Arrivée aux Canaries

Un récit/album du carnet de voyage :
Amandine la petite vagabonde des mers
Récit/album précédent :
Amandine la petite vagabonde des mers
Récit/album suivant :
Découverte du Cap-Vert
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

14 octobre 2000, 5 heure du matin
Des amis nous déposent à l'aéroport Paris Charles de Gaulle. Nous, c'est Amandine, ma petite moussaillonne de 4 ans ½ et moi, Pascale. Amandine est encore tout endormie dans les bras de ma soeur. Il faut dire que la veille, elle était bien trop excitée par les derniers préparatifs du voyage pour pouvoir s'endormir tôt. A minuit, elle courrait encore au milieu des derniers cartons qui encombraient l'appartement et apprenait le français à l'étudiante indonésienne qui allait occuper notre appartement pendant notre absence.
Nous partons, toutes les deux, pour six mois de voyage en mer. La bateau sur lequel nous devons embarquer, l'Arlekino, un Super Maramu 2000, est déjà aux Canaries. Nous prenons l'avion pour le rejoindre. Nous avons rencontré ses propriétaires grâce à la bourse aux équipiers de Sail the World.
Le programme de navigation qu'ils nous ont proposé est alléchant : Canaries - Cap vert- Sénégal - Brésil - Antilles. Je serai équipière à bord. C'est à dire que je devrais participer à toutes les tâches du bord (manoeuvre, quart, cuisine, vaisselle.) et à la caisse de bord (nourriture, gasoil, éventuellement frais de port). J'ai déjà beaucoup navigué mais jamais aussi longtemps ni aussi loin.
14h
Nous arrivons enfin au port de Santa Cruz de Tenerife. Il fait très chaud et nous croulons sous les bagages. Heureusement, Jacques, notre futur cap'tain, surveille notre arrivée et nous aide à monter à bord avec tout notre barda. Sur l'Arlekino, nous faisons connaissance de Christophe, un autre équipier, embarqué une semaine auparavant et nous installons dans le triangle avant.
Le départ pour le Cap-Vert est prévu le 24 octobre. Cela nous laisse dix jours pour préparer le bateau, faire l'avitaillement, visiter Tenerife, profiter de la plage. Notamment, de celle de San Andre, qui contrairement à toutes les plages du nord de l'île, n'a pas de sable noir mais du sable doré.
20 octobre
Nous prenons le téléphérique pour monter au sommet du Teide, le volcan qui domine l'île (3.718 m). Il se dresse au milieu d'un cratère de 20 km de diamètre, à 2000 m d'altitude. Tout là haut, il n'y a que des pierres. Les paysages désertiques semblent avoir été sculptés par les différentes coulées de laves multicolores. On se croirait sur la lune !

Auteur : Postée le 07 février 2007 par twinnings
Vu 40 fois
Un récit/album du carnet de voyage :
Amandine la petite vagabonde des mers
Récit/album précédent :
Amandine la petite vagabonde des mers
Récit/album suivant :
Découverte du Cap-Vert
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
64 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations