De Neuil le Virouil à St Aubin de Blaye - 22 kms

Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail

Leblogdenini.jimdo.com/Nous retrouvons, en sous bois, quelques chemins bien boueux. Ensuite, ce sera la traversée de vignes.
Arrêt à Mirambeau pour quelques courses. Aujourd’hui, il fait très chaud. Le pèlerin, comme l’agriculteur ( !) n’est jamais content. A travers les vignes, pas de possibilité de trouver de l’ombre. En plein cagnard, nous peinons sur ces jolis petits chemins blancs.
Nous déjeunons à l’ombre d’une haie. Vers 13h, nous passons devant un bar restaurant, situé au milieu de nulle part entre le village de Pleine Sève et celui de saint palais. A cette heure de la journée, un café aurait été le bienvenu. Ce n’était pas la foule des grands jours, seules deux tables étaient occupées. Pourtant ce charmant monsieur a refusé de nous servir un café. Celui-ci étant réservé « aux clients ». Je n’ai pas très bien compris ce qu’il fallait faire pour entrer dans la catégorie client. Il a même ajouté qu’il ne servait que les pèlerins qui arrivaient en car… cela ressemblait tout à fait à un délit de faciès. Nous aurions pu nous mettre en colère, faire un scandale, nous avons préféré le laisser à sa bêtise. Par ailleurs, bien que n’ayant pas eu mon café, cet incident m’a boosté, la colère m’ayant redonné de l’énergie !
Nous faisons une halte plus tard près de l’église de Saint Palais. Nous remplissons nos bouteilles à une fontaine. Comme nous ne trouverons pas toujours de l’eau déclarée potable, nous avons de petites pastilles qui rendent buvable toute eau d’origine un peu douteuse. De fait, sur l’ensemble de notre périple, aucun des deux n’eut à souffrir de cette fameuse tourista.
Nous sommes entrés en gironde et l’itinéraire est peu, voire pas balisé. On s’égare complètement, on croit se retrouver. Heureusement la technique est là. Le GPS fourni par Gaël nous remet sur le bon chemin et nous évite quelques 6 kms supplémentaires ! Merci à lui. Nous arrivons vers 16h à l’hôtel.
Je vous donne un exemple pour que vous réalisiez bien l’état de la pèlerine en fin d’étape ! Notre hôtel est juste en face d’une boulangerie. En arrivant, nous lisons la pancarte : pizzas à 19h. Super, ce soir nous mangerons chaud. Dès que je vois le lit, je me couche. Je ne sais pas encore si j’aurais le courage de me laver ! (Je vous rassure, oui, je l’ai eu ce courage !)
J’ouvre un œil vers 19h. Impossible alors de me lever. Descendre un étage, traverser la rue, remonter un étage ce n’est même pas envisageable ! Je me retourne et me rendors.
JC se charge de l’intendance encore une fois. Je lui laisse le soin de raconter sa séquence émotion du jour. Mony
Mes chaussures commencent à être un peu trop parfumées. Je les laisse dans le couloir de l’hôtel. Au moment d’aller faire les courses, panique, elles ne sont plus là ! Pour un pèlerin, les chaussures c’est sacré. À force de recherche, il s’avère que c’est la patronne de l’hôtel qui les a capturées pour les mettre à sécher dans la chaufferie, ouf ! Je les retrouverai à la porte de la chambre demain matin.JC

Photos du récit/album

Lancer le diaporama

  • Au milieu des vignes
  • Séchoir ambulant
monyAuteur : Postée le 24 juin 2009 par mony
Vu 57 fois
Commentaires
Votre commentaire pour ce récit/album(*) [?]

Enregistrer

(*) Ces champs doivent obligatoirement être renseignés.

Chercher dans Visoterra
56 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Fermer [x]Recommandations