Histoire de l'Algérie

Au XIIIe siècle av. J.C., les Phéniciens créent des comptoirs sur le littoral, conquis par Carthage à partir du VIIe siècle. Victorieuse de Carthage à Zarma (202 av. J.C.), Rome la supplante peu à peu, créant une province romaine d’Afrique dont les territoires intérieurs (royaumes numides) ne sont annexés qu’en 46 av. J.C. (victoire de César à Thapsus) pour former la Maurétanie Tingitane et la Maurétanie Césarienne. Les révoltes qui éclatent dès le IIIe siècle troublent une ère de grande prospérité, marquée par une forte christianisation au IVe siècle. Mais la décadence de l’Empire ouvre la voie à l’invasion des Vandales (Ve siècle), eux-mêmes chassés au Vie siècle par les Byzantins. En 698, la prise de Carthage ouvre le pays aux Arabes ; mais des divisions religieuses et la mauvaise administration suscitent des résistances, à l’origine de petits royaumes berbères indépendants. A la fin du Xe siècle, les Fatimides se rendent maîtres de toute l’Afrique du Nord, puis sont évincés d’Algérie dans la seconde moitié du XIe siècle par les Almoravides, auxquels succède la dynastie des Almohades. Surtout implantée en Espagne, cette dernière voit son empire africain se diviser. Seul le royaume de Tlemcem demeure prospère aux XIVe et XVe siècles. Au XVIe siècle, l’Algérie devint une dépendance de l’Empire ottoman, grâce aux corsaires turcs qui luttaient contre l’influence espagnole. Le pouvoir administratif fut confié à un dey (1671) et Alger devint une base d’action des pirates turcs en Méditerranée. Dépourvue d’un pouvoir centralisateur, l’Algérie entra en 1830 dans la période de la colonisation française, la France prenant pour prétexte les actes de piraterie. La conquête fut consolidée de 1848 à 1870. Le régime appliqué à l’Algérie apparaît comme une suite d’oscillations et de compromis entre la colonisation, l’assimilation et l’autonomie locale (voulue par Napoléon III). Durant la guerre de 1939-1945, le pays participa à l’effort de guerre ; Alger devint en 1944 le siège du Gouvernement provisoire de la République Française. Un mouvement d’émancipation se fit jour alors, réclamant pour le moins une égalité de droits entre Européens et musulmans. Un front de libération nationale (F.L.N.) se forma en 1954 et décida l’insurrection générale du 1er novembre 1954. Une guerre commença, marquée par des heurts violents entre communautés et par prise de position en faveur de l’Algérie française des colons européens (13 mai 1958 ), ce qui provoqua la chute de la IVe République, puis menaça la Ve (action de l’Organisation de l’armée secrète : O.A.S.). Le 19 mars 1962, sous la présidence du général de Gaulle, les accords visant à un cessez-le-feu furent signés à Évian. La France, par référendum, approuva la proposition d’indépendance algérienne soumise par de Gaulle ; la république fut proclamée le 1er juillet 1962, avec pour conséquence le départ massif des Européens. La Constitution de 1963 fait de l’Algérie une république de type présidentiel. Ben Bella, président de la République en 1963 fut renversé en 1965 par le colonel Boumediene (décédé en 1978 ). En janvier 1979, le F.L.N. lui donne pour successeur Chadli, élu président de la République en mars ; il libéralise le régime (libération de Ben Bella en 1980).

Retrouvez d'autres informations sur l'Algérie

Pour avoir plus de précisions ainsi que des avis de voyageurs, posez vos questions dans le forum sur l'Algérie.

Article wiki sous licence Creative Commons - Modifié le 04 mai 2010
Créé et mis à jour par di dji
Chercher dans Visoterra
54 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture
Infos guide de voyage