Histoire de l'Éthiopie

L'Éthiopie fut peuplée dès la plus lointaine préhistoire, mais cette période et une longue partie de l'antiquité éthiopienne nous échappe. La tradition veut que les monarques qui se sont succédé sur le trône de l'empire jusqu'en 1974 descendent d'un fils de Salomon et de la reine de Saba : Ménélik 1er. Avant l'ère chrétienne, un premier grand royaume, dont on ignore les rois, s'organisa autour de la ville d'Axoum. Ce royaume fut christianisé au IVe siècle sous le règne du negusa nagast (roi des rois) Aezanas. La nouvelle Église, rattachée à l'Église copte d'Alexandrie, sera plus tard entraînée par elle dans l'hérésie monophysite. Au VIIe siècle, l'avance arabe coupait axoum de la mer, et des guerres internes consommaient sa ruine. Le Moyen Âge est marqué par les luttes contre les musulmans et par l'alliance du négus avec les catholiques d'Europe (Portugais, notamment). Peu à peu, le pouvoir central s'amenuise face à la puissance des féodaux (ras, c'est-à-dire chefs, du Tigré, du Choa, de l'Amhara, notamment), dont certains se font couronner empereurs. L'ère moderne débute avec Ménélik II (1889-1909), qui fonde une nouvelle capitale, Adis-Abeba, projette une modernisation à l'européenne et concède Massaoua aux Italiens (traité d'Ucciali, 1889). Mais, les Italiens voulant établir un protectorat, il les bat à Adoua (1896) et les force à reconnaître l'indépendance de son royaume. Un accord financier règle le transfèrt de l'Érythrée à l'Italie. En 1930, le ras Tafari Makonnen se fait couronner empereur sous le nom de Hailé Sélassié 1er. En 1935, il ne peut empécher la conquète de son pays par les Italiens. Libérée par les Britanniques (1941), l'Éthiopie recouvre l'Érythrée, fédérée (1952) puis annexée (1962). Sous le règne d'Hailé Sélassié, l'Empire éthiopien entend jouer un rôle important en Afrique (convocation à Addis-Abeba de la première conférence de l'O.U.A. (Organisation de l'unité africaine). Mais à l'intérieur, l'irritation des intellectuels devant l'évolution trop lente de la société, la révolte de l'Érythrée (en lutte armée depuis 1961), les tensions en Ogaden (revendiqué par la Somalie) minent le régime du vieil empereur. L'armée s'empare du pouvoir (mars 1974) et dépose Hailé Sélassié (septembre 1974). Un comité de direction des forces armées (Derg) est constitué sous la direction du commandant Mengistu Hailé Mariam. La république opte pour le socialisme et entreprend (mars 1975) une réforme agraire radicale? En proie aux dissensions internes, le Derg s'impose par une sanglante répression (la Terreur Rouge, 1977-1978 ) et fait face à de multiples mouvements sécessionistes, principalement celui de l'Érythrée et de l'Ogaden (chute de Djijiga en octobre 1977). Risquant de voir leur nation démantelée, les militaires demandent l'aide de l'U.R.S.S. et de Cuba, qui, fournissent hommes et matériels, assurent la victoire militaire du régime. En 1991, le Derg est renversé par une coalition politique, actuellement au pouvoir, remplaçant l'idéologie marxiste-léniniste par une approche sociale-démocrate.

Retrouvez d'autres informations sur l'Ethiopie

Pour avoir plus de précisions ainsi que des avis de voyageurs, posez vos questions dans le forum sur l'Ethiopie.

Article wiki sous licence Creative Commons - Modifié le 04 septembre 2010
Créé et mis à jour par di dji
Chercher dans Visoterra
22 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Infos guide de voyage