Carnet de voyage : Yunnan et Xishuangbanna

Partager / Envoyer : Sur Facebook Sur Google+ Sur Twitter Par E-mail
1

Bonjour,

un nouveau carnet de voyage au Yunnan intitulé Yunnan et Xishuangbanna :

Etudiant en Chine, je profitais des deux mois du festival de Printemps pour aller perdre ma carcasse dans le sud de la Chine, dans le Yunnan. Cette région est incroyable par la diversité qu'elle laisse entrevoir, tant que niveau ethnique, culturel donc, que naturel. J'ai pu découvrir l'atmosphère tibétaine en descendant de Litang (dans le Sichuan) par Shangri-La (Zhongdian), qui fut ma base pour un trek dans les montagnes environnantes, à une altitude de près de 4500 mètres. Après une nuit dans une refuge utilisé par les bergers menant les yaks, je redescendai vers la civilisation et m'embarquai pour le sud du Yunnan. Une pause à Dali me fit le plus grand bien, l'atmosphère un peu hippie de cette ville poussant à la tranquillité. Je louai donc une moto pour me balader autour du lac ErHai, traversant ainsi plusieurs villages typiques ou le temps semblait s'être arrêté, dans une atmosphère qui restera longtemps gravée dans ma mémoire. Lijiang et Kunming me repoussèrent, trop grandes, trop bruyantes, je poursuivai donc vers Jinghong, avec une forte envie de jungle !

Après quelques heures passées dans une bus de nuit étonnant, je posais le pied dans la ville encore endormie de Jinghong, sorte de jardin botanique à grande échelle, ponctuée de décharges à ciel ouvert ou piochent les chiens affamés. Ce fut la base pour une expédition dans la jungle, ou je pouvais enfin concrétiser mes reves de Robinson Crusoé, en compagnie d'un ex-militaire israëlien. Nous campames ainsi au bord d'une petite rivière au beau milieu de la jungle, avec en contrebas une cascade d'eau gelée qui nous servait de douche. Nous utilisions le maximum de la jungle pour subvenir à nos besoins, mais force est de reconnaitre que nous faisions de piètres Robinsons. Quand deux gardes forestiers vinrent nous reconduire, machette en bandoulière, pour éviter que le prochain lacher de barrage nous emporte, nous decidames que l'expérience touchait à sa fin. L'ennui commencait à pointer quoi qu'il en soit.

De nouveau seul, je décidai de m'approcher le plus possible de la Birmanie, en passant par Menglian. Ma chambre d'hôtel crasseux était ornée d'un poème brûlant d'amour dedié à une prostitutée qui avait su s'attacher un homme dans ce meme endroit. Après quelques balades dans les rizières et temples environnant, je continuai vers Fu'ai, petit village ou la curiosité des habitants devant la scène d'un étranger mangeant un bol de nouilles sur la "place" principale me gagna l'hospitalité d'une famille, exploitants en thé, qui m'offrit le couvert, sacrifièrent une poule (ce à quoi je répondais en allant acheter de la viande dans le marché endormi par la chaleur, les vendeurs agitant mollement leurs baguettes ornées d'un sac plastique au dessus des pièces de viandes pour éloigner les mouches...) en me laissant les meilleurs morceaux (tête, tripes, poumons, ...) puis me donnèrent à dormir.

L'épopée s'acheva en stop dans un camion à bestiaux, serrés contre une demi-douzaine de paysans dans la cabine d'un camion déglingué, vascillant dans les tournants montagnards que les vaches à l'arrière contemplaient d'un oeil endormi.

Merci de bien vouloir laisser-vos commentaires/questions/remarques sur ce voyage en répondant à ce message.

Découvrez mes voyages sur http://www.visoterra.com/page-visoterra/

visoterra
visoterra
Visoterrien administrateur
1
Retourner à l'index du forum
Chercher dans Visoterra
127 visiteurs connectés
Comparez les prix des voyages
  • Vols
  • Voiture