ALBANIE" SUR LES TRACES DE SKENDERBERG"

Carnet de voyage en Albanie

FIERZE

Au XVe siècle, alors que le reste des Balkans passait progressivement sous la domination des Turcs de l'Empire ottoman, l'invasion de l'Albanie fut retardée grâce à la résistance de Gjergj Kastrioti Skanderbeg (1405-1468): en 1443, cet officier de l'armée turque d'origine albanaise déserta, et assembla une armée rebelle à Kroya, dans le nord du pays. Pendant 25 ans, il réussit, avec son armée, à empêcher les Turcs d'avancer vers le nord. Après sa mort, le pays fut annexé par la Turquie.
Sous le règne ottoman, le pays commença à s'islamiser. Au cours du XIXe siècle cependant, le nationalisme albanais prit de plus en plus d'ampleur: le pays connut ce que l'on appela Rilindja, ou «éveil national». En 1878 fut formée la Ligue albanaise de Prizren, qui revendiquait l'autonomie du pays. En 1912, l'Albanie, alors dirigée par Ismail Qemali, accéda à l'indépendance. La délimitation des frontières fut remise à une commission nommée par la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, la Russie, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie. Le Kosovo (Kosova en albanais), où vivaient de nombreux Albanais, fut rattaché à la Serbie.
Etat de la péninsule balkanique, l'Albanie (28 748 km 2 ), est limitée au nord et à l'est par le Kosovo et la Macédoine, au sud par la Grèce, et donne à l'ouest sur la mer Adriatique.
L'échec des négociations de Rambouillet sur le Kosovo, en mars 1999, et le développement des exactions des forces militaires et des milices serbes dans cette région, provoquèrent un afflux de réfugiés (près de 400 000 personnes totalement démunies venant en quelques semaines s'ajouter aux quelque 50 000 que l'Albanie avait déjà accueillis depuis un an) mettant à l'épreuve les capacités d'accueil et d'adaptation de ce petit pays convalescent.
Privées de tout moyen devant la crise qui les frappait, et inquiètes du jeu que Belgrade semblait souhaiter les voir jouer dans ce conflit, les autorités albanaises ouvrirent largement leur territoire aux forces de l'OTAN et aux organisations humanitaires. A la fin de l'année, le Premier ministre Pandeli Majko, politiquement fragilisé, fut remplacé par le socialiste, Ilir Meta, qui s'entoura de douze des seize membres de l'ancien gouvernement.
C'est à cette période que je vais en Albanie pendant deux mois sur les traces de son héros national."Skenderberg"

Durée : 1 jours ( du 30/06/1999 au 30/06/1999)
Zone : Albanie (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
raidsextremes
Carnet de voyage créé par raidsextremes
Le 05 mai 2008

Vu 1199 fois
1

ARRIVEE A TIRANA

Après avoir quitté la Bretagne à bord d'un vol de Brit'Air, j'arrive à Paris Roissy Charles de Gaulle embarquement pour un vol d'austria airlines avec escale à Rome avant d'arriver à l'Aéroport de Tirana, il fait très chaud, lors du survol de l'aéroport je constate de nombreux avions militaires américains et albanais près des pistes

Arrivée Aéroport de TIRANA
Entre modernisme et agriculture
Entrée de Tirana
Convoi militaire de l'AFOR
Voir le récit avec photos et commentaires

VIE DE TIRANA

Me voilà en Albanie, je suis parti dans les rues de Tirana la capitale pour découvrir comment les albanais vivent entre agriculture et industrie je découvre un pays qui passe du communisme à l'économie de marché. Les réfugiés kosovars sont nombreux dans les rues et les enfants des rues esayent tant bien que mal de survivre en faisant des petits boulots: vendeurs à la sauvette, cireurs de chaussures, nettoyeurs de vitres etc...
Je découvre une ville assez austère, triste parfois et mélancolique.
C'est La jeunesse Albanaise qui retient le plus mon attention.
Jadis fortement francophone, l’Albanie s’ouvre progressivement aux langues voisines. Le dictateur Hoxha avait toléré l’enseignement du français à l’école très certainement en signe de nostalgie de ses années de jeunesse passées à Montpellier et à Paris et de son attrait jamais dissimulé pour la littérature française. Outre l’italien et le grec, l’allemand occupe une place de plus en plus importante dans les programmes d’enseignement secondaire. Ainsi, la jeunesse albanaise se tourne de plus en plus vers l’Europe. À Tirana, désormais capitale économique et démographique du pays avec plus de 700 000 habitants, les jeunes parlent fréquemment entre trois et cinq langues étrangères - phénomène allant de pair avec la volonté constante de poursuivre des études a l’étranger.

Rue de Tirana
Entre campagne et ville
Soldats de l'AFOR près de l'Université de Tirana
Près du canal de Tirana centre
Voir le récit avec photos et commentaires

CÔTE CAMPAGNE ALBANAISE

Durres est une ancienne cité grecque et romaine située sur la côte de la mer Adriatique et a environ 30 km de Tirana. A visiter absolument son merveilleux Amphithéâtre qui fut édifié au milieu de la ville au 1er siècle et transformé en une église byzantine durant le X° siècle. Il est merveilleusement conservé et garde toute sa beauté.
Deuxième ville d’Albanie avec environ 120 000 habitants et principal port du pays, Dürres est l'un des grands pôles commerciaux et de communication d’Albanie. Compte tenu de sa situation géographique, Durrës a des relations maritimes quotidiennes par ferry avec l’Italie, et les activités portuaires concernent la réparation navale.
L’industrie porte sur les produits manufacturés dans le domaine du cuir, des matières plastiques et du caoutchouc, des produits chimiques et électroniques. La région produit du vin, du maïs, de la betterave à sucre et du tabac.
La ville est en train de changer d'architecture avec la construction massive de logements dépassant 10 étages.

Entre Tiranna et Durres
Vie à  la campagne
Réserve de foin
Enfant devant un étal a Durres
Voir le récit avec photos et commentaires

ESCORTE D'UN CONVOI HUMANITAIRE DE TIRANA A FIERZE

J'ai été choisi pour effectuer avec des membres de l'armée albanaise l'escorte d'un convoi humanitaire composé de deux semi-remorques plein de ravitaillement, de vêtements, de médicaments et de produits d'hygiène courante, cette association vient de FRAIZE en France et doit se rendre à FIERZE. Le voyage entre Tirana et Fierze est long, la route dangereuse et nous allons rentré dans une zone d'insécurité entouré de montagnes.
Les zones d'accueil des réfugiés connaissent des problèmes d'insécurité. Ainsi, le 14 juin, un nouveau véhicule de Médecins sans frontières a été détourné par des hommes armés et masqués à Bajram Curri. Cependant, une délégation du gouvernement albanais composée de 30 membres et conduite par le directeur du ministère du gouvernement local est arrivée le même jour pour s'occuper de la situation des réfugiés et coordonner la distribution des secours. Il semblerait que cette délégation était accompagnée d'une unité de l'armée.

Centrale hydroélectrique "La lumière du Parti" de Fierze
CONVOI HUMANITAIRE A SKODER
HALTE DU CONVOI A KUKES
L'ESCORTE FRANCO-ALBANAISE EN ARMES
Voir le récit avec photos et commentaires

TOURISME EN ALBANIE

Tourisme en Albanie
La côte albanaise, avec une étendue de 427 km, est justement considérée comme un potentiel touristique très enviable. Le tourisme représente l’une des orientations importantes pour l’absorption des investissements étrangers, étant à la fois un secteur potentiellement de première importance pour le développement du pays.
En particulier les deux dernières années, on constate une augmentation du volume des investissements dans ce secteur. Selon les sources officielles les revenus du tourisme en 2002 se sont élevés à 487 million US$. Cependant l’absence d’une infrastructure convenable propre à ce secteur a considérablement freiné son développement à des rythmes accélérés.
La côte ionienne allant de Vlora jusqu’à la frontière avec la Grèce, encore inexploitée, est renommée pour sa beauté époustouflante. Son état vierge, auquel s’ajoute la zone archéologique aux alentours du site de Butrint, offrent des possibilités énormes pour le développement du tourisme culturel. La proximité avec l’île de Corfou de 3 km seulement est également un facteur important à l’identification des avantages que toute cette zone offre aux investisseurs étrangers.
D’autres régions du pays possèdent des potentiels touristiques et peuvent s’ouvrir aux investissements étrangers notamment le lac d’Ohrid, les Alpes de l’Albanie, les villes musées de Berat, de Gjirokastra etc.
La Riviera albanaise La Riviera albanaise est l’une des plus belles zones touristique de l’Albanie. Sur ces terrains entièrement à l’état vierge, chacun peut trouver une atmosphère attrayante due à la chaleur des eaux de la mer et les crépuscules enflamés et romantiques du soleil.
Dans la région de Durres, situé en Albanie, un projet touristique a été élaboré. Son démarrage à eu lieu le 1er juillet 2001. Le marché touristique de la région était jusqu’à présent concentré en un groupe d’hôtels privatisés. Durant la guerre du Kosovo, Durres a accueilli quelque cent mille réfugiés. Après la crise, ces derniers sont retournés dans la région pendant l’été, en tant que touristes. Pour faire face à cette nouvelle clientèle, une amélioration des conditions de vie générales s’imposait. Les résidents de la plage de Durres et des villages alentours se sont alors impliqués dans le développement de l’hébergement chez l’habitant qui s’est retrouvé en concurrence avec les hôtels privés. De plus le gouvernement albanais ne prévoyait aucun plan de construction d’infrastructures tels que de grands hôtels, ce qui a laissé le champ libre aux villas et appartements privés. Cette activité est encore mal orientée et trahit un manque de qualifications et d’expérience de la part des résidents en particulier les femmes et les jeunes. Cette lacune les empêche de s’adapter à un marché du travail actuellement très changeant. L’organisation non gouvernementale "Care International" s’est associée avec une ONG locale, "Women, Time and Economy" pour attribuer une aide à celles et ceux qui en avaient besoin, particulièrement les femmes au chômage, celles qui tiennent un foyer et les jeunes. Elle consiste à proposer une formation afin qu’ils puissent gérer correctement l’accueil de touristes. Le gouvernement n’a pas encore mis au point de projet pour développer cette activité, mais s’est engagée à soutenir toute initiative des ONG. La réaction est également positive du côté des bénéficiaires de l’aide. Elle s’est manifestée par le soin tout particulier qu’ils ont apporté à l’hygiène, la propreté des lieux où vont séjourner les touristes. Cependant, il manque encore des compétences en matière de gestion, de communication avec les clients qui les empêchent de devenir des acteurs réellement important du tourisme.

Petite mosquée à l'entrée de Durres
Bord de la plage de Durres
Plages et Residences d'été  gardées  à Durres
Maison fleurie près de Durres
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage en Albanie proposés par les Visoterriens.

1
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra