De Pons à Neuil le Virouil - 25 kms

Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Leblogdenini.jimdo.com/Nous nous levons vers 7 h mais Charles ne semble guère motivé et, de plus, il a mal aux pieds et il boite. Nous partons ensemble mais il nous distance assez vite. Nous n’avons pas prévu de couper de la même façon les étapes à venir. Nous devrions nous retrouver vers Blaye.
Nous arrivons vers 11h à Saint Genis de Saintonge, nous achetons le nécessaire pour ce midi ainsi que pour ce soir. Comme nous aurons une cuisine, nous en profitons pour faire provision de nouilles (et oui, c’est la nourriture de base du pèlerin !).
Pour l’instant, nous pique niquons sur des tables installées tout près de l’école maternelle. A midi, cela nous fait du spectacle. Nous pouvons, aujourd’hui encore, nous offrir un café avant de repartir dans la pampa. Le chemin est très sympa entre vignes et champs de pommiers. Sous le soleil, toute la France est belle !
Nous arrivons à 15h chez « Nanou », le gîte d’étape prévu (avec cuisine !). En fait, il ne s’agit que d’une simple chambre, pas de cuisine à l'horizon, déception des troupes ! Après la douche et la lessive, nous nous installons sur le muret devant la maison. Nous regardons les proprios travailler tout en surveillant les lézards. (Il y en a un qui voulait rentrer dans ma chaussette qui séchait !)
Pour le dîner, donc, pas de grande cuisine. Les nouilles crues n’étant pas à notre goût, nous nous contenterons de notre boite de maquereaux, tomates et oranges. JC a l’impression d’être puni ! M’enfin ! De plus, ces 250g de nouilles vont être transportées très longtemps car il n’est pas prévu qu’on ait une cuisine de sitôt !
Par contre, étant arrivés très tôt à destination, nous nous sommes bien reposés.Mony
Après avoir pris notre café ce midi, je dois me renseigner sur la direction à prendre car le fléchage est plus que insuffisant. Je m’adresse à deux dames en train de papoter sur le trottoir.
Elles me renseignent gentiment. Je les remercie et entre dans la boulangerie pour acheter le pain du soir (Il sera vraiment apprécié car, comme Nini l’a expliqué plus haut, ce soir, ce sera plutôt maigre !)
En ressortant du magasin, je vois Nini en grande discussion avec l’une des dames. En fait, elle s’était dépêché de quitter sa copine, avait couru après Nini pour en savoir plus. Nous avons donc subi, avec gentillesse, un vrai interrogatoire ! D’où étions nous partis, à quelle date, jusqu’où allions-nous, où dormions nous ce soir, etc.

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

  • Nous entrons en Charente
monyAuteur : Postée le 24 juin 2009 par mony
Vu 79 fois
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
58 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations