De Onesse à Castets, 26 kms

Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Leblogdenini.jimdo.com/Nous prenons des photos avant de quitter nos hôtes. Dès le départ, cela grimpe. Qui a dit que les Landes c’était plat ? Nous cheminons sur une petite route vallonnée et ombragée forte agréable.
Nous faisons halte à midi à Lespéron. C’est ici que nous allons quitter ceux qui se dirigent vers le Camino Frances en passant pas Saint Jean Pied de port. Nous, nous obliquons vers Bayonne. Nous déjeunons sous une gloriette, dans un jardin public, il fait très chaud. Nous sommes rejoins par un groupe de trois hommes, ceux que nous apercevions depuis hier. Ce sont des bretons. Deux sont très en colère après le troisième. Aujourd’hui encore, il y avait deux possibilités. Nous avions pris l’option route. Elle s’est révélée forte agréable comme je l’ai dit plus haut. Alors ces messieurs se sont un peu agacés en apprenant cela, eux qui avaient choisi les chemins sur le conseil (mal éclairé !) du troisième. Ils ont nagé dans la gadoue et, en prime, se sont un peu perdus et ont fait ainsi quelques kms bonus dont ils se seraient bien passé !
Nous prenons un café et en route pour l’aventure ! De nouveau, nous nous retrouvons sur un chemin très peu fréquenté et le balisage n’est pas toujours évident. On nous lâche un peu et c’est de la vraie navigation. Nous sommes très fiers de ne pas nous être perdus au milieu de la forêt.
Je fais les 26 kms sans soucis, je suis en forme. A Castets, la dame qui tient notre chambre d'hôte est professeur de dessin et nous promet une signature personnalisée sur notre crédenciale. Mony
Après quelques hésitations au départ, nous retrouvons le chemin. Il fait très beau, le coucou chante, un oiseau nous dit « Plus vite, plus vite », un autre nous recommande « T’as le temps, t’as le temps » ! Il y a contradiction. Nous, on avance, on avance et on n’a pas besoin d’essence…
A Lespéron, bien sûr, la boulangerie est fermée le mardi, nous trouvons tout de même de quoi nous ravitailler.
Nous nous installons dans un kiosque pour déjeuner. Comme la place est bonne, je hèle les trois pèlerins qui arrivent. Ils forment une drôle d’équipe mais le récit de leur mésaventure du matin nous rassure. Chacun navigue comme il le peut, nous ne faisons pas toujours les bons choix.
Dans la pinède nous avons la chance de voir un chevreuil puis un faon et une biche.
Nous faisons la découverte des « arbres de mai ». C’est un arbre sans racine que des amis plantent chez un particulier pour l’honorer ou fêter un évènement particulier. Il est ensuite décoré façon sapin de Noël. Bien entendu, la personne qui reçoit un tel arbre est quitte pour payer l’apéro…La plantation de cet arbre se fait la nuit, en secret, ce qui ajoute du piment à cette tradition landaise.JC

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

monyAuteur : Postée le 01 juillet 2009 par mony
Vu 66 fois
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
58 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations