10 De Edirne à Istanbul le 01-10-2010

Entre Grèce et TurquieUn récit/album du carnet de voyage :
Entre Grèce et Turquie
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

La frontière gréco-turc se franchit à l’obscur poste de frontière de Kastanies, à l’extrémité nord-est de la Grèce, là où les opérateurs bulgares, grecques et turques pratiquent l’œcuménisme cellulaire en s’arrachant la préséance sur le téléphone portable et où nos cartes d’identité estampillées République Française laissent perplexe le douanier pendant au moins trois quarts d’heure, que Grecs et Turcs attendant leur passage mettent à profit pour se réconcilier sur notre dos. Quelle idée aussi de ne pas avoir un passeport comme tout le monde et d’avoir cru un instant que les accords pris par les fonctionnaires de nos ministères des Affaires Etrangères respectifs se transformeraient en consignes données à ce minuscule poste frontière ! Fort heureusement, les dites cartes sont riches en noms et numéros de tous genres dont quelques-uns semblent convenir et satisfaire le gabelou, alors que derrière l’émeute s’organise à mesure que la file d’attente s’allonge…

Et puis, une fois l’obstacle passé, il y a ces dix minutes sur ces dix kilomètres de route pavée avant Edirne où tout bascule, dix minutes d’un tressautement obligatoire pour se débarrasser des scories occidentales avant de pénétrer en Orient alors que nous croisons ou doublons des carrioles tirées par un cheval famélique et d’improbables engins que l’on sait motorisés puisque, hormis les sièges et le moteur il n’y a plus ni capot, ni carrosserie, dix minutes en pointillé pour bien marquer un changement complet de civilisation auquel autrement rien ne préparerait alors que déjà la ville est là et qu’un irrésistible flot de véhicules hurlants et klaxonnants aspire tout sur son passage, prend et laisse qui veut ou qui peut, éjectant çà et là de son courant les égarés avant qu’ils n’aient compris qu’un autre monde est là et qu’il faut penser autrement. Indescriptible, et aucun voyage, aussi loin et long qu’il puisse être, ne peut délivrer autant de contraste en aussi peu de temps que le passage de la frontière gréco-turc de Kastanies!

Edirne peut ressembler à un petit village tranquille, au bout d’un des nombreux ponts pavés… ne vous y fiez pas !
Le lendemain matin, à Edirne, le coq a chanté à 6 heures moins 10 et le muezzin à 6 heures. Avec un peu de retard, nous répondons à l’appel de la visite des deux magnifiques mosquées, espaces immenses couverts de tapis de prière, sans chaises ni mobilier, une coupole centrale impressionnante de 31m de diamètre reposant sur 8 piliers sans besoin de contrefort (mieux que Ste Sophie)… pour un effet finalement lumineux et enthousiasmant!

Au milieu de tout ça, nous avons dégusté un fameux kébab !

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

rdutAuteur : Postée le 20 October 2010 par rdut
Vu 110 fois
Entre Grèce et TurquieUn récit/album du carnet de voyage :
Entre Grèce et Turquie
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
74 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations