Page de Beeroot

Beeroot

Je suis : un homme

Visoterrien depuis le : 20 août 2007

Statut : Visoterrien confirmé

Beeroot a posté un total de 3 voyages, 18 récits/albums, 354 photos, 1 avis, 35 commentaires et 0 messages dans le forum.

Récits de Beeroot en Espagne

De Cajarc... à Ceuta : 1647 km

Posté le 20 août 2007 dans De Cajarc à Saint Louis du Sénégal - Ville autonome de Ceuta - 4 photos

Préambule :
Quelques informations, documents… sont nécessaires pour accomplir ce trajet France Sénégal.

INFORMATION IMPORTANTE DU 1/11/2008: Le Sénégal n'accepte plus les carnet ATA pour les véhicules. Seuls les passavants sont désormais délivrés à la frontière sénégalaise. Leur durée de validité est de 10 jours, renouvelables 2 fois 15 jours. Au delà de cette période, le véhicule devra avoir quitté le territoire sénégalais.!!!

FIN JUIN 2010: Le Sénégal n'accepte plus de délivrer les passavants pour les véhicules de plus de 5 ans; se renseigner impérativement pour éviter toute déconvenue.
Voici quelques éléments qui pourront aider les voyageurs qui souhaitent entreprendre ce voyage qui ne relève plus de l’exploit, mais qui reste quand même une belle aventure.
Véhicule : il doit quand même être en bon état (sic).
Seuls sont dorénavant acceptés les passavants établis à la frontière sénégalaise, leur durée de vie est de 10 jours renouvelables 2 fois 15 jours.Au delà de cette période, le véhicule devra avoir quitté le territoire sénégalais.
Pour traverser l’Espagne, veiller à posséder deux gilets fluos (obligatoires).
Au Sénégal ; il est impératif de posséder un extincteur et deux triangles: les contrôles de police sont nombreux et barbants. L'étranger est toujours contrôlé en priorité, car il est une proie financière potentielle.Il convient de toujours rester d’un calme olympien, ne pas s’énerver, rester poli et courtois : ça marche ; surtout si on est parfaitement en règle.Ne pas céder aux "sollicitations" de règlement "amiable".
Assurance véhicule : l’assurance française (carte verte signée) est suffisante jusqu’à la frontière mauritanienne. Une assurance pour transiter en Mauritanie doit être souscrite, soit au carrefour de la route Nouadhibou-Nouakchott (caravane) ; soit à Nouadhibou. Son coût est modique.
De même, une assurance doit être souscrite à l’arrivée au Sénégal. Au poste frontière de Diama, un assureur assure une permanence. Le coût est également modique. Si l’on souhaite aller en Casamance en traversant la Gambie, bien vérifier que l’assurance souscrite est également valable pour la Gambie. Le faire indiquer et tamponner si ce n’est pas le cas,(pas de surcoût).
Visa : aucun pour le Maroc (le passeport suffit) ; en Mauritanie, il s’obtient au poste frontière (20 euros). Demander un visa deux entrées pour le retour ; on évite ainsi de passer à l’Ambassade mauritanienne de Dakar. Aucun visa n’est délivré à Diama pour la Mauritanie.
Sénégal : aucun visa exigé pour un séjour inférieur à 3 mois.
Documents : carte grise du véhicule à son nom (sinon galère, même avec une attestation légalisée)
Passeport : valide 6 mois après la date du retour prévu.
Permis de conduire international (gratuit à la préfecture)
Faire une photocopie de tous ces documents, au cas où…
Contrôles de police : ils sont nombreux, plus particulièrement à partir de Tan Tan. Prévoir une vingtaine d’exemplaires de fiches d’état civil remplies : ça fait gagner du temps, d’autant qu’elles sont obligatoires, mais personne ne le signale. Voir le modèle joint en photo. A imprimer ou refaire soi même. Autant pour le retour. Attention aux contrôles radar : il y en a beaucoup, surtout aux entrées et sorties de villes.
En Mauritanie : quelques contrôles également, et les fiches d’état civil marocaines… sont acceptées !
Carburant : il est de meilleure qualité au Maroc qu’il ne le fut. Il est en outre détaxé environ 80 km après Tan Tan. Il est également détaxé à Ceuta (enclave espagnole au Maroc) ; la traversée Algésiras Maroc est également moins chère et plus rapide que par Tanger.
Conseil : prévoir des jerricans de réserve. Nous en avions 4 (80l), ce qui nous a permis de traverser la Mauritanie sans faire le plein.
Prévoir quelques casquettes, teeshirts, stylos…ça aide et ça peut remplacer les bakchish éventuels.

LE DEPART

Le 3 octobre, après avoir terminé le chargement du 4x4, et en faisant le plein au tarif français, nous avons commencé notre périple sous une pluie battante.
Kilométrage au compteur : 111 675

Après un premier arrêt à Toulouse pour acheter une glacière électrique (elle nous sera d’un grand secours dans le grand sud), nous continuons sur Andorre pour effectuer quelques achats et effectuer le plein de gas oil détaxé.

La montée vers Andorre la Vella s’est déroulée dans un épais brouillard avec un froid de canard correspondant.
La descente coté espagnol a été plus tranquille. Peu de véhicules jusqu’à Lerida. Nous avons dormi tardivement cette première nuit après Zaragoza.

Kilométrage : 112 408 ; 733 km parcourus.

Notre objectif a été de rallier Algésiras le plus rapidement possible afin de pouvoir embarquer tôt le matin vers Ceuta.
Nous sommes effectivement arrivés assez tard en soirée et le moins que l’on puisse dire c’est que nous avons galérés pour trouver un hôtel.
Ce qui est surprenant et lamentable pour un port qui est une plaque tournante importante vers l’Afrique.
On imagine sans peine le foutoir monstrueux et les conditions d’attente lors des grandes migrations d’été.
L’achat du billet de passage, l’embarquement ont été rapidement expédiés : peu de passagers, le bateau était pratiquement vide. Il faut dire que le Ramadan nous a bien facilité les choses…
Au débarquement à Ceuta, nous n’avons pas trainé : plein du réservoir et des 80 litres de réserve. Là encore le gas oil était détaxé…

Kilométrage : 113 322 ; 914 km parcourus.

Le départ
Sur la route de Madrid
Embarquement sur le ferry
Fiche d'état civil Maroc
Pas de commentaire
1
Carte de Beeroot