7 couillus dans le Queyras

Carnet de voyage dans le Queyras

Fin de l\'aventure

La formation SAMM (Sport Animation en Moyenne Montagne) venait à peine de commencer que tous ceux de la promo cherchait déjà à remplir sa liste de randos pour l'inscription à l'examen probatoire de l'AMM (BE d'Accompagnateur en Moyenne Montagne).
Et c'est là que j'ai eu une idée de génie (il y a des génies qui feraient mieux de ne pas avoir d'idées, des fois...), faire le Tour du Queyras pour remplir la case "Raid de quatre jours". Il y a même des inconscients qui m'ont suivi ! Et comme notre seule possibilité avant (qu'il y ait trop de) neige c'était la Toussaint, éh ben on a voulu le faire en six jours. Au lieu de neuf.

Durée : 1 jours ( du 24/10/2003 au 24/10/2003)
Zone : Queyras (+ de carnets de voyage) (Carnet sélectionné)[?]
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
Pierrot
Carnet de voyage créé par Pierrot
Le 23 novembre 2007

Vu 498 fois
1

Abries - Ristolas

Et voilà comment on s'est retrouvé dans l'appart des parents d'Amandine, à Abries, dans le Queyras, Hautes Alpes. On était donc sept à préparer nos sacs, hier soir : Tony, Jérôme, Seb & Amandine, Foué, Vins et votre serviteur.
Et ce matin, nous voilà partis pour 6 jours d'autonomie totale et sans assistance radio (si on exclu 2 ravitaillements et 7 téléphones portables). Vu que la neige nous a devancé, on a quand même prévu les raquettes.
Départ tranquille, peu de neige, pente douce, tout pour bien commencer... puis c'est le drame : la boucle de la ceinture du sac de Jérôme nous lâche ! Ce triathlète pur jus nous affirme que c'est sans gravité, mais le soir (après réparation) il nous avouera qu'il a des courbatures aux épaules ! Ca aura au moins permis à Tony de découvrir l'intérêt réel de la ceinture de sac à dos...
A midi nous mangeons au pied de la colette de Gilly, que nous passerons raquettes aux pieds. Descente sur Ristolas en courant, perte du GR que nous retrouverons au bord de la route. Arrivés au village, surprise ! Les parents d'Amandine sont venus nous inviter à l'appart (30mn par la route...), un gîte d'économisé !
En gros, 7h30 de marche pour 900m de dénivelée.

Tour de table
Le grand départ
Arrêt raquettes
La vue du col
Voir le récit avec photos et commentaires

Ristolas - Refuge Agnel

Ce matin, les parents d'Amandine nous ont posé à la Monta, on gagne un peu de temps sur une journée où il n'y aura presque que de la montée. L'optimisme règne : beau temps, le sac de Jérôme est réparé, on sait où on dort et le paysage est très chouette.
Après une première bonne montée et une vue sur le Mont Viso, on arrive au bord du lac Egorgéou, gelé, enneigé et magnifique. Le repas est vite englouti à cause du froid, mais on a de la mélèzette pour se réchauffer (40°!).
Après quelques grimpettes en raquettes, on accède enfin au deuxième lac, le lac Foréant, qui, lui est dégelé. Juste au dessus du Col Vieux, il y a le Pain de Sucre, mais vu la neige on va peut-être pas le tenter... Du col, on voit le col de Chamoussière, qu'on doit passer au petit déjeuner demain : glp ! ça à l'air très raide !
Heureusement, ce soir on dort au chaud (c'est relatif...) au Refuge Agnel.
On a quand même fait 1250m de dénivelée en moins de 8h !

Au milieu des mélèzes
Passage délicat
Lac Foréant et Pain de Sucre
Au refuge Agnel
Voir le récit avec photos et commentaires

Refuge Agnel - Saint Véran -Ceillac

Ce matin, Amandine nous quitte, elle préfère retrouver la civilisation, et elle, elle n'a pas besoin de 4 jours de raid pour passer un diplôme !
De notre côté, on est assez impressionnés par le col de Chamoussière : bien qu'il ne présente qu'une "faible" dénivelée (300m), il est plutôt très raide. Jérôme commence dans la neige profonde, et, là où un être humain normalement constitué aurait galèrer, il fonce sans nous attendre. Seul Foué arrive à le suivre et le relayer de temps en temps. Arrivés au col au bout d'une heure ou deux dans la profonde, on ne voit pas St Véran, car il y a une très longue descente.
C'est vers midi que nous arriveront au village le plus haut d'Europe, où Amandine et son père nous attendent avec le ravitaillement. On profite de la pause pour chercher le col des Estronques, caché dans les nuages... putain c'est haut ! 900m d'hésitations et de doutes ! La décision est prise : topo tous les 100m de dénivelée, et demi-tour à 17h si on est pas au col ! Finalement on l'atteindra à 16h (merci aux traceurs : Jérôme, Foué et Vins !), par des pentes avalancheuses et dans la tourmente... parce que la neige s'est mise à tomber en abondance, en plus !
La descente est très longue, avec en prime une attaque de patous, vous savez ces gros chiens de défense de troupeaux qui ressemblent à des nounours tout blancs avec des gueules pleines de grandes dents ! La neige ne semble pas vouloir s'arrêter, le soir tombe et on arrive au gîte à la nuit. Que du bonheur, quoi !
11h de marche ! tout ça pour faire 1400m de dénivelée (et 2300m en descente). Mais bon, il y avait deux étapes en une seule...

Le col de Chamoussière
Pause au col
Arrivée à Saint Véran
Pause sous la neige
Voir le récit avec photos et commentaires

Ceillac - Pont de Bramousse _ Fin du périple

Après quelques délibérations hier soir au coin du feu, on a fini par se décider : on s'arrêtera tous demain au Pont de Bramousse, au bord du Guil. En effet, l'étape du jour s'annonçait très dure (plus de 1500m de dénivelée positive...) avec beaucoup de neige sur une grande partie du parcours, et on n'est même pas sûrs qu'il y ait un poële au chalet de Furfande... dur !
C'est donc un peu blasés mais un peu soulagés qu'on a quitté Ceillac. Direct à la sortie du village la montée est brutale, et on brasse dans la neige tombée cette nuit. Nous sommes vite rattrapés par le brouillard, ce qui fait que l'on ne profite pas vraiment du paysage au col de Bramousse. Descente en courant hors sentiers jusqu'aux chalets de Bramousse. L'abri est fermé, du coup on squatte une table de jardin pour manger avec les doigts gelés.
Suite et fin de la descente à travers champs et en courant raquettes au pieds, pour le plus grand bonheur de toute la troupe, Seb en tête. Au pont, on retrouve Amandine et son père, venus nous chercher. L'aventure prenait fin sur un parking au bord du Guil...
Mais on reviendra se venger ! Tour du Queyras, on t'aura, même si il faut le faire sous la tente ou en igloo !

Au col de Bramousse
Arrivée aux chalets de Bramousse
Fin de l'aventure
Voir le récit avec photos et commentaires

Découvrez aussi tous les autres carnets de voyage dans le Queyras proposés par les Visoterriens.

1
Carte du voyage
Chercher dans Visoterra