Mérignac - Le Barp , 25 kms

Récit/album précédent :
De Blanquefort à Mérignac
Récit/album suivant :
Le Barp - Mons, 20 kms
Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Leblogdenini.jimdo.com/Yoann nous reconduit sur le chemin, au sud de Bordeaux. Lorsqu’on le quitte, il n’est pas toujours aisé de le retrouver ce fichu chemin. Après quelques kms à tourner, faire demi tour, retourner (pas grave, nous sommes en voiture !), nous le retrouvons avec deux pèlerins dessus. Il s’agit de notre canadienne et d’un petit nouveau, Pierre. Nous disons au revoir à Yoann et nous repartons. J’ai toujours un petit serrement au cœur que je ne saurais pas expliqué. Je ne crois pas qu’il soit intéressant de faire des haltes, c’est très dur de repartir. Jusqu’ici, nous avons enchaîné les étapes toujours avec le même plaisir. Mauvais temps, chemins galères, douleurs souvent pénibles, rien n’a entamé notre volonté. Pas un seul instant, nous avons évoqué la possibilité d’arrêter ou même de faire une pause.
Aujourd’hui ne va pas être une étape ordinaire. Nous sommes déjà quatre sur le chemin et nous sommes rejoints par un couple. Ils voyagent léger car ce sont des locaux qui ont décidé de faire l’étape qui passe près de chez eux. Plus loin, nous doublons trois pèlerins qui font la sieste. Ce soir, nous serons sept au Barp, peut être un record ?
Pour moi, c’est une belle étape avec de petites routes tranquilles et un soleil masqué. C’est le début de la forêt des Landes. Après les chemins galères que nous avons du emprunter, nous ne trouvons pas cette région déprimante comme certains nous l’avaient annoncé. Pour l’instant, nous trouvons le coin plutôt sympa.
En arrivant au gîte, nous sommes un peu perturbés par la petitesse des lieux, on ne ferait pas entrer une souris de plus ! Nous avons du mal à entrer tous les quatre avec nos sacs. Nous sommes avec Pierre et la canadienne dont je n’arrive toujours pas à mémoriser le prénom.
Les trois autres personnes qui arrivent un peu plus tard, seront logées dans la salle de sport sur des matelas au sol. Ils seront moins confortablement installés mais ils auront plus d’oxygène que nous. Je crains l’instant où il faudra fermer la porte. Plus tard, Pierre décide de rejoindre les autres au gymnase, bonne idée ! Mony
Ce jour, nous étions six sur le chemin, c’est amusant. Nous parlons un peu avec quelqu’un puis avec un autre, selon les arrêts de chacun.
A l’arrivée, nous attendons un peu le responsable de la mairie. Il arrive une première fois… Sans les clés ! Notre canadienne grogne. Notre gîte ressemble à une maison de poupée, ce sera dur d’y dormir à quatre ! Mais c’est gratuit…
Notre co pèlerine s’est levée trois fois cette nuit, sans doute la prostate ! De plus, elle a ronfloté. JC

monyAuteur : Postée le 26 juin 2009 par mony
Vu 80 fois
Récit/album précédent :
De Blanquefort à Mérignac
Récit/album suivant :
Le Barp - Mons, 20 kms
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
59 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations