Sidi Abdelli

AlgérieUn récit/album du carnet de voyage :
Algérie
Sidi Mohammed Ben AoudaRécit/album précédent :
Sidi Mohammed Ben Aouda
SarnoRécit/album suivant :
Sarno
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

29 septembre au 10 octobre 2003

Après 3 semaines de récupérations méritées en France, nous voilà de retour en Algérie dans la deuxième équipe, mise en place le 19 août.

Le barrage de Sidi Abdelli fut un des mieux à plusieurs points de vues :
- techniciens algériens commencés à être formés,
- logistique correcte,
- cuvette quasiment totalement accessible par 4x4,
- sécurité minimale,
- superficie moyenne (870 Ha).

Le barrage de Sidi Abdelli se trouve dans une région beaucoup moins aride que le précédent (SMBA), le terrain était beaucoup plus praticable pour les équipes de terrain. Les techniciens ayant été bien formé par l'équipe d'expatrié précédente, ils commençaient à être autonomes. Les accès à la cuvette étant facile en voiture et ne nécessitant pas d'escorte (ou très peu), notre travail fut plus axé sur l'encadrement, la partie purement technique, mais tout de même, nous contrôlions de près la logistique.

L'équipe en charge de la logistique pour cette équipe avait été renforcé et était de très loin beaucoup plus compétente que celle de SMBA !
Le logement était situé au milieu des logements des gens de l'administration des barrages. Nous étions dans une petite villa aménagée par une entreprise italienne passée plutôt…
Nous ne le savions pas encore, mais nous avions la chance d'avoir plusieurs chambres, des lits, de l'électricité, une douche (avec de l'eau chaude) et des toilettes propres (avec une chasse d'eau !).
Sur la première partie du barrage, nous avons été seul, nous déplaçant en toute liberté…

Sur la deuxième partie de la cuvette, légèrement éloignée, nous avions avec nous 2 gardes (seulement pour les français). Cela nous a permit une grande flexibilité au niveau du travail et évité des pertes de temps (colossales sur certains barrages !).

Les journées de travail étaient beaucoup moins dure, avec des réveils à 7h, début des mesures vers 8h, fin du levé vers 15h et retour au bureau à 16h… Cela laissait le temps aux techniciens de se reposer et d'aller boire le thé au village tout proche. Cela nous permettait de faire le travail de bureau de façon sereine et nous à permis d'aller boire le thé quelques fois aussi au village.

Nous avons évidemment eu quelques pannes de voiture, quelques problèmes technique, mais cette fois ci autant les équipes de terrain que l'équipe de logistique ont su minimiser la portée de ces problèmes.
Le levé du barrage a été réalisé en 3 semaines et nous avons eu de très bon rapport avec la sécurité du barrage et les gens de l'administration. Notre voisin nous à offert plusieurs fois le couscous, le pain algérien, le thé à la menthe, …

Les moments les plus drôles ont été sans hésiter les discutions sur l'Islam, Allah, le Coran, …
J'ai également eu la chance de pouvoir visiter Tlemcen juste avant de partir de ce barrage.

Les moments les plus difficiles
En fait, je ne sais pas si il y en a eu au regard de ce que l'on vécu ailleurs !!…

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

Jean MarieAuteur : Postée le 14 mars 2008 par Jean Marie
Vu 1033 fois
AlgérieUn récit/album du carnet de voyage :
Algérie
Sidi Mohammed Ben AoudaRécit/album précédent :
Sidi Mohammed Ben Aouda
SarnoRécit/album suivant :
Sarno
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
38 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations