L'AVENEMENT DU CYCLOPOUSSE

CAMBODGE "SUR LES TRACES DU CYCLOBARANG"Un récit/album du carnet de voyage :
CAMBODGE "SUR LES TRACES DU CYCLOBARANG"
PHNOM PENH- HO CHI MINH VILLERécit/album précédent :
PHNOM PENH- HO CHI MINH VILLE
PERCHE SUR MON CYCLOPOUSSERécit/album suivant :
PERCHE SUR MON CYCLOPOUSSE
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

La bicyclette moderne apparut entre 1839 et 1888, sa popularité imposa d'importantes améliorations au réseau routier dans de nombreuses parties du monde tout au long du XIXème siècle.
Dans de nombreux pays, elle est beaucoup plus utilisée que l'automobile. Son développement influença les autres moyens de transport, par exemple, le premier avion fut construit à partir de composants de bicyclette; ces différents éléments assemblés par de la colle à bicyclette.
C'est aussi grâce à cet esprit d'aventurier et à la passion de la bicyclette que le cyclo-pousse est né. L'avènement du cyclo-pousse remonte à 1939. On le vit apparaître cette année là à Phnom Penh pour la première fois.
Le créateur du véhicule Maurice Coupeau était un charentais sportif et tenace, il dût batailler ferme pour faire reconnaître son enfant par « l'état civil », en l'occurrence, les travaux publics.
Le Ministère des Colonies ne donna son agrément définitif pour l'utilisation de ce moyen de locomotion intrépide, qu'après avoir confié le nouvel engin à des vélocipédistes confirmés, Speicher et Le Grevès, héros du Tour de France.
Des essais eurent lieu à Paris, dans les larges allées du Bois de Boulogne. Finalement, les champions félicitèrent l'ingénieux charentais. Il baptisa le prototype au pineau, comme il se le devait. La capitale du Cambodge enfin donna droit de cité à l'irremplaçable cyclopousse.
Bientôt, Maurice Coupeau partit à la conquête de Saïgon. Il s'en fut en cyclo-pousse, piloté par deux coolies se relayant. Il mit dix sept heures et vingt trois minutes pour abattre les deux cent cinquante kilomètres qui séparent les deux capitales.
Son arrivée fut des plus spectaculaires, au beau milieu d'une course cycliste. Il fallut cependant plus de dix ans au cyclo pour éliminer son antique rival « le pousse-pousse» ; en 1952, on comptait 6500 cyclos-pousse à Saïgon. Depuis lors, l'efficacité du cyclo ne s'est jamais démentie.
A Phnom Penh, il est un instrument indispensable de la vie quotidienne et sert positivement à tout: transport de poulets, de cochons, de sacs de riz, de charbon, de caisses, de jarres d'eau, de motos, d'enfants, etc...La résistance du cyclo et celle de son pilote semblent sans limite.
A Saïgon, il en a été vu un qui transportait une carrosserie de voiture...Le cyclo est également le moyen le plus sympathique de découvrir la capitale cambodgienne, en particulier le soir, quand la circulation de la journée n'est plus qu'un souvenir et que l'on glisse sans bruit sur l'asphalte des quelques rues en état; c'est même encore meilleur après une grosse pluie, quand toute la poussière a été collée au sol.
Quel que soit la charge ou le nombre de passagers, le cyclo reste sans aucune contestation, le moyen de transport le moins onéreux et le plus écologique pour circuler à Phnom Penh.
L'esprit de l'aventure m'envahit de jour en jour, je suis habité par cette envie perpétuelle d'aller plus loin, de me découvrir, de vivre la vie à 100%, je suis en fusion, transcendé, je veux agir c'est mieux que rêver et comme disait mon Maître de Karaté:
« Mille mots ne valent pas l'action»
Pour ces raisons, je me suis lancé corps et âme avec la petite reine dans un premier temps et ensuite avec son frère hybride « le cyelo-pousse » sur ce chemin de croix.
Là, n'est pas ma seule motivation, je veux par ces défis, apporter mon aide et mon soutien au Centre des cyelos, et par mes efforts tirer un coup de chapeau à ces pauvres, humbles et glorieux cyclos.
Aller sur les traces de Maurice Coupeau, relier les Terrasses Royales d'Angkor Thom au Palais Royal de Phnom Penh ou prendre plaisir à me balader dans la ville, ne représentent que quelques moments de ma vie mais non une vie de conducteur de cyclo. .

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

  • L'Avénement du Cyclo pousse
  • Plus qu'un engin
  • Halte pour problème mécanique
  • Un métier à la force du jarret
  • Cyclos en attente
  • Transport collectif d'enfants
  • Transport familial à l'origine du cyclo
CyclobarangAuteur : Postée le 15 June 2007 par Cyclobarang
Vu 103 fois
CAMBODGE "SUR LES TRACES DU CYCLOBARANG"Un récit/album du carnet de voyage :
CAMBODGE "SUR LES TRACES DU CYCLOBARANG"
PHNOM PENH- HO CHI MINH VILLERécit/album précédent :
PHNOM PENH- HO CHI MINH VILLE
PERCHE SUR MON CYCLOPOUSSERécit/album suivant :
PERCHE SUR MON CYCLOPOUSSE
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
83 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations