Page de rdut

rdut

Je suis : un homme

Visoterrien depuis le : 05 December 2008

Ville : Six-Fours les Plages

Statut : Visoterrien modérateur

rdut a posté un total de 13 voyages, 361 récits/albums, 2164 photos, 0 avis, 69 commentaires et 596 messages dans le forum.

Récits de rdut en Turquie

13 De Erdek à Feres le 04-10-2010

Posté le 21 October 2010 dans Entre Grèce et Turquie - Canakkale - 5 photos

Après Bursa, ni une ni deux, voilà Troie ! Et debout sur les remparts ceignant la ville, dominant la plaine fermée sur la mer avec au-delà la Grèce et l’île de Samothrace, comment ne pas imaginer les achéens en ordre de bataille, les campements, les navires échoués sur la grève et les dix années de batailles relatées dans LE document fondateur de la culture Occidentale : l’Iliade !

En tout cas, à peine rentré, mise en téléchargement hadopiquement correct du film !

Cheval de Troie
La plaine, devant Troie
Les murs de Troie
Cheval de Troie
Troie I
Pas de commentaire

12 De Bursa à Erdek le 03-10-2010

Posté le 20 October 2010 dans Entre Grèce et Turquie - Bursa - 6 photos

« Il suffit de passer le pont et c’est tout de suite l’aventure… » et l’Asie Mineure… ! Même si Istanbul n’en finit pas de s’étaler après le Bosphore sous un ciel désespérément gris qui laisse à peine entrevoir la Corne d’Or et les minarets de Ste Sophie et de la Mosquée Bleue.

L’hospitalité turque, qui n’est pas un vain mot, nous a offert une nuit dans un jardin près de Bursa, précédente capitale de la Turquie. Nos hôtes nous ont très gentiment fourni en raisin de leur treille, quoiqu’un peu en cours de fermentation, et nous en vin blanc, déjà fermenté. Au matin, à voir la bouteille vide, il semble qu’ils aient pris quelques libertés avec le Coran, quoi qu’en ait dit l’Archange au Prophète.
Bursa, où les mosaïques d’Iznik, qui ont fait la réputation de la Mosquée Bleue, se retrouvent sur tous les principaux monuments de la ville, dont la mosquée et le mausolée (Mehmet I).
Et les pickles de tomate verte, tête d’ail entière, prune verte, cornichon, concombre farci au chou et piment en tous genres !
Un délice !

Le Bosphore
Mosaïque
Les mosaïques d’Iznik
Les mosaïques d’Iznik: La mosquée verte
Bursa: le mausolée (Mehmet I).
Bursa: le travail du bois
Pas de commentaire

11 De Istanbul à Bursa le 02-10-2010

Posté le 20 October 2010 dans Entre Grèce et Turquie - Istanbul - 7 photos

L’arrivée sur Istanbul, en arrivant d’Edirne, est saisissante ! Une ville immense, 100 kilomètres sur 40, et qui se voit de loin, en commençant abruptement par des kyrielles de tours de 10 à 15 étages plutôt peintes en rose qui lui donne un air de bonbon anglais et d’autres bien plus hautes, toutes en verre , et … rien d’autre ! Pas de zone industrielle, pas d’espace vert, rien ! Des tours et des tours et encore des tours, croissant et se multipliant dans la plus grande anarchie, et, au milieu de cette mer de tours, près du Bosphore, sur un mouchoir de poche, la corne d’or et 99% du patrimoine touristique qui se concentre là.
Pour cette nuit, camping à dix kilomètres du centre, c'est-à-dire en pleine ville, dans le quartier des fourreurs, près d’anciens entrepôts où des piles de pauvres bêtes à poils regardent toutes aplaties au travers des vitrines la ligne de chemin de fer sur laquelle passait l’Orient Express et dont les mêmes rails servent maintenant de guide au TER Express, à 0,75 cent le jeton quelque soit la distance parcourue, pour une arrivée au cœur d’Istanbul, au pied du Palais de Topkapi!
Et là, il faut choisir, quand on ne dispose ni d’un temps adéquat, ni du temps ad’ hoc, pour tant et tant de merveilles à voir et à visiter : le Topkapi, 50 euros à deux, faut pas pousser, Ste Sophie, très moche de l’extérieur, est en réfection et sous plastique en dedans, mais la voilà, un peu relookée, avec sa coupole palmier….
Et puis la cathédrale citerne, les mosaïques de la mosquée bleue venues d’Iznir, près de Bursa, et…

… les bazars, dont celui aux épices, le pont et la tour Galata, et un peu plus loin, l’autre côté du Bosphore, où bientôt, bientôt….

Mais en dehors de ce périmètre consacré, Istanbul se reconstruit, sans préserver son patrimoine, témoins ces traditionnelles maisons de bois stambouliotes, très peu sauvegardées, ou les remparts dont les nombreuses brèches servent à la circulation automobile (très dense par ailleurs et assez risquée, compte tenu de la façon de conduire en Turquie). Dommage !

La mosquée bleue
Istanbul: la cathédrale citerne
Gare mythique
Pont et Tour de Galata
Le bazar égyptien
Le marché aux épices
Sainte Sophie
Pas de commentaire

10 De Edirne à Istanbul le 01-10-2010

Posté le 20 October 2010 dans Entre Grèce et Turquie - Edirne - 12 photos

La frontière gréco-turc se franchit à l’obscur poste de frontière de Kastanies, à l’extrémité nord-est de la Grèce, là où les opérateurs bulgares, grecques et turques pratiquent l’œcuménisme cellulaire en s’arrachant la préséance sur le téléphone portable et où nos cartes d’identité estampillées République Française laissent perplexe le douanier pendant au moins trois quarts d’heure, que Grecs et Turcs attendant leur passage mettent à profit pour se réconcilier sur notre dos. Quelle idée aussi de ne pas avoir un passeport comme tout le monde et d’avoir cru un instant que les accords pris par les fonctionnaires de nos ministères des Affaires Etrangères respectifs se transformeraient en consignes données à ce minuscule poste frontière ! Fort heureusement, les dites cartes sont riches en noms et numéros de tous genres dont quelques-uns semblent convenir et satisfaire le gabelou, alors que derrière l’émeute s’organise à mesure que la file d’attente s’allonge…

Et puis, une fois l’obstacle passé, il y a ces dix minutes sur ces dix kilomètres de route pavée avant Edirne où tout bascule, dix minutes d’un tressautement obligatoire pour se débarrasser des scories occidentales avant de pénétrer en Orient alors que nous croisons ou doublons des carrioles tirées par un cheval famélique et d’improbables engins que l’on sait motorisés puisque, hormis les sièges et le moteur il n’y a plus ni capot, ni carrosserie, dix minutes en pointillé pour bien marquer un changement complet de civilisation auquel autrement rien ne préparerait alors que déjà la ville est là et qu’un irrésistible flot de véhicules hurlants et klaxonnants aspire tout sur son passage, prend et laisse qui veut ou qui peut, éjectant çà et là de son courant les égarés avant qu’ils n’aient compris qu’un autre monde est là et qu’il faut penser autrement. Indescriptible, et aucun voyage, aussi loin et long qu’il puisse être, ne peut délivrer autant de contraste en aussi peu de temps que le passage de la frontière gréco-turc de Kastanies!

Edirne peut ressembler à un petit village tranquille, au bout d’un des nombreux ponts pavés… ne vous y fiez pas !
Le lendemain matin, à Edirne, le coq a chanté à 6 heures moins 10 et le muezzin à 6 heures. Avec un peu de retard, nous répondons à l’appel de la visite des deux magnifiques mosquées, espaces immenses couverts de tapis de prière, sans chaises ni mobilier, une coupole centrale impressionnante de 31m de diamètre reposant sur 8 piliers sans besoin de contrefort (mieux que Ste Sophie)… pour un effet finalement lumineux et enthousiasmant!

Au milieu de tout ça, nous avons dégusté un fameux kébab !

Edirne peut ressembler à un petit village tranquille
Mosquée Selimiye
La mosquée Selimiye
Moquée Üç Serefeli
Sinan
Mosquée Selimiye : la coupole
Mosquée Üç Şerefeli
Üç Şerefeli Cami: Minaret en spirale
Edirne: la mosquée Selimiye
Edirne: la mosquée Selimiye, la fontaine à ablution
Edirne: la mosquée Selimiye, bois ciselé
Üç Şerefeli Cami: les minarets
Pas de commentaire
1
Carte de rdut