays du Golf de Guinée, c'est toujours un plaisir de travailler en Afrique Noire !
Un petit avion, Beechcraft 99, affrété pour l'occasion est venu de Madagascar pour toute la durée de la mission.
Celle-ci a commencé avec l'IGN mi-novembre et a fait le Cameroun, le Tchad et la République Centrafricaine.
Pour ma part, avec un collègue, nous partons pour un mois de folie pour faire le Gabon, le Congo et la Guinée-Equatoriale.
Que du bonheur en perspective...

Durée : 30 jours ( du 16/12/2007 au 14/01/2008)
Zone : Afrique Equatoriale (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
Jean Marie
Carnet de voyage créé par Jean Marie
Le 11 March 2008

Vu 3586 fois
1 2 >

Libreville

17 décembre au 19 décembre 2007.
Deux jours et demi à Libreville pour relever l'aéroport.
Pas mal de palabre... normal, c'est comme ça ici !
Une bonne rincée le premier jour, la petite saison sèche commence à peine, alors il reste quelques beaux orages... c'est sympa pour commencer !
Pas trop de merdier ici, c'est le Gabon et c'est la capitale, alors ça tourne à peu près rond !!
Ça nous laisse le temps de se mettre au point et de chauffer la machine...
Ça nous laisse surtout le temps de s'habituer à la chaleur !!
Il faisait -4°C lors de notre escale à Paris et ici il fait 28°C...

L'avion à Libreville
Illiouchine russe au décollage
Libreville d'en haut
Embourbés
Voir le récit avec photos et commentaires

Bitam

19 décembre au 21 décembre 2007
Après 2.5 jours à Libreville, nous voilà partis dans le nord du pays, pas très loin des frontières Camerounaises et Guinée-Equatorienne.
Bitam est une petite ville avec une piste en latérite (terre).
Pas grand chose à faire mais le pays ayant quelques touristes, nous avons la chance de trouver un hôtel correct.
Ici, c'est déjà plus la débrouillardise...
Nous ravitaillons au jerrican, nous achetons sable, gravier et ciment pour fabriquer des bornes.
Il faut négocier dur les prix, puisque dans leur esprit, "le blanc à l'argent" !! Ce n'est pas faux, mais j'ai un budget à tenir...
Néanmoins, ça fait partit du jeu et une fois que j'ai l'impression de ne pas me faire avoir et que de leur coté ils gagnent un peu plus que ce qu'il devrait... tout le monde est content !
Au moins, ils pourront se faire plaisir...
Le soir, la piste est envahie par les footeux...
N'ayant pas de terrain de foot et l'aéroport pas de trafic (à part nous), tout le monde y trouve son compte.
Le manque de trafic a des effets néfastes :
- la ville a perdu en activité depuis l'arrêt de lignes régulières,
- les gens construisent de plus en plus près de la piste, sur le terrain même de l'aéroport. Ce qui donne des maisons à moins de 50m du bout de piste et moins de 30m du bord de piste...
En gros, il ne faut pas se rater !!!

Atterrissage à Bitam
Ravitaillement en essence
Un peu de tout terrain avec une Corolla
La piste de Bitam
Voir le récit avec photos et commentaires

Lambaréné

21 décembre au 23 décembre 2007
Nous voici dans l'hémisphère sud...
Nous avons passé l'équateur en venant de Bitam, 1 heure de vol, mais nous n'avons pas pu profiter du paysage : il y a toujours une sacré couverture nuageuse ici !!
Lambaréné, ville moyenne, plus animée que Bitam...
Il y a ici l'hôpital du Dr Schweitzer, en plutôt bon état, qui fait musée.
Nous avons même eu le temps de le visiter et de voir la tombe de ce cher docteur.
Il fallait tout de même être motivé pour venir ici à l'époque !
Pour notre part, on a réussi à se trouver un petit hôtel sommaire, mais avec la climatisation.
Pas grand chose à relever sur cet aéroport, mais un tout petit peu plus que sur le précédent tout de même !
Nous profitons de ces jours à l'intérieur du pays pour essayer la gastronomie locale...
Au menu, crocodile, porc-épic, gazelle, poisson de rivière, le tout accompagné de pain, de manioc ou de l'excellente banane plantain frite !

Aloko - Plantain frit
Crocodile
Hôtel Bobébé à Lambaréné
Essuie-glace neuf
Voir le récit avec photos et commentaires

Port-Gentil

23 décembre au 26 décembre 2007
Nous l'avons fait !!! Nous avons réussi à tenir le planning pour fêter Noël dans une ville qui bouge !
Port-Gentil, POG pour les intimes, est une ville pétrolière. Un grand nombre de compagnies pétrolières et para-pétrolières sont installées là.
Notamment Total, puisque le Gabon était la chasse gardé de Elf...
Bref, ça ne nous avance pas à grand chose, mis à part le fait que la présence de nombreux expatriés veut dire bon hôtels, bon restos et bars...
Il y a du boulot ici, on ne chôme pas, mais au moins, on se fait un bon repas de Noël à l'occidentale !!!
Joyeux Noël !!
Le 25, après avoir bien travaillé, on a même le temps de s'octroyer une pause.
Nous prenons donc le taxi, puis le bateau pour aller au Cap Lopez, juste au nord de la ville.
Petit resto sur la plage, puis balade les pieds dans l'eau et le sable...
Coup de fil à la famille pour fêter Noël... et pour faire baver aussi !!

Relevé théodolite sur le toit de la tour
Lésard à Port Gentil
Quartier Massukou à Port Gentil 1
Quartier Massukou à Port Gentil 2
Voir le récit avec photos et commentaires

Brazzaville

26 décembre au 29 décembre 2007
Voilà, le Gabon c'est fini... après 3 heures de vol dans notre petit coucou, nous voilà au Congo !!!
Retour à Brazzaville quasiment 10 ans après pour moi !!
Ça n'a pas trop changé...
Nouveau pays, nouvelles palabres... normal, on est habitués à force...
Pas trop de boulot ici contrairement à ce que je pensais.
Nous utilisons un camion de pompier écolo (en attente de pièce de rechange depuis 2 ans... c'est l'Afrique !).
Je retrouve les impacts que j'avais vus il y a 10 ans après les évènements de 1998...
La ville est tout de même plus calme et nous pouvons continuer nos essais culinaires avec de la tortue... bof...
Et bien sûr, nous buvons la fameuse N'gok, la bière Congolaise avec le crocodile comme emblème (N'goki = crocodile en lingala).

L'ascenseur à impacts à Brazzaville
Bière Ngok à Brazzaville
Camion pompier écolo à l'Aéroport de Brazzaville
Termitière à Brazzaville
Voir le récit avec photos et commentaires

Ouesso

29 décembre au 31 décembre 2007
Finir l'année à Ouesso... ce n'est pas ce qu'il y a de mieux !
Ouesso est un petite ville au nord du Congo, à la frontière avec le Cameroun.
Cette ville est isolée par rapport à Brazzaville et Pointe-Noire, les deux villes importantes du Congo.
Du coup toutes les rues sont en latérite, il n'y a de l'électricité que de 18h à 22h (pile !)...
Premier soir et nuit sans électricité, pas d'eau pour se laver... il fait chaud...
Difficile de trouver quelque chose à se mettre sous la dent.
Tous les produits viennent du Cameroun voisin
Les restos, boui-bouis, du coin n'ont pas grand chose, voir plus rien si on arrive après 20h...
Au choix : sibissi (genre de porc-épic), gazelle, poisson avec plantain frit, manioc ou pain. Pas tout en même temps bien sur c'est l'un ou l'autre !!
A boire, eau pas fraiche, ou coca pas frais ou bière... pas fraiche...
C'est sympa, c'est roots, ça dépayse... mais quand on bosse, ça va bien 2 jours...
On a fait un tour vers l'église pour trouver un repère de nivellement. Elle date de l'époque coloniale, on trouve aussi le passage des colons, il y a longtemps !
Du coté du fleuve, il y a des pirogues à vendre... j'hésite !
Le marché est fermé, mais ça doit être une sacré ambiance les jours de marché !
Des gens transportent des fût d'essence qu'ils font rouler dans la rue... en descente ça va, mais en montée, ils en bavent !
Deuxième nuit, électricité jusqu'à 22h.
On n'a rien trouvé à manger dans les restos du coin, on a donc acheté du plantain frit dans la rue, éclairée à l'aide d'une lampe à pétrole.
On lui achète pour 500F CFA (moins d'1€) de plantain et elle a besoin de voir le billet dans ses mains pour croire qu'on lui en achète autant d'un coup !!!
Elle a gagné sa soirée !!!
On a bien bossé, on peut s'enfuir pour fêter le nouvel an dans l'étape suivante !!!

Rue principale Ouesso au Congo 1
Antonov 12 à Ouesso
Afrique Equatoriale Française à Ouesso
Eglise de Ouesso
Voir le récit avec photos et commentaires

Dolisie

31 décembre 2007 au 2 janvier 2008
Bonne année !!!
Nous revoilà dans la civilisation
On a un hôtel correct, de la lumière, une douche... et de quoi manger !
Les gens sont toujours aussi accueillant.
On se fait un bon petit resto pour le réveillon, mais la ville est calme... personne ne fait donc la fête ?? Etonnant !!
Le dernier jour de l'année, lors de la reconnaissance de la piste, on manque de se prendre un avion en pleine poire !
Manque de communication entre l'avion, la tour et le chef d'aéroport (qui a pourtant une VHF avec lui) et nous voilà en extrémité de piste, avec 2 voitures garées sur l'axe de piste... quand on nous annonce qu'un avion doit arriver bientôt...
Je demande au chef d'aéroport de se renseigner et lorsque je tourne la tête, je vois un avion de ligne en finale courte tout près !!!!
Panique à bord... le chauffeur de taxi veut fermer son coffre au lieu de se dépêcher... il ne trouve pas les clefs... il finit par enlever le frein à main et on pousse la voiture au pas de course !!
Dix secondes plus tard, grand maximum, l'avion se pose !!!
Les pilotes ont plus ou moins l'habitude de ça en Afrique, mais pas moi... ça fait bizarre !
Nous croisons devant l'aérogare des jeunes avec des sacs de jute blancs. L'un transporte deux petites gazelles qu'il a chassé. L'autre transporte des animaux moins fréquents pour nous... son sac est remplit de chauves-souris qu'il a fumé pour les conserver (voir la photo).
Devant les logements du personnel de l'aéroport il y a des feuilles géantes... Parfaites en cas de pluie, pour faire du vent, voir pour d'autres utilisation en cas de soucis...
A la gare, nous passons pour des extraterrestres... et je passe mon temps à contrôler que personne ne touche mon trépied par inadvertance.

Atterrissage à Dolisie
Arrivée à Dolisie
Feuilles géantes à Dolisie
Gare de Dolisie 1
Voir le récit avec photos et commentaires

Pointe-Noire

2 janvier au 12 janvier 2008
Pointe-Noire, que d'aventures !!
Je connais bien cette ville et j'apprécie d'y venir... mais cette fois ci, tout ne se passe pas comme je le pensais !!!
Comme à Ouesso, il y a des pb d'électricité, des délestages par quartiers, mais ici, les hôtels ont des groupes.
Il y a des restos cher et des restos à bas prix à Pointe-Noire.
A coté de notre hôtel, nous avons un resto classe boui-boui où les poissons grillés sont très bons. Un peu trop d'oignons et de piment à mon goût, mais au moins il sont frais !
Nous avons aussi expérimenté le resto plus cher au bord de plage, sur la côte sauvage et c'est pas mal non plus !
Les problèmes commencent avec nos GPS, à cause d'un brouillage indéterminé, impossible de faire nos mesures !
Ce n'est pas le fait de commencer nos journées à 6h du matin pour tenir le planning qui y changera quelque chose...
Ni le fait d'avoir chercher partout d'où venait le brouillage : on est même allé embêter les militaires (je les avais trop vite accusés... mais ils sont perdus les pauvres !)
Alors que nous avions baissé les bras et que la date butoir pour partir en Guinée Equatoriale arrivait, le deuxième problème nous tombe dessus.
En pleine négociation pour des articles artisanaux, après une après midi off à la plage, je reçois un coup de fil me disant qu'un camion est rentré dans notre avion sur le parking de l'aéroport !
Taxi pour aller sur place et, en effet, un camion effectuant une marche arrière, "vigoureuse", a percuté l'empennage de note avion. Le cône arrière est froissé et la gouverne est touchée.
L'expertise montrera qu'une pièce de cette gouverne a cassé et qu'il faut le changer : nous sommes donc cloués au sol !
En attendant d'en savoir plus, cela nous laisse le temps de finir nos mesures de manière "traditionnelle", puis lorsque nous apprenons que des pièces doivent venir du Canada, nous cherchons un autre avion.
Un Beechcraft à Malabo, trop cher, un Dornier à Libreville, trop cher, ... et potentiellement un Antonov 12 ici à Pointe-Noire... c'est en fait celui que nous avons déjà croisé à Ouesso !
Finalement, l'affaire ne se fait pas, puisque celui-ci n'est assuré que pour le fret et pas pour les passagers... et heureusement finalement... mais ça vous découvrirez pourquoi à la prochaine étape !
Donc, après une semaine de recherches et d'attente à Pointe-Noire, retour en France, via Libreville, en attendant les réparations...

Atterrissage à Pointe-Noire
Mac Do à Pointe-Noire
Araignée congolaise
Mr le lézard
Voir le récit avec photos et commentaires

Pointe-Noire, le retour

4 février au 5 février 2008
Retour sur Pointe-Noire après réparation de notre avion.
A peine réparé celui-ci a eu chaud au fesse !!!
Un Antonov 12 s'est crashé sur le parking de l'aéroport et si il n'y avait pas eu un brave Boeing 707 (paix à son âme), notre avion aurait été pulvérisé cette fois !!!
Bref, le temps de charger l'avion et d'attendre l'heure de départ pour qu'à notre arrivée la piste de Malabo soit ouverte... et nous voilà repartis comme en 40...

Chargement Antonov 12 à Pointe-Noire 1
Chargement Antonov 12 à Pointe-Noire 2
Crash Antonov 12 à Pointe-Noire 1
Boeing 707 après Crash Antonov 12 à Pointe-Noire
Voir le récit avec photos et commentaires

Malabo

5 février au 9 février 2008
Nous voilà en Guinée Equatoriale avec un petit mois de retard sur le planning initial !
Je rejoins mon collègue qui est venu directement depuis la France et les 2 clients de Dakar.
Pas mal de boulot ici puisqu'il refont toute la piste et qu'ils ont installé de nouveau instrument d'aide à la navigation aérienne.
Autant certaines ville où j'étais venu il y a 10 ans n'ont pas bougé, autant la Guinée Equatoriale bouge un max depuis qu'ils ont découvert du pétrole il y a environ 5 ans !!
La ville est un grand chantier...
Il y a beaucoup d'entreprises de construction étrangère (Chinois, Français, Italiens, Espagnols, ...).
On construit tout ici : routes, HLM, bâtiments étatiques, stades de foot, d'athlétisme, maisons particulières, bureaux ...
C'est impressionnant !!

David vs Goliath
Epave à Malabo
Avions à l'abandon à Malabo
Pseudo cuisine à Malabo
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage en Afrique Equatoriale proposés par les Visoterriens.

1 2 >
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra