Sarno

AlgérieUn récit/album du carnet de voyage :
Algérie
Sidi AbdelliRécit/album précédent :
Sidi Abdelli
ChorfaRécit/album suivant :
Chorfa
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

10 au 25 octobre puis 28 novembre au 7 décembre 2003

Dès le barrage de Sidi Abdelli fini, nous sommes venus sur le barrage de Sarno, sur lequel, nous avons été reçu avec une certaine… retenue.
Le relevé de ce barrage a été suspendu en son milieu par la coupure du ramadan.
Cette coupure a permis une mise au point avec les différents partenaires.
Le sous-traitant logistique a été "viré" et notre partenaire algérien a repris à ça charge cette partie.
Du matériel nouveau a été acheté, des zodiacs et des moteurs, des pick-up, des groupes électrogènes, …

Au point de vue terrain, le barrage de Sarno a été assez simple, avec une cuvette aux pentes douces, une petite superficie, des accès faciles et une sécurité "moyenne".
Les balises PHE (Plus Hautes Eau), implantées sur le contour de la cuvette, l'étaient cette fois ci par nos soins, ce qui permettait d'éviter une surveillance constante. En effet, sur les précédents barrage, les équipes de logistique économisait de l'argent là dessus en mettant mois de ferraille, moins de béton, voir pas du tout !! (balises remplies de pierres ou de sable !!).

Les conditions de vie à Sarno étaient loin de valoir celles de Sidi Abdelli !!! De plus, le froid commençait à se faire sentir. Le cumulus de 50l pour 10 personnes nous obligeait à étaler les douches sur la journée…
Malgré tout, la logistique reprise maintenant par notre partenaire algérien allait mieux.

Nous formions une équipe soudée où la confiance était ancrée.
Les journées de travail ressemblaient à celles du barrage précédent, mais les sorties au village n'étaient pas au rendez vous (en tout cas pour les français).
La turista que nous avions eu à SMBA avait laissé notre ventre dans un état pitoyable…
Les conditions de vie et peut être la nourriture nous a fait tomber malade quelques fois.
Au point ou un de nous a dû aller voir le médecin en ville (à l'hôpital) et que certaines journées se passaient au chaud au bureau !!!

Les pannes furent moins fréquentes avec le nouveau matériel et les problèmes techniques pouvaient être résolus en partie par les techniciens algériens qui commençait à maîtriser une bonne partie du travail.
Le levé du barrage a été réalisé en 3 semaines et les rapports avec le chef d'exploitation, froid au départ, se sont adoucies. Je met sont "désenchantement" sur le compte de la lenteur et la non réactivité de l'administration algérienne.
Les moments les plus drôles ont été : ??
Les moments les plus difficiles :
Les journées où, malade, nous vomissions et ne quittions pas les toilettes…

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

Jean MarieAuteur : Postée le 14 mars 2008 par Jean Marie
Vu 356 fois
AlgérieUn récit/album du carnet de voyage :
Algérie
Sidi AbdelliRécit/album précédent :
Sidi Abdelli
ChorfaRécit/album suivant :
Chorfa
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
59 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations